SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
Reims : changements d’horaires dès lundi 8 fĂ©vrier
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Vous ĂŞtes quelques uns  Ă  nous avoir contactĂ©s et  nous avoir fait part de votre incomprĂ©hension, voire votre colère suite aux changements d'horaires (allongement de la pause mĂ©ridienne et après midi passant de 14H Ă  17H).

 Nous avons Ă©tĂ© sollicitĂ©s par le Dasen sur ce sujet.

Bien Ă©videmment, la dĂ©cision appartient Ă  la ville de Reims qui justifie sa dĂ©cision par le besoin d'un temps  supplĂ©mentaire pour assurer la sĂ©curisation sanitaire de la restauration scolaire suite au protocole qui se mettra en place le 8 fĂ©vrier.

Nous avons soulevé des points de vigilance :

- que cette mesure soit la plus courte possible, espérant que ce ne soit que pour les 2 semaines avant les vacances
- la possibilité de faire du cas par cas selon les possibilités de chaque groupe scolaire (mais le maire de Reims a indiqué qu'il lui fallait pour une question de souplesse de gestion des ressources humaines avoir les mêmes horaires partout).
- le risque d'un effet collatéral qui pourrait être une augmentation temporaire d'inscriptions à la cantine dû à l'impossibilité pour certains parents de se réorganiser
- sur les Apc et les rĂ©unions :  que  l'institution laisse tranquille les Ă©quipes pour se rĂ©organiser tranquillement, et sans doute voir Ă  tout cela après les vacances si nĂ©cessaire. ...  Ne pas non plus repousser dans la soirĂ©e les formations en visio ou les rĂ©unions.
- sur les maternelles  : cela peut poser un problème pour les petits non cantiniers pour qui il est tard de venir Ă  14H pour dormir : si les parents les gardent dormir exceptionnellement (sans contrat de coĂ©ducation), il faut l'accepter.
- encadrement des élèves sur la pause méridienne : organiser ce temps plus long pour que les élèves ne soient pas "plus énervés" en revenant au temps scolaire .
Le temps pour se rĂ©organiser est court, depuis les annonces du premier ministre.  Pour nous, il est essentiel de sĂ©curiser les locaux, donc les Ă©lèves, les adultes au service des Ă©lèves.

L'inspecteur d'académie a souhaité ne pas donner de charge de travail en plus aux directrices et directeurs et a demandé à la ville de Reims de prévenir elle-même les familles.

Les enseignants, les équipes pédagogiques sont lasses de ces réorganisations successives qui pèsent aussi sur leur vie personnelle. Les difficultés peuvent être importantes pour les personnels ayant des enfants en bas âge.

A-t-on pour autant le choix ? La crise sanitaire est de  plus en plus aigĂĽe, la pandĂ©mie progresse et nous nous interrogeons tous sur le fait que les enfants semblent vecteurs de la maladie. Les Ă©tudes sont contradictoires. La protection de tous est donc une prioritĂ©.

La prise de décision se trouve au niveau de l'Etat, les échelons territoriaux doivent mettre en oeuvre, sans délai. C'est sans doute là où le bât blesse.

Aline Geeraerts

 
 
 
 
ALC