SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Plus de maĂ®tres que de classes : et si on faisait le point ?
Article publié le jeudi 12 mars 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le comité national de suivi du dispositif "Plus de maîtres que de classes", mis en place depuis janvier 2014, a produit sa seconde note d’étape et formulé 7 préconisations.

Données quantitatives

On constate une augmentation progressive centrée sur l'éducation prioritaire : de 1266,75 emplois à la rentrée 2013, on est passé à 1848,75 à la rentrée 2014.

Les préconisations

Axes

Préconisations

Pilotage 

Priorité au cycle 2, dans une optique préventive.

Attention particulière Ă  porter Ă  la stabilitĂ© des Ă©quipes Ă©ducatives et Ă  leur formation.

Nécessité d’une gestion des ressources humaines adaptée.

Pour remĂ©dier aux difficultĂ©s rĂ©currentes :

  • Formalisation Ă©crite des projets
  • Gestion du temps
  • Clarification des objectifs (prĂ©vention des difficultĂ©s, favorisation des progrès des Ă©lèves, lutte contre la difficultĂ© scolaire)

 

Pilotage Ă  diffĂ©rents Ă©chelons : national, acadĂ©mique et dĂ©partemental

Coordination départementale et/ou académique avec une vocation de régulation (mise en place et suivi du dispositif, formation et accompagnement des équipes)

IEN : garant de la formation, de l’accompagnement mis en Ĺ“uvre et de l’évaluation du dispositif avec l’appui de son Ă©quipe.

Directeur : assure la coordination nĂ©cessaire entre les enseignants et la rĂ©gulation du dispositif (responsabilitĂ© pĂ©dagogique).

Une place hors Ă©ducation prioritaire

ExpĂ©rimentations menĂ©es sur des « territoires fragilisĂ©s Â»  qui rencontrent des difficultĂ©s significatives.

Ecoles prioritairement concernĂ©es : celles de l’éducation prioritaire mais aussi celles aux besoins similaires, situĂ©es sur des territoires fragilisĂ©s (difficultĂ©s scolaires et sociales significatives).

Pour répondre aux demandes des équipes, la prévision d’une montée en charge du dispositif est importante.

Co-intervention/co-enseignement

Le partage des temps de préparation et de bilan des séances est indissociable de l’implication simultanée des maîtres.

Distinction entre intervention du maître supplémentaire et aide spécialisé.

Travail en responsabilitĂ© partagĂ©e, demandant du temps : conception et prĂ©paration commune ; prĂ©occupation prioritairement centrĂ©e

Place de circonscriptions Ă  conforter

 

Circonscription : Ă©chelon d’organisation, de repĂ©rage des besoins et du suivi des formations

Place des ESPɠà développer

Besoin de formation exprimé très fortement par l’ensemble de acteurs (inspecteurs, formateurs, équipes pédagogiques). Formation commune des équipes enseignantes nécessaire à l’efficience du dispositif.

La mise à disposition d’outils au sein des circonscriptions est une priorité.

ESPE : en formations continue et initiale, lieux de ressources qui doivent dĂ©velopper des liens entre recherche, formation et pratique.

La formation des formateurs en est une des dimensions.

Parcours M@gistère

Observation et analyse des différentes modalités d’enseignement.

Formation des formateurs en lien avec les Ă©quipes de circonscription, pour aider les enseignants.

Veiller à articuler l’analyse des pratiques professionnelles et des formations didactiques disciplinaires au sein des formations hybrides, en lien avec les ESPÉ, pour assurer cohérence et continuité des formations.

Évaluation

Pratique raisonnée de l’évaluation des progrès des élèves. Les acteurs de terrain demandent des outils opérationnels et des modalités d’évaluation les plus concrètes possibles.

Difficulté d’évaluer précisément et rapidement l’efficience du dispositif.

L’évaluation ne peut s’en tenir Ă  des donnĂ©es quantitatives mais doit aborder les dimensions qualitatives. Principales organisations choisies par les Ă©coles ? objectifs majeurs ciblĂ©s, en lien avec les projets d’école ?

 

Par ailleurs, le comité est engagé dans le recensement et la description des pratiques grâce à une enquête. Tous les documents émanant du terrain, rendant compte des évolutions des pratiques liées à ce dispositif qui pourront lui parvenir, seront autant d’éléments qui alimenteront sa réflexion.

Julie REDLER

 
 
 
 
ALC