SECTION SE-Unsa des PYRENEES ORIENTALES - 7 RUE DEODAT DE SEVERAC - 66000 PERPIGNAN
Tél. 04 68 50 70 32 - Por. 06 70 49 09 50 - 66@se-unsa.org

 
Comité technique du 8 février 2019 : répartition des heures en collège
Article publié le dimanche 17 février 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le 8 février nous n'avons pas souhaité faire de déclaration formelle néanmoins nous avons interpelé le Dasen quand à la capacité des établissements à absorber la deuxième heure supplémentaire. Nous nous inquiétons des collègues chefs d’établissement qui vont devoir gérer les emplois du temps, la répartition pédagogique et la gestion des salles avec en plus des professeurs qui sont déjà parfois à trois heures supplémentaires. le Dasen a précisé que jusqu’à présent nous sommes encore en attente du décret officialisant la deuxième heure supplémentaire. C'est un peu l'habitude du ministre depuis le début : d’abord on annonce après on avance sur la mise en place sans texte officiel...

Voici un condensé des échanges entre l'UNSA et la DSDEN. Si vous souhaitez plus de détails n'hésitez pas à contacter votre section.

Analyse du tableau de répartition des heures par collèges ( le global).

Remarque de l’UNSA : l’accompagnement académique connaît une très grande baisse cette année.

DSDEN : cela avait commencé déjà avant.

UNSA : cela aura forcément un impact sur le fait de pouvoir mener des actions dans les établissements. Quels sont les motifs que le rectorat invoque ?

DSDEN : Au niveau de l’accompagnement académique il y a de grandes variations d’un établissement à l’autre.

UNSA : qu’est-ce qui justifie une telle perte sur certains établissements alors que d’autres restent stables ?

DSDEN : les différences s’expliquent lorsque les structures ont gagné des heures. Pour qu’il n’y ait pas trop de perte d’heures d’un établissement à l’autre il a fallu lisser.

UNSA : Canet gagne des élèves mais le H/E est moindre donc on ne peut pas dire qu’il y ait un gain. On passe globalement de 1235 à 370 donc ça fait 4 fois moins.

DSDEN précise que cette baisse doit être rapportée à la somme de l’accompagnement académique et de la dotation à l'Education Prioritaire.

UNSA : attention certains collèges vont être directement impactés notamment la Garrigole qui connaît un grand nombre d’heures en moins alors que c’est un collège en situation compliquée.

DSDEN : Il y a quelques jours une alerte a été faite au rectorat par rapport aux fermetures de postes qui se profilent à l’horizon. Objectif : obtenir des heures pour avoir de latitude notamment par rapport aux disciplines dans lesquelles il y aura de soucis pour se recaser ( disciplines rares ou avec peu d’heures).

Deux axes de travail ont été retenus pour l’année prochaine : préserver les postes et essayer de tirer profit au maximum des HSE.

Les alertes sont faites régulièrement de la part de la DSDEN vers le rectorat.

UNSA : la DSDEN demande aux services du rectorat d’abonder des heures mais est ce que le 66 est écouté et entendu ? Au rectorat ils écoutent mais ils n’entendent pas. Il n'y a pas d’intérêt pédagogique à partager des classes et avoir une gestion supplémentaire.

Dasen : Avec un volant de dix heures données par le rectorat on pourrait sauver des postes dans des disciplines rares comme lettres classiques et arts plastiques. Pour l’instant, il n'y a pas eu de retour du rectorat mais il y aura sûrement un retour bientôt.

UNSA : demande si la rumeur comme quoi les élèves en option danse au conservatoire scolarisés à Jean Moulin seront scolarisés à madame de Sévigné à la rentrée est fondée ?

DASEN : c’est effectivement une rumeur. De plus si un élève a démarré sa scolarité dans un établissement il doit la finir là-bas. A terme, certainement Jean Moulin va être recentré sur les classes cham musique et les chad seront à madame de Sévigné.

UNSA : questionne à nouveau sur les chiffres de la carte scolaire du privé sous contrat et annonce qu’une action académique sera faite car la dsden a été claire sur le fait que seul le service de l’enseignement privé au rectorat a les chiffres de la carte scolaire du privé sous contrat.

DSDEN : La directrice diocésaine a donné le 07 février l’arbitrage du diocèse sur la proposition du maire de Pollestres d’implanter une antenne de Maintenon à Pollestres. Le recorat est désormais le lieu de dépôt des demandes de création des écoles hors contrat. Il y a une centralisation totale sur Montpellier. L’enseignement privé peut envisager un agrandissement à partir du moment où il y a une vraie demande de progression d’élèves avec un besoin avéré. Il n’est pour eux pas question de répondre à une demande visant à contourner la carte scolaire. Il n’y a pas de demande d’ouverture de classe supplémentaire à Maintenon. Pour madame de Sévigné les moyens ont été donnés pour accueillir tous les élèves de Pollestres. Si les élèves n’arrivent pas ce sera déploré mais les moyens seront conservés. Il n’y a pas de faits de violence significatifs dans les collèges publics de la ville de Perpignan. Nous avons aussi des retours très importants d’élèves du privé qui reviennent vers le public. Nous avons de belles réussites dans nos collèges et lycées le seul problème c’est la voie professionnelle.

UNSA : Une vigilance doit avoir lieu sur les établissements privés qui peuvent être maltraitants. Nous souhaiterions qu'une capagne d'information et de promotion de nos collèges publics soient organisés au moins en interne.

Dasen : Il y a des dérives dans certains établiseemnts publics et la DSDEN en est consciente. Il y a un projet de l’extension du dispositif qui permet de promovoir les établissements par l’installation de filières et options particulières. Une plaquette d’information est en cours d’élaboration pour les parents du secteur de Sévigné avec contenus pédagogiques et une action de communication. La même chose sera faite vers toutes les écoles du département pour tous les collèges.

Unsa : Il ne s'agit pas de culpabiliser les équipes qui ne savent pas promouvoir leurs collèges mais une formation un discours ou des moyens doivent être donnés pour organiser des ponts entre le cm2 et le collège afin de démystifier les peurs.

DSDEN : il y a des choses qui se font mais c’est pas assez.

UNSA : ce n’est pas avec moins d’heures que nous allons réussir à faire cela.

DSDEN souligne qu'il y a de grandes réussites à l’EREA et une installation d’ulis sera faite. Il y a de belles dynamiques malgré la modification du public depuis deux ans car il n’y a plus de places en ITEP. Les besoins des élèves vont entrainer l’implantation du dispositif ulis. Le dasen précise qu'il faut faire attention au discours qui est porté par rapport à la qualité du travail à l’EREA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
ALC