SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
2D. Petit rappel historique : le droit de grève
Article publié le lundi 7 mai 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

La grève est dĂ©finie comme Ă©tant la cessation collective et concertĂ©e du travail en vue d'appuyer des revendications professionnelles. En France, le droit de grève est reconnu et garanti par la Constitution Ă  tout salariĂ©, dans le secteur privĂ© comme dans la fonction publique, Ă  quelques exceptions près. 
Un salarié n'a pas à être syndiqué pour pouvoir faire usage de son droit de grève.

Toute journée de grève, quelle que soit la durée du service non fait, donne lieu à une retenue de 1/30e de la rémunération.

Quelques rappels historiques

  • Jusqu’au XIXe siècle, la grève Ă©tait interdite et constituait mĂŞme un dĂ©lit pĂ©nalement sanctionnĂ©. 
     
  • Le droit de grève a commencĂ© Ă  ĂŞtre reconnu depuis la loi Ollivier du 25 mai 1864. La première grève nationale de revendication a lieu en 1906 pour obtenir la journĂ©e de 8 heures (c’est-Ă -dire la rĂ©duction du temps de travail).
  • En 1884, la loi Waldeck-Rousseau autorise les syndicats en France.
  • Le 27 octobre 1946, le droit de grève est pleinement reconnu dans la constitution (art. 7 du prĂ©ambule) : "Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le rĂ©glementent". Pour ce qui concerne les fonctionnaires, ce droit fut affirmĂ© et prĂ©cisĂ© en 1950 par un arrĂŞt du Conseil d'État, l’arrĂŞt Dehaene du 7 juillet 1950.
  • Depuis le 7 dĂ©cembre 2000, ce droit figure dans l'article 28 de la Charte des droits fondamentaux de l'Union europĂ©enne.

Nadège Biot

 
 
 
 
ALC