SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
2D. Orientation dans le sup : le SE-Unsa soutient le projet
Article publié le vendredi 10 novembre 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Faut-il accepter que l'orientation dans l'enseignement supérieur prenne en compte le parcours et les acquis du bachelier pour lui offrir davantage de chances de réussir et qu'une sélection sur dossier soit effectuée là où le nombre de places est inférieur aux demandes ?
C'est la question qui a été posée aux organisations représentées au Conseil supérieur de l'Éducation jeudi 9 novembre 2017.
 
Pour le SE-Unsa, et tous les syndicats de l'Unsa-Éducation, la réponse est oui.
 
Nous aurions pu, comme d'autres organisations, nous accrocher Ă  la dĂ©fense du droit formel pour chaque bachelier Ă  la libre inscription Ă  l'universitĂ©. Nous avons jugĂ© qu'en toute responsabilitĂ©, nous ne pouvions pas soutenir le statu quo avec son lot de tirages au sort dans les filières en tension et ses très nombreux Ă©checs en première annĂ©e de licence. Car la sĂ©lection existe actuellement Ă  l'universitĂ©, une sĂ©lection qui ne dit pas son nom, une sĂ©lection par l'Ă©chec, le dĂ©couragement, l'abandon. Une sĂ©lection qui est une vĂ©ritable injustice sociale.
 
Nous avons soutenu le projet de loi "orientation et réussite des étudiants" parce que :
  • il maintient  le baccalaurĂ©at comme seul passeport pour l'enseignement supĂ©rieur, sans filiarisation en fonction des voies et des sĂ©ries frĂ©quentĂ©es par les lycĂ©ens ;
  • il instaure l'obligation pour les universitĂ©s de mettre en place des dispositifs  pĂ©dagogiques personnalisĂ©s pour accompagner les Ă©tudiants vers la rĂ©ussite ;
  • il ne contraint aucun Ă©tudiant  Ă  rejoindre une formation contre son choix et et n'en exclut a priori aucun d'aucune filière ;
  • il fait le choix de la responsabilitĂ© en prenant en compte les acquis des candidats pour l'accès aux filières en tension plutĂ´t que passer par le tirage au sort ;
  • il garantit qu'aucun bachelier ne restera sur la touche : le recteur devra inscrire tout candidat sans proposition dans une formation de son acadĂ©mie en cohĂ©rence avec son parcours.
 
Ce projet de loi s'inscrit dans un plan plus global qui prévoit l'ouverture de 130 000 nouvelles places dans les filières en tension, les STS et les DUT en plus des 130 000 places vacantes. La ministre de l'enseignement supérieur s'est également engagée à appliquer de manière plus efficace les "quotas" de bacheliers technologiques en DUT et de bacheliers professionnels en STS, quotas qui seront fixés par le recteur, de même que les pourcentages de boursiers. Quant aux parcours de licence, ils seront revus pour mettre en oeuvre une spécialisation progressive.
 
Enfin, ce projet devra s'articuler avec la future réforme du bac et du lycée.
 
Le SE-Unsa portera des propositions pour que la prĂ©paration Ă  l'orientation prenne toute sa place dans le parcours des lycĂ©ens et que le bac soit bien un tremplin vers le supĂ©rieur.  Ces transformations seront portĂ©es par tous les personnels d'enseignement, d'Ă©ducation et d'orientation : ils devront ĂŞtre accompagnĂ©s, soutenus et reconnus.
 
 
 
 
ALC