SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa d'AIX MARSEILLE - 14 RUE ASTOUIN - 13002 MARSEILLE
Tél. 09 72 38 19 17 - ac-aix-marseille@se-unsa.org

 
L’Ă©cole française : les dĂ©fis du changement - compte-rendu et photos
Article publié le vendredi 18 novembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 Compte-rendu synthĂ©tique de la confĂ©rence du 8 novembre 2016

Quatre-vingt enseignants ont assisté à la conférence du SE-Unsa Aix-Marseille qui s’est tenue dans l’amphithéâtre du collège Arc-de-Meyran à Aix-en-Provence de 9 h à 17 h.

Cette journĂ©e a Ă©tĂ© introduite par le secrĂ©taire acadĂ©mique adjoint du SE-Unsa Aix-Marseille, Philippe Peyronnin, qui a prĂ©sentĂ© les problĂ©matiques du changement Ă  l’école. Celui-ci est revenu sur le rĂ©cent rapport du CNESCO qui met en exergue les disparitĂ©s croissantes entre les catĂ©gories socio-professionnelles dĂ©favorisĂ©es et favorisĂ©es. "Certes, pour tous le changement est un impĂ©ratif ! Mais quel changement ?" Pour nous, prĂ©cise-t-il, il s’agit d’« un changement pensĂ©, dĂ©cidĂ©, nĂ©gociĂ© pour rendre l’école plus efficace, plus inclusive et plus juste Â». C’est dans ce cadre que le changement devient un dĂ©fi, dĂ©fi qui nĂ©cessite plusieurs conditions :

  • La reconnaissance des souffrances, des violences (sous toutes leurs formes), des disfonctionnements, des inefficacitĂ©s…
  • Une volontĂ© politique mais aussi l’adhĂ©sion des personnels d’enseignement et d’éducation.  ConsidĂ©rer que l’on a davantage de bĂ©nĂ©fices Ă  changer plutĂ´t qu’à ne pas bouger. Outre une volontĂ©, il faut Ă©galement de l’apaisement et un minimum de consensus (rĂ©f. Ă  l’ouvrage d’A. PROST « du changement dans l’école Â» - Ă©d. Seuil – 2013 )…. PrĂ©fĂ©rer le rationnel Ă  l’émotionnel, l’argumentaire Ă  la rumeur…
  • Etre capable de rĂ©pondre clairement Ă  la question suivante : que voulons-nous faire de l’école de demain ? Une Ă©cole cloisonnĂ©e, sĂ©grĂ©guĂ©e, Ă  plusieurs vitesses ou une Ă©cole vĂ©ritablement Ă©mancipatrice pour tous et dans laquelle chacun construirait le parcours qui lui correspond…Il faut surtout Ă©viter de se tourner vers une Ă©cole du passĂ© idĂ©alisĂ©e qui n’a jamais existĂ©. Rappelons qu’au dĂ©but des annĂ©es 1940, 50% d’une classe d’âge avait le certificat d’étude, 3% le bac. Alors forcĂ©ment, les dĂ©fis et les enjeux ne pouvaient ĂŞtre les mĂŞmes qu’aujourd’hui.
  • Enfin pour changer, il faut ĂŞtre accompagnĂ©, aidĂ©, s’approprier les bons outils, les mĂ©thodes adaptĂ©es… Permettre Ă  l’enseignant de devenir un chercheur et lui permettre aussi de partager les rĂ©sultats de ses expĂ©rimentations…De quelle autonomie doivent disposer les enseignants et les Ă©tablissements ?...
  • Peut-on faire progresser tous les Ă©lèves ? Et comment ? La rĂ©ponse Ă  ces questions constitue certainement le principal dĂ©fi de l’école française du XXIe siècle.

Le matin : interventions de JĂ©rĂ´me Saltet, Claire Krepper et Audrey Chapelain

Le premier intervenant, JĂ©rĂ´me Saltet a rĂ©pondu aux questions qui lui Ă©taient posĂ©es : « l’innovation dans le système Ă©ducatif : nĂ©cessaire ? Possible ? TransfĂ©rable ? Â» Pour lui,   l’innovation n’est pas nĂ©cessaire, sauf sans doute dans les domaines du numĂ©rique ou des neurosciences. Mais le changement est indispensable. Le monde va mal et il faut une Ă©ducation Ă  la hauteur des enjeux. L’école française corrige mal les inĂ©galitĂ©s sociales. Et trop d’enfants, de parents et de profs souffrent aujourd’hui.

Le changement est possible, oui, mais pour quoi faire ? Nous devons absolument réfléchir à la finalité de l’éducation, et seulement alors aux moyens à mettre en oeuvre pour atteindre cette finalité. Les moyens en question (le rôle du prof, l’évaluation, le programme, l’organisation en classes…) sont toujours changeables dans un souci d’efficacité et de cohérence. Bien sûr, il y a des obstacles, notamment notre hostilité naturelle au changement, aggravée du fait que nous ne sommes plus des enfants, et que quand nous l’étions, nous étions de bons élèves. Il faut donc écouter les enfants, notamment ceux qui ont du mal. C’est ce que fait notre association a21. La preuve que le changement est possible ? Un collège très innovant, porté par André Giordan et moi, ouvrira en septembre 2019 à Mantes-la-Jolie.

L’innovation est très difficile à transférer. Il faut à la fois faire et faire savoir, prendre le temps d’évaluer et de corriger, avoir une vue globale et aller dans les plus petits détails, travailler en équipe, privilégier une posture de contribution positive, travailler avec le système en ne lui demandant pas plus de moyens… pas facile, mais comme dit Gandhi : « soyons le changement que nous voulons voir dans le monde ».

Voir le site animĂ© par J. Saltet : http://www.changerlecole.com/

Deuxième intervenante, Claire Krepper qui avait comme questionnement : « rĂ©forme du collège : impasse ou amorce de solutions  ? »

Notre Ă©cole doit-elle changer ?

La rĂ©ponse est sans hĂ©sitation oui. Pourquoi ? Parce que ses rĂ©sultats sont globalement très moyens et que la part d’élèves en Ă©chec scolaire augmente. Parce que les inĂ©galitĂ©s se creusent de plus en plus entre les Ă©lèves les plus faibles et les  Ă©lèves les plus forts, faisant de notre pays le champion des inĂ©galitĂ©s sociales de rĂ©ussite scolaire. Parce que notre système Ă©ducatif est particulièrement anxiogène. Les Ă©lèves français subissent une pression scolaire excessive, ils ont peur de l’erreur et prennent très peu de risques.

Notre école doit changer pour les élèves mais elle doit aussi changer pour les enseignants. L’enquête Talis montre des enseignants qui se disent eux-mêmes en difficulté, passant plus de temps que leurs collègues des autres pays de l’OCDE à corriger des copies, avec un fort déficit de sentiment d’efficacité personnelle dans leur travail, une conscience marquée de l’insuffisance de leur formation pédagogique et une absence de soutien collectif dans leur établissement (1 enseignant sur 10 seulement est allé voir un collègue au travail dans sa classe quand c’est 4 sur 10 en moyenne dans les autres pays de l’OCDE)…

Retrouver l’intĂ©gralitĂ© de l’intervention C. Krepper : ICI

Troisième intervenante de la matinĂ©e, Audrey Chapelain, professeure de Lettres classiques en collège REP Ă  Salon de Provence. Elle rĂ©pondra Ă  la problĂ©matique suivante : « quelle place pour l’élève dans le système Ă©ducatif, quel rĂ´le pour l’enseignant ? Â».

Ce sera  l’occasion par Audrey de nous faire part de ses dix annĂ©es d’expĂ©rimentation en collège. Elle a donc prĂ©sentĂ© la dĂ©marche pĂ©dagogique des  Â« ilĂ´ts bonifiĂ©s Â», expliquĂ© comment les TICE pouvaient permettre une vĂ©ritable Ă©ducation aux mĂ©dias dans le cadre d’une pĂ©dagogie de projet. Elle a Ă©galement dĂ©crit de nombreux autres outils comme le « compactage Â», l’utilisation du numĂ©rique pour compenser les troubles d’apprentissage, les « ateliers philo Â», la classe inversĂ©e. Elle est Ă©galement revenue longuement sur la nĂ©cessitĂ© de changer de pratique d’évaluation. Vous retrouverez l’essentiel de son travail et de sa rĂ©flexion sur ces sujets dans son livre : « Mise Ă  nu d’une enseignante Â» publiĂ© en 2016 aux Ă©ditions l’Harmattan.

Voir notre article :  "Prof", mise Ă  nu du travail d'une enseignante : ICI

L’après-midi : après l’intervention de Pascale HAAG, ci-dessus la « table ronde Â» des acteurs du terrain avec de gauche Ă  droite : Isabelle Lagadec, Proviseure, Michel Touin, directeur d’école, Cathy Rigal et HervĂ© Nunez du collège/lycĂ©e Freinet de la Ciotat, Guillaume PellĂ©, professeur de mathĂ©matique en collège REP.

L’après-midi Ă©tait consacrĂ©, pour une partie, Ă  l’intervention de Pascale HAAG qui nous permettra de rĂ©flĂ©chir Ă  la problĂ©matique suivante : « Recherche pĂ©dagogique et enseignement : quels liens ? Quelles synergies ? Ce sera l’occasion pour elle de prĂ©senter les « Lab Schools Â» ainsi que les liens qui existent entre les acteurs de l’éducation, de l'innovation et les chercheurs Ă  travers la plate-forme « Actions Ă©ducatives, recherches, expĂ©rimentations (AERE) Â»

Voir la plate-forme : « Actions Ă©ducatives, recherches, expĂ©rimentations Â»   (AERE).

Quelques extraits de son intervention :

Le concept de Lab School : L’éducation fondĂ©e sur des preuves est un courant visant Ă  fonder les pratiques Ă©ducatives sur des preuves (ou au moins des Ă©lĂ©ments de preuve) scientifiques de leur efficacitĂ© (…).

Les Lab schools, école laboratoire, qui sont des écoles adossées à la recherche, trouvent leur origine dans le mouvement de la progressive education initié par John Dewey à partir de 1894. Généralement insérées dans un département universitaire de psychologie ou d’économie, leur objectif initial est de mener des recherches tout en assurant un service d’enseignement et de formation. La coexistence de ces trois activités – recherche, enseignement, formation – a permis une amélioration notable du bien-être des enfants et des familles, en même temps que d’importantes contributions dans le champ de la recherche (…).

Une lab school ne se définit pas uniquement par un dialogue constant entre recherche et applications pédagogiques, certaines d’entre elles s’inscrivent dans leur mission d’accueil de la diversité culturelle, sociale et économique ou la prise en charge d’enfants à besoins spécifiques (troubles des apprentissages, TRAH, troubles du spectre autistique). Ce sont donc surtout des lieux de partage, d’échange et de dissémination (…).

Mon propos s’inscrit dans un contexte bien particulier : celui de la crĂ©ation, en ĂŽle-de-France, d’une Lab school – une « Ă©cole laboratoire Â» - inspirĂ©e de ces Ă©coles pilotes qui existent en AmĂ©rique du Nord depuis la fin du XIXe siècle, oĂą sont associĂ©es Ă©ducation et recherche afin de favoriser l’innovation pĂ©dagogique, la circulation des connaissances, l’échange de compĂ©tences et l’émulation entre les diffĂ©rents acteurs. Il s’agit d’une initiative menĂ©e par un groupe de travail du Lab School Network (www.labschool.network. ).

Il n’en existe pas encore en France, mĂŞme si de nombreuses expĂ©rimentations pĂ©dagogiques sont menĂ©es depuis les annĂ©es 1970, aussi bien dans les Ă©coles publiques que privĂ©es. Le lien avec la recherche reste souvent tĂ©nu : ces expĂ©rimentations font trop rarement l’objet d’évaluations scientifiques permettant d’orienter les choix. Mettre en application en classe des pratiques issues de recherches scientifiques constitue encore un vĂ©ritable dĂ©fi pour les enseignants, mĂŞme lorsqu’ils sont motivĂ©s pour le faire (…).   

La deuxième partie de l’après-midi sera consacrĂ©e aux interventions « d’acteurs du terrain Â» et Ă  un Ă©change avec la salle. Interviendront ainsi successivement Michel Touin, directeur d’école Ă  Istres, Isabelle Lagadec, Proviseur de lycĂ©e Ă  Port-de-bouc, Cathy Rigal et HervĂ© Nunez, respectivement professeure-documentaliste et professeur d’Arts Plastiques au collège/lycĂ©e expĂ©rimental Freinet (CLEF) de la Ciotat, Guillaume PellĂ©, professeur de mathĂ©matique en collège REP+ Ă  Marseille.   

Nous ne pouvons malheureusement pas retranscrire toute la richesse des Ă©changes. Voici quelques liens qui vous permettront de complĂ©ter votre information :

  • Une expĂ©rience Freinet dans le secondaire : Le CLEF de La Ciotat (article du cafĂ© pĂ©dagogique) : ICI
  • A Aix-Marseille, la pĂ©dagogie Freinet, c’est aussi dans le second degrĂ© : le CLEF de La CIOTAT : ICI

Guillaume PellĂ©, professeur de mathĂ©matique, a aussi proposĂ© une prĂ©sentation de :

1) Évaluation par compétences et SACoche

Un des obstacle évoqué dans différents retours sur l'évaluation par compétences est l'absence d'un outil informatique suffisamment puissant et ouvert pour permettre aux collègues de se délester de l'aspect technique de cette modalité de suivi et d'évaluation, tout en restant libre des items qu'ils souhaitent utiliser. Ce logiciel existe, il s'appelle SACoche !

Il permet de générer sans problème tous les documents institutionnels demandés sans effectuer la moindre double saisie (bulletins périodiques, de fin de cycle, positionnement par rapport au Socle commun de connaissances, de compétences et de culture, contrôle continu du DNB). L'export vers le LSUN est aussi assuré.

Ce logiciel est libre et gratuit et peut être exploité en école, en collège ou en lycée. Il est possible d'inscrire son établissement sans problème en utilisant ce lien : https://sacoche.sesamath.net/index.php?page=utilisation__serveur_sesamath__ajout

Pour vous documenter sur ce logiciel, je vous renvoie à la page de présentation et de documentation très bien faite : https://sacoche.sesamath.net/

Pour ceux qu'ils le souhaitent, vous pouvez vous tester en vous connectant sur une installation réelle sans aucun risque de faire une fausse manipulation, c'est une classe de test utilisée pour les démonstrations, n'hésitez pas à tester à cette adresse : https://sacoche.sesamath.net/sacoche/?base=794

Pour les identifiants, ils ont été donnés lors de la conférence. Si vous souhaitez qu’ils vous soient communiqués ou si vous avez une question à propos de ce logiciel, n'hésitez pas à nous le demander en envoyant un courriel à l’adresse ac-aix-marseille@se-unsa.org

2) Modalités d'accompagnement du changement

Pour le conseil pédagogique, je vous renvoie à l'article déjà publié sur ce sujet : http://sections.se-unsa.org/aix-marseille/spip.php?article1366

Pour l'accompagnement et la reconnaissance des projets que vous souhaitez mener ou pérenniser, il ne faut pas hésiter à contacter la CARDIE de l'académie d'Aix-Marseille qui peut être un bon point soutien.

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir