SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - Por. 06 28 59 04 66 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Revalorisation des enseignants : un Grenelle des professeurs ?
Article publié le jeudi 24 septembre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Jean-Michel Blanquer vient d’annoncer la réouverture des négociations sur la revalorisation des enseignants.

septembre-octobre : négociations sur la répartition de la revalorisation 2021.

à partir de novembre : élaboration d’une loi de programmation pluriannuelle.

Cette nouvelle est accompagnée d’une mauvaise surprise : une diminution de l’enveloppe dédiée avec des moyens pour 2021 inférieurs de 100 millions d’euros à l’annonce initiale (400 millions à la place de 500 millions).
Le SE-Unsa considère que cette évolution entame d’emblée la crédibilité des annonces ministérielles. Nous avons besoin d’une vraie revalorisation dans la durée.

La première vague de revalorisation salariale devrait toucher les enseignants en début de carrière.
Pour une action plus large et des actes concrets afin de construire une revalorisation à la hauteur du décrochage des carrières, il faudra dépasser le contexte budgétaire beaucoup plus tendu en raison de la crise sanitaire et certaines formules comme « des maîtres heureux, ce sont des élèves heureux ».

Pour notre ministère, l’équipement informatique des personnels, les heures supplémentaires rémunérées pour assurer les remplacements courts dans le second degré et pour suivre des formations pendant les vacances font partie de la revalorisation.
Mais travailler plus n’est pas une mesure de revalorisation. Il n’est pas inutile de rappeler que les enseignants français ont le plus grand nombre d’heures de présence devant élèves et l’un des taux de rémunération horaire le plus bas parmi les pays développés.

Pour le SE-Unsa, des mesures doivent ĂŞtre prises pour :

  • rĂ©duire l’écart de la rĂ©munĂ©ration des personnels de l’Éducation nationale par rapport au reste de la Fonction publique.
  • mettre fin Ă  la « smicardisation » des jeunes enseignants
  • rĂ©duire les inĂ©galitĂ©s de rĂ©munĂ©ration entre les femmes et hommes.


 

 
 
 
 
ALC