SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
Formation en constellation : l’adhĂ©sion des Ă©quipes est indispensable
Article publié le vendredi 16 octobre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Les nouvelles formations en constellation sont mises en place Ă  la rentrĂ©e 2020. Elles correspondent Ă  la mise en place du Plan Français et du Plan maths et soulèvent de nombreuses questions.

Le plan français-maths c’est quoi ?

â—Ź Le plan « français-maths Â» traduit la volontĂ© ministĂ©rielle de transformer la formation continue des professeurs des Ă©coles. Après le plan « mathĂ©matiques Â» initiĂ© en 2019 c’est au tour du plan français de se dĂ©cliner, en introduisant un nouveau modèle de formation : la constellation.

â—Ź Ce sont les IEN qui organisent ces constellations, guidĂ©s par 4 principes :

1. 20 % au moins des professeurs doivent bĂ©nĂ©ficier d’une formation intensive en français, d’au moins 5 jours, avec l’objectif de 100 % des professeurs formĂ©s sur 6 ans.

L’avis du SE : cette organisation se fait Ă  moyens constants. Cela peut avoir pour consĂ©quence un recentrage exclusif des 18h d’animations pĂ©dagogiques sur ce plan, au dĂ©triment d’autres formations.

2. Cette formation doit comprendre une part significative d’accompagnement en classe, ou d’observations croisées.

L’avis du SE : de telles modalitĂ©s de formation sont intĂ©ressantes et Ă  encourager. Cependant elles ne peuvent se concevoir que dans un groupe bienveillant oĂą les formateurs ont Ă©tabli une relation de confiance avec tous. Ouvrir la porte de sa classe Ă  d’autres collègues pour une observation et une analyse de sa pratique ne fait pas encore toujours partie de la culture professionnelle enseignante, et si nous pouvons le dĂ©plorer nous savons Ă©galement que cela ne se dĂ©crète pas.

3. Le travail en constellation consiste en un regroupement de 6 à 8 PE, base de formation pour des échanges entre pairs, accompagnés par des CPC référents, et eux-mêmes spécifiquement formés.

L’avis du SE-Unsa : cette formation existe, mais elle se fait parallèlement et non en amont de la mise en place du dispositif.

4. Le choix du thème de travail est déterminé par le groupe lui-même.

L’avis du SE-Unsa : c’est la condition sine qua non de l’adhĂ©sion des Ă©quipes Ă  ce dispositif. Dans la mesure oĂą il se dĂ©ploie dans un cadre très contraint et prĂ©cipitĂ©, cela laisse craindre une formation au contraire parfois très verticale et descendante.

 

 

BILAN:

Des points positifs

L’idĂ©e de construire des petits groupes de pairs (les constellations) qui suivront un mĂŞme parcours peut sembler intĂ©ressante sur certains aspects :

  • La crĂ©ation d’un « rĂ©seau Â» permet aux collègues d’une mĂŞme constellation d’échanger sur la durĂ©e autour des pratiques professionnelles ; le ministère met ainsi en avant l’intelligence collective. 
  • Les collègues qui travaillent dans les petites Ă©coles trouveront dans cette modalitĂ© l’opportunitĂ© d’échanger avec d’autres collègues que ceux de leur Ă©cole de manière rĂ©gulière.
  • Un groupe pourra co-construire un projet ou un objet pĂ©dagogique commun et disposera d’un temps et d’un espace vraiment dĂ©diĂ©s pour le tester et l’amĂ©liorer.
  • La rĂ©currence des rencontres permettra aux collègues et aux CPC de travailler rĂ©gulièrement ensemble.

 

Des doutes

Ce nouveau dispositif porte toutefois en creux des inquiĂ©tudes et installe de nouvelles difficultĂ©s : 

  • Le cycle moyen annoncĂ© pour que chaque collègue intègre une constellation est de six ans. Ă€ l’allure oĂą vont les rĂ©formes dans notre ministère, gageons qu’il existe de fortes chances que ce fonctionnement soit perturbĂ© par une nouvelle rĂ©forme avant mĂŞme la fin d’un premier cycle.
  • Certains collègues ne se sentiront pas Ă  l’aise dans les modalitĂ©s des constellations, or la venue d’un CPC ou d’un groupe pour observer la pratique en classe doit se faire dans un cadre de confiance. Elle ne doit pas ĂŞtre vĂ©cue comme une inspection dĂ©tournĂ©e ou une intrusion dans leur pratique professionnelle.
  • Cette nouvelle modalitĂ© de formation induit une nouvelle charge de travail pour les CPC, dĂ©jĂ  impactĂ©s par la multiplicitĂ© de leurs tâches. 
  • Que faire Ă©galement en cas de mutation d’un collègue en plein milieu d’un cycle ? Difficile de l’intĂ©grer dans un nouveau cycle dans un autre dĂ©partement sans dĂ©voyer l’esprit mĂŞme de ce dispositif. 

 

Une formation hélas imposée

Avec ce plan, le ministère souhaite renforcer le poids des fondamentaux dans la formation des professeurs des Ă©coles. Certes, certaines donnĂ©es pourraient lui donner raison. Certes, la formation en constellation prĂ©sente tous les atours d’un dispositif pĂ©dagogique intĂ©ressant (co-construction entre pairs, progressivitĂ©, long terme, feed-back rĂ©gulier, travail en petits groupes…). Mais ce plan, qui consomme l’intĂ©gralitĂ© des 18 heures dĂ©volues aux animations pĂ©dagogiques, ne pourra rencontrer l’adhĂ©sion des Ă©quipes s’il continue d’être ainsi imposĂ©, qui plus est au dĂ©triment d’autres formations.

Ces nouvelles modalitĂ©s renforcent le sentiment que les personnels n’ont plus leur mot Ă  dire en ce qui concerne les contenus de la formation continue, et c’est bien lĂ  que le bât blesse. Certains se souviennent d’un temps oĂą la formation continue permettait de valoriser des projets de terrain, de consolider et dĂ©velopper des pratiques qui correspondent aux besoins d’un territoire, de rĂ©pondre aux attentes prĂ©cises d’une Ă©quipe, d’un collègue ou d’une circonscription. 

Une formation continue ainsi dĂ©ployĂ©e en imposant verticalement des prioritĂ©s ministĂ©rielles nĂ©glige la libertĂ© pĂ©dagogique des collègues, et l’expertise des acteurs de la formation. 

Le SE-Unsa sera exigeant sur la mise en Ĺ“uvre de ce dispositif et demandera des point d’étapes rĂ©guliers. Les modalitĂ©s dĂ©crites ne peuvent se concevoir que dans un groupe bienveillant oĂą les formateurs auront Ă©tabli une relation de confiance avec tous. 

Les CPC doivent pouvoir ĂŞtre associĂ©s rapidement et consultĂ©s rĂ©gulièrement, et les enseignants qui participent aux constellations doivent Ă©galement pouvoir Ă©valuer l’efficacitĂ© de ce dispositif. 

Pour ces raisons, le SE-Unsa demande que ce plan, comme tout dispositif de formation continue, repose sur un engagement volontaire des enseignants.

 

 
 
 
 
ALC