SECTION SE-Unsa du RHONE - 26 RUE VERLET HANUS - 69003 LYON
Tél. 04 78 54 52 21 - Por. 06 70 72 05 22 - 69@se-unsa.org

 
La grève oui, si elle porte ses fruits !
Article publié le samedi 30 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa, de mĂŞme que la section du RhĂ´ne, n'ont pas appelĂ© Ă  la grève du 26 janvier. Janvier n’est pas le bon moment pour une journĂ©e de grève alors que nous pourrons collectivement avoir besoin de recourir Ă  la grève après les conclusions du Grenelle de l’Éducation et les Ă©ventuels projets gouvernementaux qui en dĂ©couleront, conclusions attendues pour fĂ©vrier.

 

Nous savons que chacune et chacun d'entre vous réfléchit avant de faire grève, qui plus est si les mobilisations se multiplient.

Financièrement d'abord, le coût de la grève sur la feuille de salaire compte, alors que de nombreux foyers subissent déjà des pertes de revenus provoquées par la crise. La retenue salariale est d'autant plus conséquente que nos rémunérations restent faibles. Il faut donc faire grève pour gagner quelque chose en contrepartie, pas en pure perte.

 

Faire grève, c’est aussi porter un message clair pour être audible et obtenir le soutien de l’opinion publique. Dans l'appel à la grève du 26 janvier se mélangeaient de nombreuses demandes, parfois floues, venant brouiller la clarté du message. Le Se-Unsa préfère mobiliser les enseignants sur un ou deux sujets afin d'être entendu du gouvernement.
 
Ne pas avoir appelé à la grève mardi dernier ne veut pas dire que nous n'appellerons pas à la grève dans les prochains mois. D'ailleurs le SE-Unsa a déposé fin octobre une alerte sociale, conjointement avec d'autres organisations syndicales, qui court jusqu'au 31 mars.

 

Depuis des mois, le gouvernement annonce une loi pluriannuelle de programmation budgétaire qui doit donner les moyens à l’École et reconnaître les personnels. Si certaines mesures ont déjà été actées - ainsi la prime d'attractivité accordée aux enseignants des premiers échelons - les négociations continuent, notamment sur la montée en charge globale et équilibrée des rémunérations et la charge de travail supportée par les directeurs d'école, encore accrue par la gestion de la crise sanitaire.
 
Alors que les retards accumulés pour notre système éducatif et ses personnels sont considérables, le SE-Unsa fait de l’obtention de cette loi de programmation un objectif central. Il a également averti le ministère que cette loi ne pourra pas servir à faire passer des projets qui ont pu circuler et qui visaient à alourdir les obligations des personnels.

 

Selon le calendrier ministĂ©riel, c’est en fĂ©vrier qu’on devrait connaĂ®tre les intentions du gouvernement Ă  l’issue de son Grenelle de l’Éducation. Pour le SE-Unsa, ce sera le moment pour juger et envisager la construction d’une journĂ©e d’action qui devra alors ĂŞtre dĂ©cisive comme l’avait Ă©tĂ©, par exemple, celle du samedi 30 mars 2019 contre une partie de la loi pour une École de la confiance. 
 
En attendant cette échéance de février, le SE-Unsa agit dans les espaces de dialogue social actuellement ouverts ainsi qu’auprès de l’ensemble des décideurs pour faire entendre la voix et les revendications légitimes des personnels.
 
 
Pour le SE-Unsa, quelles que soient les modalitĂ©s d’action, les personnels ont un message essentiel Ă  faire passer ensemble : la complexification et l’alourdissement des missions d’enseignement et d’éducation ont augmentĂ© beaucoup plus vite que les salaires et les moyens donnĂ©s Ă  notre système Ă©ducatif en personnels, en accompagnement et en formation notamment.
 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir