SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de LYON - 26 RUE VERLET HANUS - 69003 LYON
Tél. 04 72 13 08 20 - Fax. 04 72 12 05 28 - ac-lyon@se-unsa.org

 
Enfin une évaluation de la formation continue dans le 1er degré.
Article publié le mercredi 14 septembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Sur proposition de la ministre, le gouvernement lance une évaluation de la formation continue des enseignants du premier degré dans le cadre de la Modernisation de l’Action Publique (Map). Cette mission d’évaluation particulière pourrait enfin faire avancer un sujet régulièrement relégué au dernier rang des priorités. Le SE-Unsa fera part des ses analyses et propositions pour un sujet qu’il estime central pour la Refondation de l’Ecole et les enseignants.

Le premier ministre fixe six angles principaux :
- la cohérence entre le contenu de la formation continue et les besoins des enseignants dans leur diversité ;
- l’articulation entre la formation initiale et la formation continue afin d’assurer un réel continuum et soutenir les enseignants dans leurs premières années d’exercice ;
- l’efficacité de la formation continue des enseignants du primaire pour leur permettre d’adapter leurs compétences aux évolutions de l’exercice du métier d’enseignant (formation continue) ;
- l’insertion de la formation continue dans le parcours professionnel des enseignants du primaire ;
- l’adaptation du pilotage et des moyens dédiés à la formation des enseignants du primaire compte-tenu des besoins et des objectifs fixés ;
- la prise en compte du numérique, d’une part comme thématique et d’autre part comme support de formation des enseignants du primaire.
 

Pour le SE-Unsa, cette mission d’évaluation, est une bonne chose. Les carences et difficultés de la formation continue dans le premier degré sont régulièrement pointées mais les changements tardent à arriver. Le SE-Unsa fera part de ses analyses et  propositions à la mission d’évaluation.

Pour le SE-Unsa, il faut dépasser la logique de formation continue pour aller vers la logique de développement professionnel. Cela sous-entend que les enseignants sont acteurs de leur projet formation et que celui-ci doit s’inscrire dans un temps plus long. On doit ainsi passer de l’action de formation ponctuelle au parcours de formation construit par le professionnel lui-même.

Après un premier mois laissé pour établir les modalités opérationnelles de son travail, la mission dispose de 5 mois pour établir un diagnostic et des scénarios de transformation. C’est un calendrier contraint qui est fixé. Il est justifié par la nécessité d’accompagner le plan formation continu du premier degré annoncé en mars pour les deux années scolaires.
 
 
 
 
ALC