SECTION SE-Unsa de l'AIN - 5 BIS AV DES BELGES - 01000 BOURG EN BRESSE
Tél. 04 74 21 25 12 - Por. 06 84 68 45 67 - 01@se-unsa.org

 
Diminution des effectifs par classe : pas de quoi crier victoire !
Article publié le mardi 26 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter


La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) a publiĂ© rĂ©cemment une note d’information indiquant que la diminution du nombre moyen d’élèves par classe s’est poursuivie Ă  la rentrĂ©e 2020 dans le premier degrĂ©. Pour le SE-Unsa, s’il s’agit d’une bonne nouvelle, il ne faut pas pour autant en oublier que cette moyenne masque notamment des rĂ©alitĂ©s bien diffĂ©rentes.
 
 
Dans les Ă©coles publiques, Ă  la rentrĂ©e 2020, les maternelles accueillent en moyenne 23 Ă©lèves par niveau de classe. En Ă©lĂ©mentaire la moyenne est de 21,5 Ă©lèves. 
 
DiffĂ©rents phĂ©nomènes expliquent cette diminution des effectifs par classe. Il convient cependant de rappeler qu’il s’agit d’une moyenne, et que les effectifs sont surchargĂ©s dans de nombreuses structures.
 
 
 
Une baisse entamée depuis plusieurs années
 
Depuis quatre ans, les effectifs moyens par classe du premier degrĂ© continuent de diminuer. Cette baisse est progressive depuis 2013 en maternelle et beaucoup plus rapide depuis 2017 en Ă©lĂ©mentaire. 
 
Elle est évidemment largement due aux dédoublements en éducation prioritaire (commencés en septembre 2017 dans les Rep+) des classes de CP, CE1, et depuis la rentrée 2020 des classes de grande section.
 
 
 
Des améliorations en éducation prioritaire
 
La note de la Depp prĂ©cise que les dĂ©doublements se sont mis en place sans pĂ©naliser les autres niveaux puisqu’au contraire, en Ă©ducation prioritaire, les effectifs par classe diminuent quel que soit le niveau. Toutefois, une phrase est Ă  relever : Les moyens mis Ă  disposition des directeurs d’école semblent donc leur avoir permis de rĂ©aliser, parfois, des amĂ©nagements profitables aux autres Ă©lèves.
 
Pour le SE-Unsa, cela dĂ©montre bien que c’est la volontĂ© des Ă©quipes enseignantes de faire au mieux qui a permis de mettre en Ĺ“uvre des organisations ne pĂ©nalisant pas les Ă©lèves des niveaux qui ne sont pas dĂ©doublĂ©s. NĂ©anmoins, cela n’a pas Ă©tĂ© rĂ©alisable partout.
 
 
 
Pas de conséquence négative hors éducation prioritaire
 
> En maternelle
La diminution des effectifs de maternelle se retrouve dans tous les territoires. Elle est de -1,4 Ă©lève depuis 2015 dans le rural (passant d’une moyenne de 23,2 Ă©lèves par classe Ă  21,8) comme dans les Ă©coles urbaines hors Ă©ducation prioritaire (passant d’une moyenne de 25,5 Ă©lèves par classe Ă  24,1). 
 
> En élémentaire
Cette tendance se retrouve aussi en Ă©lĂ©mentaire, mĂŞme si la diffĂ©rence est beaucoup plus marquĂ©e avec l’éducation prioritaire. En effet, en Ă©ducation prioritaire, l’effectif moyen par classe passe de 22,7 Ă©lèves Ă  16,8 entre 2015 et 2020, soit une diminution de 5,9 Ă©lèves par classe en moyenne.
Dans le rural, l’effectif moyend’une classe élémentaire passe de 22,1 à 21,4 élèves, soit une réduction de 0,7 élève par classe. Enfin, dans les écoles urbaines hors éducation prioritaire, la diminution est similaire puisque la moyenne passe de 24,3 élèves par classe à 23,6 entre 2015 et 2020.
 
 
Un déclin démographique dans le rural
 
Dans le rural, la diminution des effectifs par classe s’explique par le dĂ©clin dĂ©mographique.
La baisse plus rapide du nombre d’élèves que du nombre de classes a logiquement permis de scolariser les élèves dans des classes moins chargées.
 
 
Les dédoublements et plafonnement des classes toujours en cours
 
Depuis la rentrĂ©e 2020, les dĂ©doublements concernent l’ensemble des classes de grande section, CP et CE1 en Rep et Rep+.
 
Ă€ cela s’ajoute une autre mesure : le plafonnement Ă  24 du nombre d’élèves par classe en grande section, CP et CE1 sur l’ensemble du territoire. Sa mise en Ĺ“uvre s’étale des rentrĂ©es 2020 Ă  2022. Ă€ l’heure actuelle, 36 % des classes accueillant des grandes sections, 17 % des classes accueillant des CP et 25 % des classes accueillant des CE1 comptent encore plus de 24 Ă©lèves.
 
Au total, pour ces trois niveaux dans les Ă©coles publiques, 78 % des classes accueillent 24 Ă©lèves ou moins Ă  la rentrĂ©e 2020.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, la poursuite de la diminution des effectifs par classe est une bonne nouvelle. Cependant, il est essentiel de ne pas avoir une vision tronquĂ©e de la rĂ©alitĂ©. Ces moyennes cachent des situations très disparates, notamment avec des classes ayant des effectifs extrĂŞmement chargĂ©s.
 
De plus, des effectifs plus faibles ne font pas tout. D’autres besoins sont Ă©galement nĂ©cessaires en dehors de la classe : il est essentiel de reconstruire des Rased complets, de renforcer le nombre des enseignants rĂ©fĂ©rents dans les dĂ©partements, de crĂ©er des postes de remplacement supplĂ©mentaires, de prĂ©server l’offre Ă©ducative en milieu rural…
 
Le déclin démographique est donc une occasion à saisir pour relever de nombreux défis. C’est également tout l’enjeu de la carte scolaire pour laquelle le SE-Unsa, partout sur le territoire, sera vigilant quant à la mise en œuvre effective des engagements ministériels.
 
> > Lire notre article sur la carte scolaire 1er degrĂ© Un effort important qui ne rĂ©glera pas tout
 
> > Retrouver l’étude de la Depp sur le site du ministère

   note information diminuti   
(155.1 ko)
 
 
 
 
ALC
Prendre un rendez-vous
RDV