SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Nouveau dĂ©cret rythmes : assouplissement et expĂ©rimentations... du bon et du moins bon !
Article publié le vendredi 2 mai 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le projet de décret modificatif concernant la nouvelle semaine scolaire dans le 1er degré vient de nous être transmis. Il sera examiné lors du Comité Technique Ministériel du 5 mai prochain.

Il y a du bon et du moins bon... Si ce projet rejoint à certains égards notre travail de synthèse de la rentrée 2013 (établi sur la base des témoignages rassemblés lors de notre tournée des écoles à 4,5 j.) ; il va en revanche prêter le flanc à des communes qui feront primer l'aspect budgétaire sur le rythme des enfants et les conditions de service des enseignants...

Du bon, donc, car le bilan d'étape national semble avoir entendu certaines propositions du SE-Unsa, dont entre autres : alléger les journées sans alourdir la semaine en prenant sur les grandes vacances, privilégier le matin, les conseils d'écoles proposent et décident en prenant en compte les spécificités de la maternelle et de l'élémentaire, etc.

Du moins bon évidemment car certaines communes ont déjà saisi la balle au bond pour grouper les TAP et refaire des journées de 6h d'école !!!

Du moins bon aussi car assouplissement ne rimera pas forcément avec simplification !!!

DECRYPTAGE :

Des expĂ©rimentations possibles 

Elles peuvent être autorisées par le recteur pour une durée de trois ans et feront l’objet d’une évaluation six mois avant leur terme.
Les projets doivent relever d’un consensus entre collectivités et conseils d’école. C’est un point important et qui répond aux nombreuses demandes exprimées par les équipes pédagogiques.

Les nouvelles possibilités d’organisation

  • Huit demi-journĂ©es dont cinq matinĂ©es obligatoires et pas plus de 3h30 par demi-journĂ©e. Cela entraĂ®ne de facto un rattrapage sur les vacances scolaires si moins de 24h hebdomadaires sont effectuĂ©es.
  • Neuf demi-journĂ©es sur cinq jours mais moins de 24h par semaine avec lĂ  encore un rattrapage sur les vacances.

Cela conduit à la co-existence de calendriers scolaires différents au sein d’un même département. QUID DES CONSEQUENCES ! Mesure-t-on bien toutes les conséquences ?

Cas des Ă©coles maternelles
La circulaire d’accompagnement du projet porte également une attention particulière à la situation des écoles maternelles, ce que nous réclamons depuis le début. Quatre préoccupations :

  • trouver une alternance Ă©quilibrĂ©e entre temps d’activitĂ© et temps calmes ;
  • aider les enfants Ă  se repĂ©rer dans les lieux et Ă  identifier les adultes de l’école ;
  • organiser avec un soin particulier la transition entre le scolaire et le pĂ©riscolaire ;
  • adapter les activitĂ©s aux besoins des jeunes enfants.

Et maintenant ?
Il reste désormais à mettre tout cela en musique et en rythme, sachant que les projets doivent être retournés aux autorités académiques pour le 6 juin 2014 et que 94% des écoles ont déjà finalisé le leur. Le Conseil départemental de l’Éducation nationale doit être ensuite consulté.

Notre avis
Le SE-Unsa note que ces processus s’inscrivent toujours dans le cadre d’un non retour à la semaine de quatre jours.

Par ailleurs, la nécessaire recherche de consensus présente dans ce nouveau décret répond aux exigences que le SE-Unsa a formulées tout au long de l’an I de la mise en œuvre de la réforme.

Pour autant, trop souvent on a constaté des tentatives de passage en force de collectivités, plus idéologiques que soucieuses de l’intérêt des élèves.

En tout état de cause, quel que soit le projet, le SE-Unsa se tiendra aux côtés des collègues, pour les accompagner dans leurs démarches. L’administration doit désormais se saisir des demandes d’expérimentation, en tenant compte des projets des équipes et faire confiance au professionnalisme des enseignants.

 
 
 
 
ALC