SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
Vies scolaires : les oubliĂ©es de la crise sanitaire
Article publié le jeudi 17 décembre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 
Une profession en danger d’épuisement au travail
 
Les CPE et les AED sont Ă©puisĂ©s par la crise sanitaire : dĂ©couvrir tardivement les protocoles et les mettre en place dans l’urgence absolue, distribuer du gel, surveiller les rĂ©crĂ©ations dĂ©calĂ©es, surveiller la demi-pension (pendant 2 Ă  3 heures parfois), organiser le service d’internat, gĂ©rer les flux et les circulations, limiter le brassage, faire respecter le port du masque, surveiller des groupes d’élèves quand un professeur fait cours en visio, s’occuper des Ă©lèves malades et des cas contacts, contacter les familles en cas de suspicion de contamination… et le travail ordinaire doit continuer Ă  se faire.
 
La crise sanitaire a mis les vies scolaires à mal. Certaines sont à bout de souffle. Elles n’étaient déjà pas au mieux de leur forme avant mars dernier.
Des revendications qui ne datent pas d’hier
Le SE-Unsa revendique depuis des années une amélioration des conditions de travail
 
Pour les CPE :
  • 35 heures hebdomadaires toutes tâches comprises (notre dernière enquĂŞte montrait que les CPE effectuaient en moyenne 40 heures par semaine en prĂ©sentiel) ;
  • un accès Ă  la prime informatique de 150 € ;
  • une revalorisation de l’indemnitĂ© forfaitaire ;
  • Pas d’établissement sans CPE : au moins 300 collèges n’ont pas de CPE sur l’ensemble du territoire. Le SE Unsa demande au ministre de pourvoir tous les Ă©tablissements et d’augmenter le nombre de places aux concours.
 
Pour les AED :
  • des postes supplĂ©mentaires, mĂŞme hors crise sanitaire ;
  • une revalorisation salairiale ;
  • un accès Ă  la prime Rep/Rep+ ;
  • une augmentation des heures de crĂ©dit formation Ă  400h par an au lieu de 200h ;
  • la CDIsation possible après 6 ans pour ceux qui le souhaitent.
 
Une crise sanitaire qui a exacerbé de mauvaises conditions de travail
 
La crise sanitaire a exacerbé les mauvaises conditions de travail des CPE et des AED. Comme d’autres personnels, ils ont été et sont encore en première ligne dans les établissements scolaires. Ils sont épuisés par la surcharge de travail, l’agitation des élèves, le mal-être des autres collègues. Ils souhaitent une reconnaissance de leur surinvestissement. La méconnaissance du ministre de leurs missions n’est plus tolérable et elle génère un sentiment légitime de colère.
 
Le SE-Unsa demande une reconnaissance de l’investissement des collègues pendant cette pĂ©riode. Certes des recrutements exceptionnels sont actĂ©s mais les 8 000 AED dĂ©ployĂ©s sont une goutte d’eau temporaire et rĂ©partis de façon très obscure.
 
Le SE-Unsa demande :
  • la prĂ©sence d’au moins un CPE dans chaque Ă©tablissement et que les AED supplĂ©mentaires soient recrutĂ©s jusqu’au 31 aoĂ»t 2021 ;
  • le versement d’une prime de reconnaissance du surinvestissement des CPE et AED pendant la crise sanitaire (voir courrier au ministre en PJ).

 


 
 
 
 
ALC