SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Plan de Formation 2019-2020 : Des avancĂ©es en Groupe de Travail
Article publié le mercredi 21 novembre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Dasen ayant rĂ©pondu favorablement Ă  notre demande d’un groupe de travail sur l’élaboration du plan de formation, après le GT du 27 juin, la DSDEN nous a prĂ©sentĂ© lundi 19 novembre Ă  14h, la première maquette du plan de formation. L'occasion d'un bilan-Ă©tape et de rĂ©activer pour nous certaines demandes aussi.

On le sait maintenant, le ministre a décidé de nous imposer toutes les animations pédagogiques sur les seuls fondamentaux (en savoir plus). Les possibilités de départ en congé de formation étant bien trop minces, il ne reste donc que le Plan de Formation (volets départemental et académique) pour répondre aux besoins individuels de se former.

Etaient prĂ©sent.e.s : Martine GROUTHIER (IENA), Christine Haas Fraile (DSDEN),  Genevière BRUNOT (Dir. ESPE), 1 CPC, 1 DEA, 1 PEMF et 1 reprĂ©sentant des personnels par organisation syndicale (dont 1 avait fait le choix de ne pas s'exprimer et de n'ĂŞtre prĂ©sent qu'en tant qu'observateur !).

En prĂ©ambule, l'IENA a fait remarquer qu'en comparaison avec d'autres dĂ©partements de sa connaissance, le Gard a mis en place au fil des ans des moyens remarquables pour permettre de faire vivre le plan de formation. Ce n'est pas dans tous les dĂ©partements qu'on peut compter sur 3 cpc par circo mais aussi :

  • 30 BD formation continue
  • ZIL REP+ pour former les enseignants de ces rĂ©seaux
  • TD d'enseignants Ă  80% (jours de rempl. suppl.)
  • portions de TD et ZIL suppl. (diverses raisons)

... qui peuvent remplacer des collègues sur leur temps de travail, c’est quelque chose qui ne se passe pas partout. Ces moyens ont été estimés à 666 jours de remplacement qui sont autant de jours de formation pour des enseignants titulaires sur leurs jours de classe. Il reste encore à stade, 366 jours à ventiler. L'IENA nous invite à lui faire part d'idées de formation à proposer au PDF.

Le Se-UNSA partage ce constat avec d'autant plus de force que nous y avons contribué à notre mesure en demandant avec insitance au fil des CAPD et des CTSD (carte scolaire) certains de ces acquis.

Nous avons ensuite rappelé notre vision du contexte et certaines de nos demandes fortes toujours en vigueur Gageons que nous nous retrouvions dans quelque temps pour acter certains de ces nouveaux progrès.

Les réponses et demandes du Se-UNSA :

  1. Nous appuyant sur notre enquĂŞte "Et toi PES, tu la vis comment ton annĂ©e de formation ?", nous sommes revenus sur la formation initiale, et avons renouvelĂ© notre demande de remplacer le modèle stage filĂ© "mi-tps en classe et mi-tps Ă  l'ESPE" par le stage filĂ©-massĂ© "quart-temps filĂ© en classe et 3/4 de temps Ă  l'ESPE dont 2 stages en responsabilitĂ© totale de plusieurs semaines dans les 2 autres cycles. Ceci permettant aux PES d'aborder plus sereinement le mouvement de fin d'annĂ©e (connaissance des 3 cycles), d'avoir moins de pression de la part des parents. Enfin, lors des 2 stages massĂ©s, les PES libĂ©reraient l'ESPE permettant Ă  autant d'enseignant.e.s titulaires de se former et d'ĂŞtre remplacĂ©.e.s par ces mĂŞmes PES. Après dĂ©bat et doutes Ă©ventuels sur les bĂ©nĂ©fices de cette proposition, nous incitons la DSDEN Ă  regarder du cĂ´tĂ© des expĂ©rimentations menĂ©es dans les Hauts-de-France par Pierre Hautecoeur (ancien IENA du Gard). Sur cette demande, nous avons le soutien de Geneviève Brunot (Dir. ESPE) qui rappelle que nous avions une forme d'unanimitĂ© autour de cette demande mais que le prĂ©cĂ©dent recteur s'y Ă©tait opposĂ©e. Le Se-Unsa rappelle que nous avons changĂ© de rectrice et que c'est peut-ĂŞtre l'occasion de rĂ©activer cette demande au niveau acadĂ©mique. L'IENA prend l'avis du tour de table et confirme l'unanimitĂ©. Dont acte.
  2. Nous demandons qu'une plateforme de recueil des besoins soit mise en place de la mĂŞme manière que nous (Se-Unsa), nous Ă©laborons le programme de nos stages syndicaux sur la base d'une enquĂŞte de fin d'annĂ©e. Cela tombe sous le sens ! On doit en finir avec une conception verticale du plan de formation et aller vers la notion de plan de dĂ©veloppement personnel dĂ©fendue par le Se-Unsa au niveau national ; oĂą les enseignants sont acteurs de leur propre parcours de formation
  3. Nous rappelons notre demande d'un outil bien plus ergonomique que GAIA. Lequel ne permet pas de faire ses choix en pleine connaissance de l'offre de formation. De ce côté-là, hélas, pas de progrès. GAIA reste un outil très discutable mais sans alternative et sans aménagement localement.
  4. Pour rĂ©pondre Ă  la proposition de faire part d'idĂ©es de formation, nous indiquons que nous avons identifiĂ© un certain nombre de besoins (dans notre enquĂŞte) qui relèvent de la curiositĂ© professionnelle des enseignant.e.s sur des sujets d'actualitĂ© : Elèves Ă  besoins particuliers, pĂ©dagogies innovantes ou alternatives, neurosciences, risques psycho-sociaux, mixitĂ© sociale et laĂŻcitĂ©, etc. Le Se-UNSA a d'ailleurs mis en oeuvre certains de ces stages mĂ©tier en plus de ses stages carrière (retraites, enseigner hors de France, dĂ©roulement de carrière, entrĂ©e mĂ©tier,  etc.). L'IENA nous rappelle avoir donnĂ© des rĂ©ponses favorables Ă  toutes les demandes de congĂ© pour formation syndicale. Nous en prenons acte mais regrettons encore que sur 86 inscrits au stage confĂ©rence de Jean-Paul Delahaye et Jean-Jacques Serrière, une vingtaine de P.E. n'ayant pu ĂŞtre remplacĂ©.e.s ont dĂ» renoncer Ă  cette journĂ©e de stage. "On ne peut pas laisser plus longtemps les P.E. avec cette culpabilitĂ© de rĂ©partir leurs Ă©lèves aux autres adjoint.e.s des Ă©coles. Il faut encore abonder les moyens de remplacement ou prĂ©voir des temps institutionnels pour permettre aux enseignants du 1er degrĂ© de faire valoir ce droit Ă  12 jours annuels de congĂ© pour formation syndicale. A l'heure oĂą l'on Ă©voque de plus en plus au ministère, la possibilitĂ© de se former sur son temps personnel, le Se-Unsa n'entend pas lâcher ces revendications".
  5. Le Se-Unsa a majoritairement contribué à l'abandon du modèle archaïque de la visite d'inspection. Laquelle n'incitait pas (le mot est faible) les enseignant.e.s à faire part de leurs faiblesses et donc leurs besoins de formation compte tenu de la perspective de la note pédagogique, que nous jugions par ailleurs infantilisante. Le nouveau format de RDV de carrière permis par le PPCR doit être réaffirmé comme le moyen de recueillir les besoins de formation. L'IENA propose que cet aspect soit rappelé aux IEN et qu'on forme les enseignant.e.s aux nouvelles modalités du RDV de carrière. Le Se-Unsa rappelle en clin d'oeil que c'était l'objet de son stage de la semaine dernière !
  6. Le Se-Unsa rappelle Ă©galement des points du GT du 27 juin : trop de modules de formation flĂŞchĂ©s pour les stages collectifs et trop peu de place aux stages individuels et besoins de se former aux premiers secours. L'IENA rappelle que la DSDEN ne peut pas dĂ©roger Ă  certaines demandes institutionnelles mais que le PDF a , dans la mesure du possible, dĂ©jĂ  multipliĂ© cette annĂ©e 2018-2019 l'offre de formation aux premiers secours. Tous les directeurs, chargĂ©s d'Ă©coles et faisant-fonctions sont dĂ©sormais formĂ©s dès leur prise de fonction.

En préambule de sa propre intervention, le SNUIPP rappelle à juste titre que le projet de loi dit "d'Ecole de la confiance" aura des conséquences inquiétantes sur la formation initiale. Nul ne sait encore ce que devrait être ce projet en détails, et c'est bien ce qui nous inquiète à ce stade de l'année , d'autant que la formation des PES a une incidence certaine sur le plan de formation (on en sait plus).

Qui sait si tout le travail fait jusqu'à aujourd'hui ne va pas devoir être réduit à néant par de nouvelles injonctions !

Les premières informations donnĂ©es par le ministre laissent entendre que les PES seraient autant de contractuels (sans garantie d'avoir le concours), Ă  qui l'on confierait des classes.

Le Se-Unsa rappelle qu'après la suppression des IUFM par Nicolas Sarkozy, on avait enfin retrouvé avec la loi de refondation de l'Ecole, des ESPE offrant aux PES la possibilité de ne plus se soucier de leur concours et de se consacrer à une pleine démarche de professionnalisation pendant leur année de stage.

Le projet ministériel de formation initiale est en effet très préoccupant (cliquez ici), a fortiori dans ce calendrier déjà avancé de préparation de l'année 2019-20.

Olivier Dusserre-Telmont

 

 
 
 
 
 
 
 
ALC