SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Programme Savoir rouler Ă  vĂ©lo : un enjeu, un dispositif…quels acteurs et moyens ?
Article publié le mercredi 15 mai 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Dans la foulée et le même état d’esprit que le récent plan Aisance aquatique, vient d’être lancé le programme Savoir rouler à vélo pour les élèves de 6 à 11 ans.
 
Cette annonce du ministre de l’Education nationale fait suite Ă  l’adoption par le ComitĂ© InterministĂ©riel Ă  la SĂ©curitĂ© Routière le 9 janvier dernier d’une mesure visant Ă  « accompagner le dĂ©veloppement de la pratique du vĂ©lo en toute sĂ©curitĂ© Â». Elle entre ainsi dans le cadre du Plan vĂ©lo lancĂ© en septembre 2018 par le gouvernement et portĂ© par le ministère de la Transition Ă©cologique et solidaire et celui des transports, deux des axes majeurs du plan Ă©tant l’amĂ©lioration de la sĂ©curitĂ© routière et le dĂ©veloppement d’une culture vĂ©lo.
 
 
L’enjeu affiché
 
L’enjeu affiché de l’opération Savoir rouler à vélo est de permettre aux enfants âgés de 6 à 11 ans de bénéficier des apprentissages nécessaires à une réelle autonomie à vélo pour l’entrée au collège.
 
 
Le dispositif proposé
 
Le programme Savoir rouler se fixe pour objectif de rendre les enfants capables de devenir autonomes Ă  vĂ©lo, pratiquer quotidiennement une activitĂ© physique et se dĂ©placer de manière Ă©cologique et Ă©conomique.
 
Trois temps d’apprentissage sont dĂ©finis et prĂ©conisĂ©s pour une durĂ©e totale de 10h :
  • 1ère Ă©tape Â« savoir pĂ©daler Â» (2 Ă  5h en milieu fermĂ©) : maĂ®triser les fondamentaux du vĂ©lo Ă  savoir acquĂ©rir un bon Ă©quilibre, conduire et piloter son vĂ©lo correctement (pĂ©daler, tourner, freiner)
  • 2ème Ă©tape Â« savoir circuler Â» (3h en milieu fermĂ©) : dĂ©couvrir la mobilitĂ© Ă  vĂ©lo en milieu sĂ©curisĂ© Ă  savoir ĂŞtre capable de rouler en groupe, communiquer pour informer les autres d’une volontĂ© de changer de direction et dĂ©couvrir les panneaux du code de la route
  • 3ème Ă©tape Â« savoir rouler Ă  VĂ©lo Â» (2 Ă  5h en milieu rĂ©el) : circuler en situation rĂ©elle Ă  savoir rouler en autonomie sur la voie publique et s’approprier les diffĂ©rents espaces de pratique
 
Pour organiser et animer ces Ă©tapes, sont mis Ă  disposition par le gouvernement un socle commun du Savoir rouler Ă  destination des intervenants, un livret pĂ©dagogique Ă  destination de l’élève, une liste de partenaires et des tutoriels vidĂ©os.
 
 
Les acteurs et les moyens
 
Le programme est bien plus ambigu sur ces deux points.
Il est précisé que les fédérations sportives au travers de leurs clubs, les associations promouvant l’usage du vélo, les professionnels de l’encadrement, les associations de prévention et les collectivités pourront intervenir conjointement dans la mise en place de cette mesure et contribuer à l’organisation des séances d’apprentissage, dans un contexte scolaire, périscolaire ou extra-scolaire.
 
De même, il est ajouté qu’à l’école, ce programme contribuera à valider l’APER (attestation de première éducation à la route).
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Si le SE-Unsa partage pleinement l’enjeu de rendre les élèves pratiquants réguliers et avertis du vélo, il constate avec regret que cette mesure soit annoncée avec autant d’ambiguïté sur qui fait quoi et avec quels moyens.
Le programme Savoir rouler, aussi séduisant qu’il soit par sa présentation documentée ou pédagogiquement adapté aux besoins des élèves futurs citoyens usagers de la route, ne précise jamais à qui il s’adresse.
 
S’il ne faisait pas référence au temps scolaire et aux compétences que l’école doit faire acquérir à chaque élève en matière d’éducation à la route, il semblerait même s’adresser uniquement aux familles qui souhaiteraient trouver des professionnels pour apprendre à leurs enfants à savoir rouler à vélo.
 
Pour le SE-Unsa, ce type de programme témoigne une nouvelle fois d’une volonté de développer des dynamiques sur le bon vouloir et les ressources existantes des territoires sans prendre réellement en compte les disparités locales. L’Ecole semble même y être présentée comme un prestataire parmi d’autres à la disposition des familles pour développer des apprentissages.
 
Aussi intéressant et indispensable soit-il, ce programme ne garantit en aucun cas à tous les élèves un égal accès à l’apprentissage du savoir-rouler, la garantie d’égalité pour toutes et tous étant pourtant inscrite au cœur du l’Ecole de la république.

 

 
 
 
 
ALC