SECTION SE-Unsa de la LOIRE ATLANTIQUE - 6 PLACE DE LA GARE DE L ETAT - CP 6 - 44276 NANTES CEDEX 2
Tél. 02 40 35 06 35 - [Mél.]

 
Positionnement de l’UNSA face Ă  la mobilisation lycĂ©enne et aux appels Ă  la grève
Article publié le jeudi 13 décembre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Retrouvez ici la réponse de l'UNSA aux annonces de M. Macron suite au mouvement des Gilets Jaunes.

Retrouvez en pièce jointe en bas de cet article la déclaration du SE-UNSA au Conseil Départemental de l'Education Nationale (CDEN).

L'UNSA écrit au Président en ce sens et invite tous les collègues intéressés à le faire aussi.

 

Monsieur Macron, dans son allocution, a oublié les fonctionnaires soit près de 5 millions de personnes dont 1 million d'enseignants. Beaucoup d'agents de la Fonction Publique sont dans la difficulté, car ont des salaires peu élevés. Quand notre employeur reconnaitra t-il ses salariés ? La première entreprise de France nous versera-t-elle une prime de fin d'année, comme notre président le demande aux entreprises privées ?

En attendant beaucoup de nos collègues souffrent.
Il est temps que nous soyons reconnus Ă  notre juste valeur et  cela commence par une revalorisation indiciaire.
Nous n'appelons pas à la grève, ni à manifester, car les dernières manifestations ont montré le peu de mobilisation des collègues pour qui la perte d' 1/30 de salaire, dans le contexte économique actuel, n'est pas raisonnable.

NĂ©anmoins, nous savons que les Français exigent une  reprĂ©sentativitĂ© de  l'Etat sur tous les territoires. Ce n'est pas en voulant privatiser que Monsieur Macron rĂ©pondra Ă  son peuple.
Et cela commence par favoriser les Ă©tablissements publics et non pas les Ă©coles collèges et lycĂ©es privĂ©s, les cliniques... Tout cet argent public dĂ©pensĂ©  pour le privĂ© empĂŞche la laĂŻcitĂ© et l'Ă©quitĂ© de s'installer en France. Pour nos enfants de la Nation il est temps d'avoir une Education digne de ce nom, avec des personnels heureux de faire leur mĂ©tier, des infrastructures correctes et accueillantes, des classes Ă  effectif raisonnable et favorable au travail (24 maximum comme spĂ©cifiĂ© dans nos mandats).


Certains syndicats surfent sur la peur du changement au sein de notre fonction publique d'Etat, sans explication avec des phrases chocs. (réforme du lycée, proposition d'un nouveau statut d'école....)


Arrêtons ! Il y a des combats à mener, mais la peur et la méconnaissance des sujets doivent-elle être les leviers d'une contestation ?


Nous devons être vigilants à ne pas tomber dans le populisme et la démagogie. Nous sommes des transmetteurs de valeurs et de comportements. Nous apprenons à nos élèves la réflexion et l'analyse.

Rappelons-nous de ces moments d'histoire où le populisme était à l’œuvre.

Ce que nous demandons :
 - une revalorisation du point d'indice
 - un impĂ´t juste et Ă©quitable
 - une Fonction Publique prĂ©sente auprès de nos concitoyens dans tous les territoires
 - le respect de la  LaĂŻcitĂ©

Retrouvez le positionnement de l'UNSA face à la mobilisation lycéenne ici.

Retrouvez l'avis du SE-UNSA sur la réforme du lycée ici.

Le SE-Unsa ne peut se joindre à ces appels à la grève ou à manifester :

 -    Sur la rĂ©forme du bac et du lycĂ©e, le SE-UNSA n’a pas portĂ© la ligne du statu quo et s’est inscrit dans un dialogue exigeant aboutissant Ă  un vote favorable sur les nouvelles Ă©preuves du bac et contre le cadrage du contrĂ´le continu par exemple.

Sur la réforme du bac professionnel, le SE-UNSA s’est inscrit aussi dans une démarche de dialogue exigeant obtenant de nombreuses avancées pour une réforme jugée in fine positive et qu’il faut continuer de suivre attentivement dans toutes les étapes de la mise en œuvre.

 


   DĂ©claration_CDEN-13_dec_   
(524 ko)
 
 
 
 
ALC