SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - Por. 06 28 59 04 66 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Le socle commun du CSP au révélateur de l’enseignement moral et civique
Article publié le mercredi 30 juillet 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le projet du CSP (Conseil SupĂ©rieur des Programmes) pour le programme d’EMC (Enseignement Moral et Civique) des cycles 2, 3 et 4 est paru.

MĂŞme s’il comporte des Ă©lĂ©ments intĂ©ressants notamment dans les exemples de situations pouvant ĂŞtre mises en oeuvre (dĂ©bats Ă  visĂ©e philosophique, conseil d’élèves…), nos craintes et nos principales critiques sur le projet de socle commun du CSP sont confirmĂ©es et amplifiĂ©es.

Des questions essentielles ne sont pas tranchées :

Au final, les préconisations du rapport “Pour un enseignement laïque de la morale” nous semblaient plus claires et ambitieuses que ce projet de programme !

En l’état, pour le SE-Unsa, ce projet ne rĂ©pond pas aux enjeux de notre École dans un contexte de montĂ©e des extrĂ©mismes et de l’abstention : il est plus que jamais essentiel de former des citoyens Ă©clairĂ©s, actifs et engagĂ©s ! Cela ne se fera pas sans projet volontariste, engagĂ© fermement sur les valeurs rĂ©publicaines qui incite Ă  les faire  vivre aux enfants et aux jeunes au sein d’établissements scolaires oĂą ils peuvent s’exprimer, revendiquer et participer vraiment aux dĂ©cisions qui les concernent.  

Vous trouverez aussi sur notre blog “École de demain” une analyse plus dĂ©taillĂ©e de ce projet.

  • DĂ©rive des compĂ©tences et de l’”itemisation” !
    Notre projection d’un LPC hypothĂ©tique du nouveau socle visant Ă  marquer l’absurditĂ© de prescriptions infinies est ici confirmĂ©e. Le projet d’EMC dĂ©cline 22 compĂ©tences dans 4 dimensions ! De plus, la plupart des compĂ©tences formulĂ©es n’en sont pas rĂ©ellement. Elles ne sont ni situĂ©es ni Ă©valuables (dans quelles situation? Quel niveau de maĂ®trise?)

  • La culture chapeaute le tout “pour donner du sens” mais, quel sens ?
    Comme dans le socle, tout semble bien parti pour être “culture de…” dans les programmes et peu importe si cela n’a pas de sens. Qui sait ce que recouvre la “culture de la règle et du droit” par exemple ? Ainsi, la culture se définit ici comme une liste de compétences (qui n’en sont pas) et de connaissances. Cette architecture ne répond à aucun des enjeux actuels et ne facilitera pas le travail des enseignants.

  • Quel est le fil rouge ? Les situations d’apprentissage qui devraient ĂŞtre au cĹ“ur du projet apparaissent ici accessoires : le dĂ©veloppement de l’empathie ou la participation des Ă©lèves Ă  la vie dĂ©mocratique des Ă©tablissements sont uniquement citĂ©s comme des exemples de pratiques possibles...

    • Au collège, la prise en charge de cet enseignement est prĂ©vu sur un horaire dĂ©diĂ© et des travaux interdisciplinaires sans prĂ©ciser par quel(s) enseignant(s) et suivant quelles modalitĂ©s...

    • La volontĂ© de progression inter-cycles et notamment au sein du cycle 3, Ă  cheval sur Ă©cole primaire et collège, est affichĂ©e mais… le conseil Ă©cole-collège n’est mĂŞme pas Ă©voquĂ© !

    • Les modalitĂ©s d’évaluation qui viendront “plus tard” n’ont pas Ă©tĂ© pensĂ©es en mĂŞme temps que les contenus proposĂ©s : sont-ils seulement Ă©valuables ?

 
 
 
 
ALC