SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
Éducation et crise sanitaire : le gouvernement doit entendre la colère
Article publié le vendredi 6 novembre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Après les multiples alertes et réunions de ces derniers jours, le SE-Unsa avec sa fédération l’Unsa Éducation appellent le gouvernement à répondre au plus vite aux demandes et à la colère des personnels de l’Éducation nationale.

 
Dans ce contexte de double crise sanitaire et terroriste qui bouleverse notre école et notre société, le SE-Unsa n’appelle pas à une grève nationale le 10 novembre dans une situation sanitaire évolutive et dans un délai aussi rapproché.

Le SE-Unsa juge que le rôle du syndicat est de porter nationalement comme localement, les demandes et le ressentiment des personnels sans déstabiliser les équipes qui tentent de préserver un équilibre pour elles-mêmes, les élèves et leurs familles, ni d’appeler les collègues à perdre une journée de salaire dans un moment de perte de revenus de nombreux foyers qui peuvent être aussi ceux de nos collègues.

Le ministère doit montrer qu’il prend en compte la parole des corps intermédiaires. Le ministre en particulier porte une lourde responsabilité dans l’épuisement et la colère légitimes de la profession.
 
Le SE-Unsa a :
  • averti solennellement l’exĂ©cutif de l’état d’exaspĂ©ration et d’épuisement ;
  • demandĂ© nationalement et localement la diminution des groupes d’élèves dès qu’il n’est pas possible d’appliquer le protocole ;
  • demandĂ© nationalement et localement la suspension de toutes les rĂ©unions et formations non-urgentes ;
  • demandĂ© au ministère de mettre en place des journĂ©es banalisĂ©es s’il faut passer Ă  de nouvelles Ă©tapes (nouveau protocole, fonctionnement pĂ©dagogique en alternance ou continuitĂ© pĂ©dagogique) ;
  • fait des propositions d’amĂ©nagement des programmes et des examens ;
  • demandĂ© des recrutements de personnels en particulier par le recours aux listes complĂ©mentaires, des recrutements d’assistant d’éducation dans le 1er comme dans le 2d degrĂ©.
Ces avertissements et demandes ont Ă©tĂ© portĂ©es Ă  tous les niveaux et dans de multiples instances : comitĂ© technique ministĂ©riel, comitĂ© de suivi de la rĂ©forme du lycĂ©e, rĂ©union ministĂ©rielle faisant suite Ă  l’alerte sociale, interventions auprès du ministère, du rectorat et des IA-Dasen. Un CHSCT ministĂ©riel est prĂ©vu le 10 novembre. Dans les territoires, des rectorats ont bougĂ© et des rĂ©organisations sont en cours. Le gouvernement et le ministère doivent apporter des rĂ©ponses nationales.
 
Le SE-Unsa appelle les équipes à faire entendre tous leurs problèmes de protection et de conditions de travail par les fiches du Registre santé et sécurité au travail qui peuvent déboucher sur l’usage de la procédure d’alerte et du droit de retrait et soutient celles qui sont contraintes d’user du droit de grève pour faire entendre leurs besoins urgents qui ne trouvent pas d’écho favorable de leur administration locale.
 

Le SE-Unsa poursuit son travail avec les autres organisations pour construire et inscrire dans la durée les actions qui fédèrent la profession et les parents d’élèves pour obtenir la protection des conditions d’apprentissage pour les élèves et de travail pour les personnels.

 

 
 
 
 
ALC