SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
La DictĂ©e fait (trop) l’actualitĂ©...
Article publié le vendredi 25 septembre 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Lors de la présentation du projet des nouveaux programmes 2016, la Ministre de l’Éducation Nationale s'est aventurée dans des commentaires et des interprétations précipitées largement repris par les médias.

Sur la forme tout d'abord, nous sommes exaspérés de constater qu'une fois encore, les médias abordent les questions d'Education à travers le prisme de la polémique.

Après la méthode globale, la pratique du calcul mental, voici la dictée quotidienne !!!

J'ai moi-même été interviewé sur France Bleu Gard Lozère sur les nouveaux programmes d'Enseignement Moral et Civique et agacé par l'angle choisi par le journaliste : "Le grand retour de la MORALE à l'école" quand j'avais envie de parler de la pratique du débat dans les classes, d'éducation à la citoyenneté telle qu'on la pratique déjà dans nos classes...

Les appels téléphoniques d'auditeurs qui ont suivi ont bien évidemment glissé vers des témoignages polémiques voire simplistes sur les enseignants qui se rendent comptent bien tardivement du nécessaire retour à la bonne vieille leçon de morale qui a fait ses preuves, etc. J'en passe...

Revenons à notre ministre, qui porte une part de responsabilité dans l'exploitation qu'ont pu faire les médias de ses propos. Les enseignants du SE-Unsa n'ont pas manqué de lui adresser une lettre ouverte pour préciser les éléments suivants :

Madame la Ministre,

• Vous commettez un abus de langage. Les programmes évoquent des “dictées régulières”. Transformer cela en “dictées quotidiennes obligatoires” relève d'une interprétation personnelle.
• Ce n’est pas votre rôle que de fixer des rythmes d’apprentissage (qui plus est uniformes) sur tout le territoire, pour tous les élèves et toutes les classes. Étrange conception en totale contradiction avec la Refondation pédagogique qui invite à une adaptation selon les publics et qui fait confiance aux personnels afin de trouver les voies et les moyens pour faire réussir leurs élèves.
• Les modalités pédagogiques de mise en œuvre des programmes, lorsqu'ils seront officiels, appartiendront aux enseignants : ce sont eux les professionnels des apprentissages !
En rĂ©sumĂ© Madame la Ministre, les dictĂ©es et le calcul mental n'ont jamais disparu de nos pratiques. Cessez donc les raccourcis et les interprĂ©tations excessives ; faites confiance aux professionnels que nous sommes ! Occupez-vous de notre ISAE, de nos salaires et de nos conditions de vie et de travail : c'est bien plus urgent.

 

 

La Ministre vient de nous répondre (en pièce jointe) en reprenant ce qui est réellement indiqué dans les programmes :

« L 'automatisation de certains savoir-faire » est, ainsi que l'écrit le Conseil supérieur des programmes, « le moyen de libérer des ressources cognitives pour que [les élèves] puissent accéder à des opérations plus élaborées et à la compréhension ». C'est pourquoi le programme de français du cycle 2 prévoit que « les activités de lecture et d'écriture sont quotidiennes et les relations entre elles sont permanentes.» De courtes et fréquentes dictées de syllabes ou de mots sont notamment une activité importante pour la maîtrise des relations entre l'oral et l'écrit."

Par ailleurs la ministre souligne : "son attachement à la liberté pédagogique des enseignants du premier degré, dont la rigueur et le professionnalisme sont reconnus par tous dans la qualité des apprentissages des élèves."

Une mise au point que les enseignants attendaient...

Et si on explorait d'autres "dictĂ©es" ? En savoir plus

 

Olivier Dusserre-Telmont


   RĂ©ponse Ministre   
(296.6 ko)
 
 
 
 
ALC