SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
Première rĂ©union retraite/revalorisation : les engagements sont insuffisants
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Première rĂ©union retraite/revalorisation : les engagements sont insuffisants

 
Les propos du Président lors d’une réunion publique sur les retraites le 3 octobre ont placé le premier rendez-vous retraites de l’Éducation nationale du 8 octobre entre J.P. Delevoye, J.M. Blanquer et les organisations syndicales de l’Éducation nationale sous de mauvais auspices. Dans une ambiance tendue, l’Unsa-Éducation et le SE-Unsa y ont exprimé fortement leurs exigences et porté un message clair sur les inquiétudes des personnels et les colères sous-jacentes. Le calendrier des discussions à venir devrait s’en retrouver accéléré. L’Unsa-Éducation attend désormais des engagements clairs de l’exécutif sur sa volonté de garantir le niveau des futures retraites et sur l’ouverture réelle du chantier de la revalorisation.

Des déclarations du président qui ont brouillé le message

Jeudi 3 octobre, au cours d’une réunion publique à Rodez, Emmanuel Macron a évoqué le système de retraite des enseignants en des termes qui ont heurté les personnels : « Je considère le système de rémunération des enseignants actuel insatisfaisant. Aujourd’hui, le pacte social, c’est : on ne vous paie pas assez bien, votre carrière est assez plate, mais vous avez des vacances et vous partez à la retraite avec un système mieux calculé que beaucoup d’autres, car calculé sur la base des six derniers mois. » Ainsi, selon lui, ce pacte « ne correspond plus à la réalité ni à ce qui est souhaitable. » Le président souhaite que le changement se fasse sur un temps long. « Je ne peux pas dire [aux enseignants] du jour au lendemain : "vous allez passer au nouveau système" [de retraite établi sur les salaires perçus tout au long de la vie et non plus l’indice détenu durant les 6 derniers mois], sinon tous les enseignants seront lésés. » Il faut alors « un temps de transition important, sur 5 à 10 ans. »

Une réforme qui pourrait léser les personnels

Le mardi 8 octobre, quelques jours après ces propos s’est tenue la première réunion concernant l’Éducation nationale sur les retraites et la revalorisation avec Jean-Paul Delevoye et Jean-Michel Blanquer.
L’Unsa-Éducation y a rappelé que sans revalorisation et autres corrections, le schéma global du futur système de retraites esquissé par le rapport Delevoye serait particulièrement défavorable aux personnels enseignants, d’éducation et psychologues. Notre ministère fait partie de ceux où les indemnités et primes sont les plus faibles. Ainsi, dans un nouveau mode de calcul intégrant toutes les rémunérations, les personnels seraient fortement lésés. L’Unsa-Éducation a aussi redit que le décrochage salarial des enseignants depuis 20 ans, en même temps qu’une complexification et une augmentation des missions, nécessite un rattrapage qui ne peut se poser en sous-entendant qu’ils ne travailleraient pas assez.

Des incertitudes qui doivent être levées rapidement
 
Lors de la réunion du 8 octobre, Jean-Paul Delevoye a redit que les conséquences pour les enseignants étaient repérées et que c’est bien l’enjeu des discussions ouvertes et Jean-Michel Blanquer a renouvelé ses engagements sur une réforme juste pour les personnels du ministère. Mais faute d’éléments tangibles, pour l’Unsa-Éducation, l’engagement de l’exécutif reste trop flou.
Après des interventions fermes et répétées durant une réunion qui a largement dépassé les 3 heures initialement prévues, les organisations syndicales ont obtenu une accélération du calendrier et exigé des signes concrets.
Les prochaines réunions prévues en novembre et en décembre doivent avancer concrètement et résolument afin que cette double négociation retraite/salaire aboutisse avant le passage de la loi sur les retraites à l’Assemblée nationale. Jean-Paul Delevoye s’est par ailleurs engagé à fournir des simulations fiables pour différentes situations.

L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, comme pour sa fédération l’Unsa-Éducation, la transparence dans les chiffres et confiance dans les intentions sont les conditions indispensables à une négociation sincère. Il rappelle que les personnels ont besoin de mesures salariales rapides et de sécurisation de leurs futures retraites. Il alerte l’exécutif sur le fait que de l’inquiétude à la colère, il n’y a qu’un pas.
 

Communiqué de presse
Retraites à l’éducation nationale
À Rodez le président a brouillé le message

Les propos du président de la République jeudi, à Rodez, sur l’étalement sur un temps long de la revalorisation, tout en interrogeant les vacances et le temps de travail, ont placé le premier rendez-vous entre J.P. Delevoye, J.M. Blanquer et les organisations syndicales représentatives de l’éducation nationale sous de mauvais auspices. L’UNSA Éducation demandait cette première séquence de discussions ministérielles sur la réforme depuis plusieurs mois. La réunion tendue de ce matin a été franche dans les échanges.
L’UNSA Éducation y a porté fortement ses exigences pour que l’ensemble des personnels de l’éducation nationale ne soient pas pénalisés par cette réforme. Nous avons demandé des éléments concrets de calendrier et d’engagement avant le vote de la Loi. Nous avons besoin de mesures salariales rapides, sauf à accepter de voir l’attractivité des métiers et notamment du métier d’enseignant décroitre.
Le ministre a renouvelé ses engagements sur une réforme juste pour les personnels du ministère. Pour autant, il reste encore trop de flou, même si suite à nos interventions fermes et répétées, le calendrier a été accéléré. Pour l’UNSA Éducation nous avons bien entendu l’engagement du président de la république, répété à plusieurs reprises, et confirmé ce matin par le ministre. L’UNSA Éducation exige à présent des signes très concrets.
Par ailleurs, la question de la revalorisation en lien avec la réforme des retraites dans notre ministère se pose pour l’ensemble des personnels. En effet, notre ministère fait partie de ceux où les indemnités sont les plus faibles et de nombreux personnels notamment de catégorie C pourraient se retrouver extrêmement pénalisés, eux-aussi, par ce nouveau système.
Il faut que ces négociations débutent rapidement et concernent tous les agents qu’il soient enseignant.e.s mais également psychologues, personnels d’éducation, infirmier.e.s, médecins, personnels sociaux, personnels administratifs, personnels techniques, inspecteur.trice.s et personnels de direction. Des simulations fiables seront nécessaires pour les différentes situations. J.P. Delevoye s’est engagé à les fournir.
Pour l’UNSA Éducation, les réunions prévues en novembre et en décembre doivent engager des discussions concrètes sur la revalorisation et sur le calendrier.
Cette double négociation retraite/salaire doit aboutir avant le vote de la Loi. Cela doit se faire dans la transparence sur les chiffres et la confiance dans les intentions. Les deux restent à conquérir.

Ivry sur Seine, le 8 octobre 2019.
Frédéric MARCHAND

 
 
 
 
ALC