SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Gel de l’avancement : casus belli
Article publié le jeudi 6 février 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Selon des articles de presse, le ministre de l’Education aurait eu l’idée lumineuse de proposer le gel de l’avancement des fonctionnaires. Ce serait un des moyens de répondre à la commande présidentielle d’économiser 5 milliards d’euros sur le budget 2014.

Cette annonce a depuis Ă©tĂ© dĂ©mentie par l’intĂ©ressĂ©. Rumeur, provocation  ou ballon d’essai ? Quoiqu’il en soit, si le gouvernement devait s’engager dans cette voix, il trouverait les fonctionnaires et en particulier les enseignants sur son chemin. En effet, depuis plusieurs annĂ©es dĂ©jĂ , ils ne cessent de voir leur pouvoir d’achat baisser du fait, notamment, du gel du point d’indice reconduit depuis 2010. Avec la suppression de l’avancement, on entrerait dans une autre logique. Cela Ă©quivaudrait de fait Ă  une perte brutale de salaire tout au long de leur carrière et Ă  une amputation de leur pension. C’est inacceptable.

Alors que toutes les enquêtes internationales pointent le faible niveau de rémunération des enseignants français, et au moment où le Président de la République a fait de l’Education la priorité du quinquennat, cette mesure serait un revirement et un camouflet adressé à tous les personnels.

Le gouvernement doit dĂ©sormais lever le doute et clarifier sa position. Le SE-Unsa, attend, au-delĂ  du dĂ©menti du ministre, une clarification nette de la part de Matignon. 

 
 
 
 
ALC