SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - Por. 06 28 59 04 66 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Le SE-Unsa n’appelle pas maintenant à une grève nationale en janvier
Article publié le jeudi 3 décembre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le SE-Unsa ne souhaite pas maintenant appeler à une grève au mois de janvier. Pour le SE-Unsa, le mois de janvier n’est pas le bon moment pour une journée de grève alors que nous pourrions collectivement avoir besoin de recourir à la grève après les conclusions du Grenelle de l’Éducation et les éventuels projets gouvernementaux en découlant, conclusions attendues pour février.
 
Le SE-Unsa sait que chacune et chacun rĂ©flĂ©chit Ă  sa participation avec de multiples prĂ©occupations, tant pĂ©dagogiques que financières, qui plus est si les mobilisations se multiplient. En janvier, ces prĂ©occupations pèseront alors que de nombreux Ă©lèves, particulièrement au lycĂ©e, reprendront leur scolaritĂ© totalement en prĂ©sentiel. Le coĂ»t sur la feuille de salaire compte Ă©galement, alors que de nombreux foyers, y compris chez les personnels, subissent des pertes de revenus provoquĂ©es par la crise.
 
Faire grève, c’est aussi porter un message clair pour être audible et obtenir le soutien de l’opinion publique.
 
Une loi pluriannuelle de programmation budgĂ©taire qui doit venir donner les moyens Ă  l’École et reconnaĂ®tre les personnels est annoncĂ©e depuis des mois. Jusque-lĂ , elle n’a pas Ă©tĂ© confirmĂ©e et prĂ©cisĂ©e. Alors que les retards accumulĂ©s pour notre système Ă©ducatif et ses personnels sont considĂ©rables, le SE-Unsa fait de l’obtention de cette loi de programmation un objectif central. Il a Ă©galement averti le ministère que cette loi ne pourra pas servir Ă  faire passer des projets qui ont pu circuler et qui visaient Ă  alourdir les obligations des personnels.
 
Selon le calendrier ministĂ©riel, c’est en fĂ©vrier qu’on devrait connaĂ®tre les intentions du gouvernement Ă  l’issue de son Grenelle de l’Éducation. Pour le SE-Unsa, ce sera le moment pour juger et envisager la construction d’une journĂ©e d’action qui devra alors ĂŞtre dĂ©cisive comme l’avait Ă©tĂ©, par exemple, celle du samedi 30 mars 2019 contre une partie de la loi pour une École de la confiance. En attendant cette Ă©chĂ©ance de fĂ©vrier, le SE-Unsa agit dans les espaces de dialogue social actuellement ouverts ainsi qu’auprès de l’ensemble des dĂ©cideurs pour faire entendre la voix et les revendications lĂ©gitimes des personnels.
 
Les mois de crise sanitaire et le drame de Conflans Saint Honorine ont redĂ©montrĂ© Ă  l’opinion publique, si c’était nĂ©cessaire, le rĂ´le essentiel de l’école publique et le constat qu’elle tient grâce Ă  l’engagement des personnels au quotidien, en pĂ©riode de crise comme en pĂ©riode « ordinaire Â» qui ne l’est jamais. Il est essentiel de continuer Ă  travailler ce soutien de la Nation Ă  son École, en tĂ©moignant au quotidien de la rĂ©alitĂ© de nos mĂ©tiers et de l’importance que nous lui accordons.
 
Pour le SE-Unsa, quelles que soient les modalitĂ©s d’action, les personnels ont un message essentiel Ă  faire passer ensemble : la complexification et l’alourdissement des missions d’enseignement et d’éducation ont augmentĂ© beaucoup plus vite que les salaires et les moyens donnĂ©s Ă  notre système Ă©ducatif en personnels, en accompagnement et en formation notamment.

 

 
 
 
 
ALC