SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de LYON - 26 RUE VERLET HANUS - 69003 LYON
Tél. 04 72 13 08 20 - Fax. 04 72 12 05 28 - ac-lyon@se-unsa.org

 
La valorisation au mérite des collégiens de l’Ain, un sujet qui fâche.
Article publié le jeudi 17 novembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Depuis quelques semaines déjà, un sujet agite, ou du moins devrait agiter, les salles des Professeurs des collèges (et lycées) de l’Ain.

En effet, lors du Conseil Départemental de l’Education Nationale du 5 septembre 2016, le Conseil Départemental de l’Ain a annoncé officiellement les conséquences pour nos élèves de leur vote du 27 juin 2016 portant sur le dispositif de valorisation et de promotion du mérite individuel des collégiens.

Les notions de reconnaissance des mérites de l’élève, les modalités de distinction des élèves méritants, les reconnaissance et récompense de l’élève (budget de 165000€ + 80000€ de bourses au mérite= 245000€ qui sont enlevés aux aides aux projets), et champ d’application du dispositif (qui n’oublie pas les écoles privés) ont été mises en avant. C’est un choix politique, dont acte.

Au SE-Unsa, nous sommes résolument opposés à ce type de démarche et n’avons jamais soutenu aucune initiative de droite ou de gauche en lien avec des « bourses au mérite ».

 La notion de mérite est une notion extrêmement subjective. Comment mesurer le mérite d’un élève ? A ses résultats scolaires ? A son investissement ? A la quantité de travail qu’il fournit ? Lesquels sont les plus importants ? Quelle est l’influence du milieu familial dans ce genre de mérite « individuel » ?

 Depuis de très nombreuses années, les sociologues de l’éducation ont démontré que le « mérite républicain » est une fiction, un récit qui permet de conserver le système en l’état en faisant porter la responsabilité de la réussite scolaire aux individus alors qu’on sait que les facteurs sociaux et culturels, la proximité plus ou moins grande de l’élève avec les attendus de l’école, sont des facteurs déterminants dans la réussite.

 Alors que les écarts de réussite en fonction de l’origine sociale se creusent dans notre école, proposer une telle démarche sans même prendre la précaution d’y faire entrer des critères sociaux est très choquant. Le Conseil Départemental de l’Ain ferait mieux de renforcer sa politique sociale à l’égard des collégiens pauvres…

 N’hésitons pas une seconde à dénoncer cette initiative dans les CA (motions, vœux…) et partout où cela est possible.

 
 
 
 
ALC