SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
Covid : mise Ă  jour de la FAQ le 7 janvier >>> exaspĂ©ration encore !
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le ministère a fait évoluer la FAQ : devant l'impossibilité de la mise en oeuvre des consignes données le jour de la rentrée !

Voir aussi notre communiqué de presse > https://enseignants.se-unsa.org/Covid-le-ministre-devra-entendre-l-exasperation-des-personnels


Gestion des cas confirmés / cas contact

Une catĂ©gorie est ajoutĂ©e, celle des Ă©lèves et des personnels ayant contractĂ© la Covid-19 :

- lorsqu’ils sont cas positif : ils sont absents pour motif mĂ©dical

- lorsqu’ils sont cas contact : s’ils ont contractĂ© la Covid-19 depuis moins de deux mois, ils ne sont pas soumis Ă  l’obligation de dĂ©pistage ou de quarantaine mais doivent prĂ©senter un certificat de rĂ©tablissement

Il est aussi précisé que si l’élève est cas contact en raison d’un cas confirmé au sein de sa famille, les règles à respecter sont les suivantes : règles générales applicables en fonction de son âge et de son statut vaccinal. Une quarantaine de 7 jours à compter de la survenue du cas doit être respectée et un test antigénique ou PCR doit être réalisé à l’issue de cette quarantaine sauf si l’élève a moins de 12 ans ou qu’il bénéfice d’un schéma vaccinal complet. Dans ce cas de figure, l’élève réalise immédiatement un test antigénique et PCR puis des autotests à J2 et J4 et poursuite les apprentissages si les résultats sont négatifs.

 

Gestion d’une personne accueillie présentant des symptômes sur école ou établissement

Il est précisé qu’à défaut d’information, l’élève ne pourra retourner dans l’établissement qu’après le respect de la période d’isolement requise pour les cas confirmés, définie en fonction de son âge, de son statut vaccinal et son schéma de dépistage.

 

DĂ©pistage

Il est ajouté qu’en cas de difficulté transitoire pour obtenir des autotests, la surveillance peut également se faire par un test antigénique ou, à défaut, PCR (dans ce dernier cas, le résultat devra être obtenu avant la reprise des cours).

 

Masques 

Il est inscrit la récente annonce gouvernementale à savoir que les personnels de l’éducation nationale intervenant dans les écoles, les collèges et les lycées seront dotés, s’ils le souhaitent et dans le courant du mois de janvier 2022, de masques chirurgicaux jetables de type IIR.

 

Continuité pédagogique

La question est formulĂ©e avec une entrĂ©e « familles Â» et non « personnels Â», expliquant ainsi les choix opĂ©rĂ©s : « Comment mon enfant continue-t-il Ă  apprendre s’il ne peut ĂŞtre accueilli dans son Ă©cole (cas confirmĂ©, contact Ă  risque justifiant une mise en quarantaine, fermeture de la classe ou de l’établissement) ? Â»

A noter qu’une distinction est faite entre Ă©lève cas positif, Ă©lève cas contact et Ă©lève d’une classe/d’un Ă©tablissement fermĂ© :

- Ă©lève cas positif : il est gĂ©rĂ©, comme s’il Ă©tait absent pour toute autre maladie (information sur les cours et exercices faits en classe, communication si possible des documents distribuĂ©s en classe)

- Ă©lève cas contact et ne pouvant ĂŞtre accueilli (compte tenu de son statut vaccinal par exemple) : il bĂ©nĂ©ficie du dispositif de continuitĂ© pĂ©dagogique (plan de continuitĂ© pĂ©dagogique de chaque Ă©cole ou Ă©tablissement) avec a minima transmission des polycopiĂ©s distribuĂ©s en classe, des exercices rĂ©alisĂ©s en classe et des devoirs donnĂ©s

En fonction des équipements disponibles, le professeur peut proposer aux élèves concernés de suivre son cours à distance.

- élève d’une classe/d’un établissement fermé : il bénéficie du dispositif de continuité pédagogique (plan de continuité pédagogique de chaque école ou établissement) comme tous les élèves de la classe ou de l’établissement

 

Accueil des élèves à besoin éducatif particulier

Il est précisé que les mesures concernent également l’ensemble des dispositifs inclusifs (UEMA, UEEA, UPE2A…).

 

Stage de 3ème

Le stage de 3ème (sĂ©quence d’observation) doit ĂŞtre obligatoirement effectuĂ© au cours de l’annĂ©e scolaire 2021-2022. Les règles applicables dans la structure d’accueil s’appliquent Ă  l’élève en stage. Ainsi, lorsque le stage s’effectue dans une structure dont les professionnels sont tenus de dĂ©tenir le pass sanitaire ou sont soumis Ă  l’obligation vaccinale, les Ă©lèves doivent respecter ces obligations. S’agissant de la situation du mois de janvier        2022, les Ă©tablissements peuvent dĂ©cider de reporter la semaine de stage de leurs Ă©lèves Ă  une date ultĂ©rieure, s’il apparaĂ®t que la situation sanitaire ne permet Ă  ceux-ci de la rĂ©aliser dans des conditions satisfaisantes. En tout Ă©tat de cause, un accompagnement Ă  l’orientation sera proposĂ© aux Ă©lèves par le chef d’établissement et son Ă©quipe pĂ©dagogique.

 

 

Accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire lorsque la classe ou l’établissement de leur enfant est fermé

 

Un dispositif d’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire est activé en cas de fermeture d’une classe, d’une école ou d’un établissement. Cet accueil exceptionnel se fera en groupe de 20 élèves maximum. Cet accueil est assuré par l’éducation nationale sur le temps scolaire. En dehors de ces horaires et pendant les vacances scolaires, un accueil peut être mis en place par les collectivités territoriales.

Les élèves ne pourront être accueillis que sur présentation d’un résultat de test PCR ou antigénique négatif. Les élèves identifiés comme cas contact avant la fermeture devront respecter le protocole de dépistage par autotest à J+2 et J+4 après un premier test PCR ou antigénique négatif à J+0. Les élèves cas confirmés ne peuvent être accueillis qu’au terme de la période d’isolement qu’ils doivent respecter.

 

Conditions d’éligibilité

 

Il s’agit des enfants de moins de 16 ans des personnels qui n’ont aucune solution de garde alternative (autre parent en travail Ă  distance par exemple) et qui exercent l’une des professions suivantes :

- tous les personnels des établissements de santé

- les biologistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, pharmaciens et préparateurs en pharmacie, sage-femmes, ambulanciers

- tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (effecteurs comme personnels administratifs)

- tous les personnels des établissements et services médico-sociaux : EHPAD et EHPA (personnes âgées), établissements pour personnes handicapées et d’aide sociale à l’enfance, services d’aide à domicile pour personnes vulnérables, services infirmiers d’aide à domicile, lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé, appartements de coordination thérapeutique, CSAPA et CAARUD, centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus

Les personnels dont les enfants sont éligibles se signalent dès que possible directement auprès des chefs d’établissement et des directeurs d’école.

 

Justificatifs

 

- un justificatif de la profession exercée (carte professionnelle, fiche de paie, etc.)

- une attestation sur l’honneur de l’absence d’une autre solution de garde

- la présentation d’un résultat négatif de test antigénique ou RT PCR de moins de 24 heures pour l’enfant accueilli

 

Organisation de l’accueil

 

L’accueil pourra se faire, selon les organisations locales mises en place, soit dans l’école ou établissement habituel, soit dans un pôle d’accueil.

Dès lors que les élèves sont accueillis sur présentation d’un résultat de test négatif, ils peuvent, en cas de fermeture de classe et à titre exceptionnel, être répartis dans les autres classes de l’établissement. Ils doivent en revanche fréquenter la même classe durant toute la période au cours de laquelle ils sont accueillis.

 

 

Restauration scolaire

 

Dans le contexte actuel de très forte circulation du virus, il est recommandé d’exploiter d’autres espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration (espaces extérieurs, gymnase, salles des fêtes etc.), lorsque l’étalement des plages horaires ou l’organisation de plusieurs services ne permettent pas de respecter les règles de distanciation et de limitation du brassage. Il pourra également être proposé, en dernier recours, des repas à emporter (si possible en alternant pour les élèves les repas froids, à emporter, et les repas chauds à la cantine par roulement un jour sur deux).

 

 

Internats

 

Dans le contexte de très forte circulation du virus prĂ©valant en janvier  2022, il est recommandĂ© d’organiser des rotations pour l’accès aux espaces collectifs (salles de bains, salle de restauration ou de vie commune).

Les mesures de distanciation sont les suivantes :

- distanciation d’au moins un mètre entre les lits au collège

- attribution de chambres individuelles au lycée ou, à défaut, entre élèves d’un même groupe en respectant une distanciation physique d’au moins un mètre entre les lits

 

 

Notre positionnement

Cette nouvelle mise Ă  jour modifiant des consignes lourdes de consĂ©quences ne fait que donner raison Ă  notre exaspĂ©ration ! Non communiquĂ©es lors du point sanitaire dĂ©roulĂ© quelques heures en amont, les nouvelles consignes apportent des rĂ©ponses Ă  certaines de nos demandes de prĂ©cisions (gestion des Ă©lèves et personnels ayant contractĂ© la covid, gestion des cas contact intrafamiliaux, stages de 3ème, restauration, internat, …) mais elles viennent ajouter de nouvelles difficultĂ©s de gestion et un nouveau tĂ©moignage de manque de considĂ©ration :

- gestion de l’accueil des enfants de personnels prioritaires (vĂ©rification des justificatifs, organisation de l’accueil, …) alourdissant toujours plus les tâches !

 

- absence totale de considĂ©ration des personnels de l’Education nationale quant Ă  l’accueil prioritaire de leurs enfants, les personnels de l’Education nationale Ă©tant pourtant indispensables Ă  l’accueil de tous les Ă©lèves et dans le contexte des enfants de personnels prioritaires !

Concernant la continuitĂ© pĂ©dagogique, si notre demande que soit Ă©crit noir sur blanc que des Ă©lèves absents car ayant contractĂ© la covid soient gĂ©rĂ©s comme des Ă©lèves malades pour tout autre motif a Ă©tĂ© intĂ©grĂ©e, le maintien de la continuitĂ© pĂ©dagogique pour tous les Ă©lèves cas contact, bien plus nombreux en suspension d’accueil et revenant au fil de l’eau, pose un rĂ©el problème !

 

Notre communication

Un communiquĂ© de presse a Ă©tĂ© diffusĂ© pour exprimer l’exaspĂ©ration de tous les personnels et le dangereux dĂ©ni continu du ministre : Covid : le ministre devra entendre l’exaspĂ©ration des personnels !

Nous construisons après notre alerte sociale de décembre, de nouvelles modalités d'actions.


Continuez à nous faire remonter les problèmes rencontrés sur le terrain.

 Synthèse :

Le cycle de dépistage ne redémarre que si le second cas confirmé a eu des contacts avec les autres élèves après un délai de 7 jours suite à l’identification du premier cas.

Le nouveau schéma de fonctionnement du dispositif est donc le suivant :

- J0 : information de la survenue d’un cas confirmé

- J0 : réalisation du premier test

- J2 : réalisation du premier autotest

- J4 : réalisation du second autotest

- à compter de J7 : si un nouveau cas positif apparaît, le cycle de dépistage doit être mise en œuvre (test antigénique ou PCR puis autotests)

La FAQ a été mise à jour dans ce sens.

Pour rappel, avait également été ajouté dès hier qu’en cas de difficulté transitoire pour obtenir des autotests, la surveillance pouvait également se faire par un test antigénique ou, à défaut, PCR (dans ce dernier cas, le résultat devra être obtenu avant la reprise des cours).

 

Notre positionnement

Cette nouvelle modification d’un protocole, pourtant tout juste entré en vigueur lundi 3, vise à diminuer le nombre de tests à réaliser après la saturation du dépistage en laboratoires et pharmacies ainsi que l’insuffisance d’approvisionnement en autotests.

Une fois de plus, le manque crucial d’anticipation des moyens à disposer pour mettre en œuvre une nouvelle règle a mis sous pression l’Ecole avant un rétropédalage n’allégeant en rien cette pression.

Illisibilité des règles, modification incessante des tâches à accomplir, discrédit total de l’Ecole, … sont les réelles conséquences de ce type de revirement, sans compter que le nouveau protocole ne sera pas pour autant applicable non plus.

Lorsque la capacité à tester est insuffisante faute de moyens anticipés, ce n’est pas le dépistage qu’il faut alléger mais c’est une décision de fermeture qu’il faut savoir prendre.

Les chiffres élevés des fermetures de classes et d’écoles/établissements témoignent bien que, malgré la volonté de reléguer cette modalité de protection de tous à l’ultime issue, certains territoires continuent d’en faire un choix raisonné.

 
 
 
 
 
ALC