SECTION SE-Unsa du RHONE - 26 RUE VERLET HANUS - 69003 LYON
Tél. 04 78 54 52 21 - Por. 06 70 72 05 22 - 69@se-unsa.org

 
École-entreprise : vers un partenariat plus confiant ?
Article publié le jeudi 2 décembre 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
En octobre, la voie professionnelle a connu sa première universitĂ© École-entreprise. L’ensemble des acteurs de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, ainsi que des reprĂ©sentants des secteurs et groupes du privĂ©, Ă©tait prĂ©sent Ă  ce rendez-vous pour Ă©changer et donner des pistes pour Ă©tablir ou renforcer les liens existants. Quelles sont les propositions du ministère ?
 
 
Affiner localement l’offre de formations
 
Ă€ la suite de ce rendez-vous, le ministère a mis en ligne des donnĂ©es portant sur le taux de pression et d’emploi pour les diplĂ´mes, la rĂ©ussite aux examens et les effectifs. Ces donnĂ©es croisĂ©es entre elles devraient permettre de travailler diplĂ´me par diplĂ´me et aider Ă  mettre en place une offre de formations plus ciblĂ©e. L’élaboration de la carte des formations suppose de bien connaĂ®tre son territoire et les entreprises qui y sont implantĂ©es. Le ministère doit profiter de la connaissance du terrain qu’ont les rĂ©gions de leurs acteurs Ă©conomiques pour affiner son offre de formation.
 
 
Un·e rĂ©fĂ©rent·e entreprises dans chaque rectorat
 
Chaque rectorat aura son guichet unique. Il doit permettre d’intensifier les partenariats entre les diffĂ©rents Ă©tablissements de formation professionnelle et les entreprises qui ne savent pas par quel bout prendre la maison Éducation nationale. Cette collaboration Ă  tous les Ă©tages, de tous, sur l’ensemble d’un territoire est une nĂ©cessitĂ©, souligne Édouard Geffray. Chaque entreprise doit avoir un interlocuteur privilĂ©giĂ©. 
 
 
Une offre de stages plus ouverte aux Ă©lèves 
 
L’objectif fixĂ© de 40 h/an Ă  partir de la 4e puis 54 h/an Ă  partir de la 2de pour l’information Ă  l’orientation doit permettre d’avoir une connaissance beaucoup plus concrète des mĂ©tiers dès la 4e.
Il a Ă©tĂ© soulevĂ© de donner la possibilitĂ© de faire un stage dès la 4e et d’ouvrir les collèges les lycĂ©es, voire les Ă©coles primaires, aux acteurs et actrices qui vivent au quotidien dans les entreprises afin de leur faire partager leur expĂ©rience professionnelle.
 
 
Des périodes d’immersion professionnelle régulières pour les enseignants des lycées professionnels mais pas que…
 
L’objectif exprimĂ© par le ministre est clair : envoyer 10 000 enseignants et enseignantes en stage pendant une durĂ©e variable allant d’une semaine Ă  plusieurs mois. Chaque professeur de LP doit pouvoir avoir une immersion en entreprise tous les 5 ans.
Rien n’a été dit en ce qui concerne son organisation et le remplacement des enseignants en immersion.
En plus de ces stages, l’Éducation nationale proposera une plus grande offre d’expĂ©riences en entreprise, via des modules de formation continue, notamment pour les professeurs principaux, les conseillers principaux d’éducation et les professionnels de l’orientation.
 
 
Objectif : 800 000 jeunes en alternance dans les 5 prochaines annĂ©es
 
Pour parvenir Ă  cet objectif, des Ambassadeurs de l’entreprise mandatĂ©s par l’Institut de l’entreprise interviennent dĂ©jĂ  dans les collèges et lycĂ©es pour parler de leur mĂ©tier et inciter les jeunes Ă  s’orienter vers la voie de l’apprentissage. Ces rendez-vous devront se rĂ©pĂ©ter plus souvent dans les annĂ©es Ă  venir. Il a Ă©tĂ© souvent rappelĂ© de vouloir passer de 1 apprenti sur 10 jeunes qui suivent une formation en voie pro Ă  2 sur 10 dans 5 ans.
 
 
Mise en place de projets P-Tech 
 
Ce dispositif a Ă©tĂ© conçu par la sociĂ©tĂ© IBM aux États-Unis. Il consiste Ă  mettre en place des partenariats public-privĂ© visant Ă  mentorer des Ă©lèves de la seconde professionnelle jusqu’à l’obtention d’un BTS. 
 
 
L’avis du SE-Unsa 
 
Le SE-Unsa soutient la plupart de ces dispositifs qui permettent d’établir des relations durables entre les Ă©coles et les entreprises. Cependant, nous estimons que l’entreprise doit proposer davantage de possibilitĂ©s de stages aux jeunes de lycĂ©e pro qui pratiquent une alternance avec 770 heures de PFMP en entreprise pour une formation en trois ans.
L’accueil en entreprise doit aussi ĂŞtre inclusif pour tous les jeunes en situation de handicap, quel qu’il soit. Les formations non insĂ©rantes d’aujourd’hui pourraient redevenir des formations insĂ©rantes en lien avec l’économie de demain. Ce dĂ©fi, les enseignants et les entreprises devront l’anticiper et le mener conjointement pour proposer la meilleure insertion possible aux jeunes lycĂ©ens en fonction de leur projet et de leurs appĂ©tences personnelles.
 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir