SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Une école du Gard incendiée à Bagnols-sur-Cèze
Article publié le mardi 6 décembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

L’école élémentaire Jules Ferry de Bagnols sur Cèze a été partiellement incendiée dans la nuit de vendredi 2 à samedi 3 décembre. Comme on peut l’imaginer, les élèves et leur famille sont sous le choc, car c’est bien leur école qui a d’abord été visée par ce geste d’une exceptionnelle gravité. L’équipe enseignante de l’école Jule Ferry est également à la fois très en colère qu’on s’en soit pris à leur outil de travail, au détriment des élèves du quartier pour lesquels ils s’investissent tant au quotidien. Celles des 3 autres écoles du groupe scolaire des Escanaux et la communauté éducative au sens large partagent ces sentiments.

Nous nous sommes rendus à leurs côtés, à leur demande, lundi matin à l’heure où l’école accueille les élèves habituellement.

Les responsables de la DSDEN nous ont rejoints : l’IEN Adjoint au DASEN Christophe MARQUIER, l’Inspectrice Christine Pretceille ainsi que les deux conseillers pédagogiques Jean-Christophe DISCOURS et Carole VIALLE. Des personnels spécialisés ont également été sollicités pour accompagner les enseignants (une cellule d’écoute psychologique et l’équipe mobile académique de sécurité « EMAS Â»).

Le maire et les élus de la ville, de l’intercommunalité et du conseil départemental étaient présents de même que la presse écrite, Bleu Gard Lozère et France 3.

Nous avons trouvé une équipe d’enseignants très professionnelle bien que très affectée par la destruction de leur outil de travail et particulièrement le directeur Jean-Claude Treillet dont le bureau a été entièrement détruit. Deux classes ont été envahies de suie et deux autres très enfumées. Le béton doit être soumis à une expertise du fait des hautes températures.

Bien loin de la présentation qui en a été faite par le maire ou/dans la presse du week-end, nous avons trouvé des enseignants déjà à l’œuvre pour dresser la liste des matériels détruits et des besoins pour faire refonctionner l’école, l’objectif étant de la transmettre aux responsables de la DSDEN présents : un ordinateur de remplacement et une imprimante pour la direction, la réactivation de la clé OTP pour réimprimer les fiches Base Elève, des remplaçants pour aider les collègues des classes détruites, un personnel qualifié pour accompagner quelque temps le directeur de l’école très affecté.

Nous avons alors ressenti de la part des élus comme de celle de l’institution, la volonté de rouvrir au plus vite l’école… « Ce n’est pas une poignée d’énergumènes malveillants qui vont faire fermer une école Â» a-t-on entendu le maire déclarer sur France 3 Pays gardois.

L’équipe soucieuse de remettre les premières demandes à la hiérarchie réunie au rez-de-chaussée, a pris conscience qu’ils n’avaient même pas pris le temps d’échanger, de penser à eux, à leur état... Devant la montée croissante des actes de violence de ces dernières semaines envers l’établissement mais aussi les personnels, la question du « droit de retrait Â» a été posée ainsi que la question du retour des moyens REP qui reste une demande forte des élus locaux (depuis la sortie de REP en 2015).

Il a été volontairement décidé de prendre un temps de pause, d’accueillir et d’écouter les conseils de l’EMAS, de la cellule d’écoute psychologique. Un représentant UNSA Education, membre du  CHS-CT (Comité Hygiène Santé Conditions de Travail) Sébastien BIOT a informé de son côté, les personnels sur  leurs droits en matière de sécurité sur leur lieu de travail. .  

Il ne faut pas oublier la question des moyens nécessaires à la réouverture de l’école… sachant qu’on ne fera pas l’économie de la question des moyens REP ultérieurement et indépendamment du contexte politique qui oppose le rectorat et les élus jusque dans la presse. Cette demande forte du Se-Unsa depuis deux ans doit être traitée de manière différenciée et non globalement, et encore moins dans l'urgence de la crise. 

Après avis de l’équipe enseignante et demande de la circonscription de Bagnols-sur-Cèze, le maire a finalement pris un arrêté de fermeture de l’école élémentaire Jules Ferry jusqu’à mardi soir, ce qui était selon nous, une condition indispensable tant sur le plan symbolique que sur le plan de l’organisation.

Nous souhaitons bon courage à l’équipe de Bagnols et leur renouvelons notre proposition d’accompagnement pour la suite de leurs démarches.

Olivier Dusserre-Telmont

 
 
 
 
ALC