SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - Por. 06 70 49 09 50 - 66@se-unsa.org

 
Entre sport santĂ© et sport utile, quelle place pour l’EPS ?
Article publié le mercredi 6 septembre 2023.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Entre sport santĂ© et sport utile, quelle place pour l’EPS ?

Après avoir instituĂ©, sous le ministère Blanquer, la confusion entre sport et EPS, dĂ©sormais bien Ă©tablie, Emmanuel Macron a dĂ©cidĂ© d’ajouter l’activitĂ© physique et sportive des Ă©lèves Ă  la liste des fondamentaux auxquels l’école, son « domaine rĂ©servĂ© Â», doit donner la prioritĂ©.

Le prĂ©sident rĂŞve, Ă  moins d’un an des Jeux olympiques et paralympiques, d’une « nation sportive Â», dont la construction commence Ă  l’école : 30 minutes d’activitĂ© physique quotidienne en primaire, 2h de sport en plus au collège… Autant de dispositifs axĂ©s vers un sport-santĂ©, très en vogue depuis la pandĂ©mie de Covid, mais aussi vers un sport utile, comme vient de l’affirmer E. Macron. Si le test d’aptitude en sixième doit mesurer les bienfaits du sport sur la santĂ© des Ă©lèves, pour le SE-Unsa, il n’a pas sa place au collège en cours d’EPS. C’est la mĂ©decine scolaire qui doit le prendre en charge.

Estimant qu’un Ă©lève apprend mieux grâce au sport, le prĂ©sident a Ă©voquĂ© l’idĂ©e de faire faire du sport en dĂ©but de journĂ©e aux Ă©lèves les plus agitĂ©s, afin de les mettre en conditions d’apprentissage. L’EPS pour mieux apprĂ©hender le cours de mathĂ©matiques, il fallait y penser !

Pour le SE-Unsa, ces propos simplistes tĂ©moignent une fois encore de la mĂ©connaissance totale de la rĂ©alitĂ© du terrain de la part d’un prĂ©sident qui s’est pourtant appropriĂ© l’École. On redoute les effets d’un tel discours sur la communautĂ© Ă©ducative : instrumentalisation et rĂ©duction de l’EPS Ă  la canalisation des Ă©lèves perturbateurs et Ă  la prĂ©vention de l’obĂ©sitĂ© chez les jeunes, financement par le Pacte d’une externalisation de la pratique physique et sportive sur le temps pĂ©riscolaire, mĂ©pris des enseignants d’EPS qu’il convient d’ « outiller Â», suggĂ©rant ainsi que ces derniers ne connaissent pas leur mĂ©tier.

Pour le SE-Unsa, brandir le sport Ă  l’école comme solution aux problèmes de santĂ© et de comportement en multipliant les dispositifs et les Ă©valuations n’a aucun sens. Il serait temps de considĂ©rer et valoriser l’existant : l’EPS, enseignement obligatoire qui apprend aux Ă©lèves Ă  mieux ĂŞtre, Ă  mieux se connaĂ®tre et Ă  se dĂ©passer, sans esprit de compĂ©tition, et le sport scolaire et ses fĂ©dĂ©rations, qui permettent aux jeunes d’approfondir leur pratique physique Ă  travers l’exercice d’un sport citoyen.

 

 
 
PĂ©tition
 
Nos campagnes
 
Santé
 
Aides spécifiques
 
Mouvement
 
Concours
 
Baromètre Unsa Éducation
 
ALC