SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Le Se-UNSA reçu en audience sur la rentrée 2013
Article publié le mardi 1er octobre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Les sujets d'interrogation et de préoccupation étaient nombreux en cette rentrée 2013 qui justifiaient que nous demandions audience à l'inspection académique.

Certaines questions tiennent à la réforme des rythmes scolaires. D’autres non.

Nous avons donc Ă©tĂ© reçus en ce dernier lundi de septembre par MM. Jean Gutierrez, Didier Wagner et Pascal Dijon afin de poser les bonnes questions : celles du terrain, les vĂ´tres.

1. RĂ©partition du service des ZIL et des BD dans les zones Ă  4,5 jours

2. Respect de la circulaire ministérielle régissant l’organisation de l’APC

3. Homogénéisation des circonscriptions autour des animations pédagogiques

4. Organisation des temps partiels sur les zones Ă  4,5 jours

5. Du temps supplémentaire pour les directions d’écoles faute de moyens humains

6. Devenir des AVS

Notre objectif immĂ©diat après un mois de classe Ă©tait de pointer les dysfonctionnements et les besoins. Les soumettre au plus tĂ´t Ă  l’inspection acadĂ©mique afin de demander des solutions rapides.

Notez bien que le moment n’est pas venu de juger de la réforme après seulement quelques semaines. Ne tombons pas dans la précipitation que nous critiquons par ailleurs.

Nous sommes de ceux qui pensent qu’il faudra attendre encore un peu avant de dresser un premier bilan ; avant de juger des bienfaits ou des dĂ©gâts de la rĂ©forme sans a priori mais plutĂ´t Ă  partir de constats Ă©tayĂ©s et avec le recul nĂ©cessaire..

Pour ce faire, nous multiplierons les actions visant Ă  recueillir vos tĂ©moignages : questionnaires en ligne et visites d’écoles puis RISTT dans un second temps.

Pour autant, nous avions clairement mis en garde l’administration devant la précipitation induite par le départ dès la rentrée 2013 de 25 communes du Gard et surtout prévenu des conséquences sur les conditions de service des enseignants de ces écoles du fait du passage en 2 temps et donc de leur isolement pour cette année transitoire.

1.     Concernant les ZIL et les BD, nous avons attirĂ© l’attention de l’I.A. sur la notion d’astreinte qui n’est pas prĂ©vue dans les statuts des enseignants du premier degrĂ©. On ne peut demander Ă  un(e) remplaçant(e) d’être Ă  la fois prĂ©sent(e) le mercredi matin et de se rendre disponibles les autres jours jusqu’à 16h30 ou 17h (selon l’école). N’hĂ©sitez pas Ă  nous communiquer toute situation de nature Ă  constituer une forme d’astreinte.

2.     Compte tenu de l’effort d’organisation demandĂ© aux Ă©quipes pour mettre en place l’APC, nous avons renouvelĂ© notre demande "de souplesse et de tolĂ©rance" de la part des IEN. Monsieur l’Inspecteur d’acadĂ©mie a entendu cette demande et devrait la relayer auprès des IEN.

3.     Si après comparaison des notes de rentrĂ©e des diffĂ©rentes circonscriptions nous constatons un traitement sensiblement Ă©gal quant Ă  l’APC, il semblerait qu’il n’en soit pas de mĂŞme, loin s’en faut, pour les animations pĂ©dagogiques.

a.     Nous avons d’abord mis en Ă©vidence que certaines Ă©coles Ă  4,5 j. n’ont toujours pas pu s’inscrire sur Ger’anima faute de crĂ©neaux le mercredi après-midi.

b.     Nous avons Ă©galement rĂ©clamĂ© une homogĂ©nĂ©isation des pratiques des IEN notamment quant au dĂ©coupage des 18h en 9h de « prĂ©sentiel Â» et 9h de « distanciel Â». Monsieur l’inspecteur d’acadĂ©mie nous a confirmĂ© que les modules d’actions de formation individuelle ne sont toujours pas disponibles.

c.     Nous avons demandĂ© que les dispositifs tels que « Ecole et cinĂ©ma Â» ou « chorale dĂ©partementale Â» fassent l’objet d’un traitement strictement Ă©gal dans toutes les circonscriptions. 3 mercredis de 3 heures Ă©quivalent Ă  9 heures de travail rĂ©el. Ni 3h, ni 6h comme semblent le considĂ©rer certains IEN.

4.     Concernant les temps partiels :

a.     Et en particulier les enseignants Ă  mi-temps des zones Ă  4,5 j., nous avons attirĂ© l’attention de l’I.A. sur l’obligation de respecter les 50% pour Ă©viter que des collègues percevant le complĂ©ment de la CAF n’en perdent le bĂ©nĂ©fice mĂŞme pour 1 ou 2 % d’activitĂ© en plus du fait de l’impossibilitĂ© de partager 4,5 en deux nombres entiers ! N’hĂ©sitez pas Ă  nous signaler des situations de cette nature.

b.     Nous avons insistĂ© sur la souplesse de rigueur de la part des IEN pour faciliter l’organisation des Ă©quipes dans le cadre de la semaine Ă  4,5 jours… Dès lors qu’elles ont proposĂ© des organisations qui conviennent Ă  tous les enseignants, il n’y a aucune raison de contraindre derechef les enseignants dĂ©jĂ  soumis Ă  la complexitĂ© de cette situation. Nous avons rappelĂ© Ă  l’I.A. que ces enseignants et en particulier leurs enfants voient leurs activitĂ©s associatives ou sportives du mercredi matin compromises voire purement et simplement supprimĂ©es du fait de leur isolement dans le dĂ©partement.

5.     Devant la charge de travail croissante des directeurs et directrices encore accrue par Affelnet et l’insuffisance des 40 contrats aidĂ©s au titre de l’aide administrative dans le Gard, nous avons renouvelĂ© notre demande que l’I.A. les libère de l’APC afin de leur donner un peu plus de temps pour absorber cette surcharge. Celui-ci nous rĂ©pète qu’il ne veut pas prendre cette dĂ©cision. Nous avons depuis interpelĂ© le cabinet du ministre sur ce point. (Il est urgent d’aborder le dossier des directions d’école dans sa globalité… Affaire Ă  suivre).

6.     Enfin concernant les Auxiliaires de vie handiscol, nous avons demandĂ© Ă  l’I.A. de nous confirmer les dĂ©clinaisons dĂ©partementales Ă  la titularisation annoncĂ©e des AED-AVS qui ont bien raison de s’interroger sur leur avenir (cf. notre revendication « Pour un vrai mĂ©tier d’AVS Â» que nous appelons de nos vĹ“ux depuis plusieurs annĂ©es). Monsieur Wagner nous confirme qu’en attendant l’avènement de la loi, les AED-AVS Ă©tant arrivĂ©s au terme de leur CDD de 6 ans, se sont vu proposer un CDD jusqu’à la fin du mois de juin avant que ne leur soit proposĂ© un CDI l’an prochain leur confĂ©rant un statut de contractuel mais amenĂ© Ă  Ă©voluer Ă  terme. Rappelons qu’en prolongeant les « CDD de 6 ans Â» d’un seul jour, l’administration fait basculer ces personnels en CDI. Dont acte…

Pour conclure, sachez qu’en ce début d’année donc, nous avons choisi de privilégier les visites d’écoles (plutôt que les réunions d’information) afin de favoriser les échanges de proximité.

Nous avons ciblé les écoles de la Communauté de communes en pays de Sommières (qui compte 16 des 25 communes passant à 4,5j. en 2013) mais aussi Anduze, les Aigaliers, Foissac et Baron.

Mais nous irons à la rencontre de toutes les écoles concernées par la réforme cette année.

Nous croisons d’ores et déjà les réflexions d’enseignant(e)s, de directeurs et directrices, de ziliens, de parents d’élèves et nous recueillons depuis plusieurs semaines les réponses au questionnaire que nous avons mis en ligne sur notre site internet.

Nîmes et les autres communes du Gard sont déjà bien engagées dans leurs réflexions. Nous continuerons de relayer la parole des enseignants et de ceux qui essuient les plâtres pour expérimenter cette réforme dans les meilleures conditions pour les élèves et leurs enseignants.

Viendra le temps du bilan pour réellement décider du bien-fondé de cette réforme sur les rythmes de l'enfant et savoir si l’effort d’organisation consenti par les enseignants sur leur organisation professionnelle et familiale en valait bien la peine…

Olivier Dusserre-Telmont

Secrétaire départemental

 
 
 
 
ALC