SECTION SE-Unsa de la MANCHE - MAISON DES SYNDICATS - 2BIS RUE LEON DERIES - BP 421 - 50000 SAINT LO CEDEX
Tél. 02 33 57 64 59 - Por. 06 75 88 98 23 - 50@se-unsa.org

 
L’école de la défiance
Article publié le dimanche 10 mai 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

« Si un enfant tĂ©moignait de la mauvaise volontĂ© Ă  respecter les gestes barrière, vous en seriez informĂ©s immĂ©diatement afin de trouver avec vous très vite une solution. En cas de rĂ©cidive, nous pourrions ĂŞtre amenĂ©s Ă  refuser son retour Ă  l’école par mesure de prĂ©caution pour ses camarades. Â»

RangĂ©e dans la rubrique « Gestion sanitaire Â» des notes d’information aux familles qui fleurissent dans toutes les Ă©coles du dĂ©partement, cette petite phrase n’a pas manquĂ© de faire rĂ©agir.

« Mauvaise volontĂ© Â», « rĂ©cidive Â», exclusion (puisque c’est de cela qu’il s’agit) pour le bien de tous.

Ce triptyque marque une rupture forte car il acte, au nom de l’épidĂ©mie, une renonciation Ă  tous nos principes Ă©ducatifs, l’irruption d’une « judiciarisation Â» des rapports enseignants/Ă©lèves/parents.

Les mots ont un sens. La rĂ©cidive, selon Le Petit Larousse, c’est « L’action de commettre une deuxième infraction après une première condamnation pĂ©nale dĂ©finitive Â».

A l’école de la bienveillance, dans la prétendue école de la confiance, ces mots n’ont pas leur place car ils contreviennent aux objectifs éducatifs qui doivent rester les objectifs essentiels de l’école.

La bienveillance, c’est quoi ? Définition donnée par les dictionnaires « disposition d’esprit, inclination à la compréhension : capacité à se montrer indulgent, attentionné envers autrui. »

L’urgence de la situation comme sa gravité ne doivent pas nous faire oublier pour qui et pour quoi nous exerçons ce métier.

 
 
 
 
ALC