SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Carte scolaire : Après le CDEN du 12 fĂ©vrier, ça bouge encore...
Article publié le jeudi 18 février 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le document officiel en pièce jointe ci-dessous (ou cliquez ici), a Ă©tĂ© rendu public lundi 15 fĂ©vrier, alors que le CTSD de repli ne s'Ă©tait est pas encore tenu !!!

Dans une adresse commune avec le SNUIPP-FSU, l'Unsa Education a dénoncé le déni de dialogue social.

Reconnaissant que la proximitĂ© des vacances n'avait pas permis un calendrier serein, le DASEN a acceptĂ© de renoncer, Ă  la fermeture annoncĂ©e Ă  l'Ă©cole Ă©lĂ©mentaire Albert Camus de Roquemaure et a reconnu qu'il faudrait peut-ĂŞtre revoir certaines situations exceptionnelles avant de publier l'arrĂŞtĂ© officiel et le mouvement dĂ©partemental.

Le  CDEN (ComitĂ© DĂ©partemental de l'Education Nationale) a Ă©tĂ© consultĂ© pour le projet de carte scolaire, vendredi 12 fĂ©vrier de 15h Ă  20h. sur la base du projet prĂ©sentĂ© en CTSD (ComitĂ© Technique SpĂ©cial DĂ©partemental) le 9 fĂ©vrier dernier, le DASEN a pris en comtpe nos derniers arguments et les nouveaux indicateurs et renoncĂ© en cours de sĂ©ance Ă  5 fermetures. Il a Ă©galement annoncĂ© une ouverture supplĂ©mentaire. Toutes ces Ă©coles ont Ă©tĂ© contactĂ©es depuis.

Le calendrier tel qu'il nous a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© avec un CTSD de repli le 18 fĂ©vrier, date ultĂ©rieure au CDEN du 12, nous rend très pessimistes sur d'Ă©ventuels changements. Il faudrait, le cas Ă©chĂ©ant reconvoquer un CDEN !!!

Ce calendrier tel qu'il nous est imposĂ©, ne nous semble pas respectueux du CTSD puisque la date de repli du 18 arrive après la publication officielle... 

Nous regrettons amèrement que le Directeur Académique ne soit pas revenu sur une poignée de situations pour garder une réserve relativement importante (13 postes selon nos calculs) sur des considérations purement arithmétiques... Le contexte, la pérennisation des projets d'accueil des moins de trois ans, la perte de décharge pour certains directeurs d'écoles présentant des taux de PPS ou un nombre d'équipes éducatives considérable sont autant d'arguments qui auraient dû selon nous l'amener à renoncer dès maintenant à certaines mesures.

En l'Ă©tat actuel des choses, c'est au CT de rentrĂ©e suivi du CDEN de septembre que de nouvelles mesures seront dĂ©cidĂ©es avec les consĂ©quences que cela aura sur la stabilitĂ© des Ă©quipes. 

Nous regrettons encore que la création du poste d'enseignant référent soit à nouveau reportée à septembre.

Nous avons voté favorablement toutes les créations de postes d'ordre "qualitatif", (ULIS Ecole, SEGPA, postes langue, moins de 3 ans, plus de maîtres que de classes) à l'exception des postes de Conseillers Pédagogiques de Circonscription. Si nous sommes convaincus du besoin urgent de renforcer les circonscriptions, nous nous sommes abstenus sur la répartition de ces postes. Nous regrettons par exemple que les circonscriptions en REP+ n'aient pas été dotées. Enfin, nous avons évoqué le problème des enveloppes budgétaires des circonscriptions qui restent indentiques alors que le nombre de personnels augmente.

Nous avons également échangé avec le Préfet, la Vice-Présidente du Conseil Départemental, les représentants des maires, des parents d'élèves, le DDEN, etc. sur des questions abordées par nos déclarations liminaires :

  • 35% des Ă©lèves nĂ®mois sont scolarisĂ©s dans l’enseignement privĂ© alors que la moyenne sur le dĂ©partement est de 20%
  • ConfĂ©rence publique sur la laĂŻcitĂ© le 17 fĂ©vrier
  • Ecoles dites "orphelines" et Convention d'Accompagnement de PrioritĂ© Educative pour pallier les carences de la logique de REP
  • RĂ©forme du collège Ă  la rentrĂ©e 2016
  • Implantation de la circonscription « Le Vigan Sommières »
  • Contamination des sols d'Anduze, Thoiras, Tornac, Saint FĂ©lix de Pallières par une ancienne exploitation minière

(lisez notre dĂ©claration liminaire en pièce jointe)

Le découpage et l'implantation de certaines circonscriptions ne tient pas toujours compte des besoins des territoires. La 9ème circonscription Le Vigan-Sommières en est un exemple flagrant où 2/3 des enseignants doivent parcourir jusqu'à 1h45 de route pour se rendre à la circo et les CPC doivent parcourir les mêmes distances dans le sens inverse pour aller visiter plus de 66% des élèves... (voir notre déclaration liminaire).

Sur ce dernier point, nous comprenons la nécessité de conserver une annexe de l'Inspection Académique sur Le Vigan, du fait de son statut de sous-préfecture et nous considérons qu'une implantation sur Sommières ne serait pas plus pertinente pour les Viganais que l'actuelle implantation pour les Sommiérois.

En revanche, nous avons demandé au Préfet les raisons pour lesquelles, la Préfecture continue de s'opposer au projet de double implantation (2 jours sur Molières Cavaillac et 3 sur Sommières) qui est selon nous la solution idéale, bien préférable encore au projet initial d'implantation centrale (QUISSAC ou St HIPPOLYTE du FORT).

La DSDEN a échangé avec la préfecture et Monsieur le Préfet nous a assurés qu'il restait ouvert sur ce dossier. Qu'il était prêt à réétudier la question avec le Directeur Académique.

Enfin, concernant l'émission Cash Investigation (diffusée sur France 3) qui a semé le doute et bien des questionnements sur les populations de la région d'Anduze, nous avons levé le voile du point de vue des enseignants et des élèves de cette région (voir notre délcaraton liminaire).

Le Préfet nous a assurés qu'il regrettait que la parole de l'Etat ne se soit pas davantage fait entendre dans ces circonstances et qu'il y remédierait incessamment. Une conférence de presse et une large diffusion publique est prévue cette semaine.

Il nous a indiquĂ© que le site internet de la PrĂ©fecture comblerait cette lacune en rendant compte des diffĂ©rentes mesures prises par l'Agence RĂ©gionale de SantĂ© CLIQUEZ ICI :


   DĂ©claration liminaire   
(295.3 ko)
   Annonces officielles   
(117.7 ko)
 
 
 
 
ALC