SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de VERSAILLES - 10-12 RUE RODIER - 75009 PARIS
Tél. 01 53 72 85 35 - ac-versailles@se-unsa.org

 
Madame A.O.C, la seule rĂ©alitĂ© de l’Ecole c’est qu’elle ne peut attendre !
Article publié le vendredi 26 janvier 2024.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Reçu ce lundi 15 janvier par Amélie Oudéa-Castéra au sein d’une délégation Unsa-Éducation, le SE-Unsa a entendu des excuses de la ministre après ses premiers propos publics choquants avant de concentrer ses échanges sur l’urgence de l’attractivité et des moyens.
Pour le SE-Unsa, l’École publique mĂ©rite autre chose qu’être Ă  nouveau au cĹ“ur de polĂ©miques. Elle ne peut pas non plus passer après des enjeux olympiques. Les personnels et les Ă©lèves attendent des rĂ©ponses essentielles pour mieux exercer et mieux apprendre !
 
 
L’École nécessite un pilote solide et pleinement engagé
 
Cette première rencontre avec la nouvelle ministre a d’abord été l’occasion de dénoncer la situation délétère dans laquelle ses propos dénigrants avaient plongé l’École publique alors que l’urgence réside dans l’installation d’un dialogue et d’un climat les plus sereins possible.
 
Pour le SE-Unsa, il y a urgence pour la ministre à répondre aux attentes fortes des personnels au regard de la réalité de leurs difficultés de métier quotidiennes, cela exige de s’engager sur deux points.
 
  • Sans remettre en question l’enjeu des JOP 2024 pour tout le pays, l’École ne doit pas passer après leur organisation dans les prĂ©occupations de la ministre.
     
  • Sans effacer ni sous-estimer le mal fait Ă  l’École Ă  travers des mots inacceptables sur ses manques, l’École ne doit pas pâtir davantage d’une polĂ©mique dĂ©jĂ  trop installĂ©e, alimentĂ©e, et doit redevenir le sujet numĂ©ro un de la rue de Grenelle.
Le SE-Unsa exige de la ministre qu’elle s’empare dès aujourd’hui des sujets complexes de l’École pour être en capacité de prendre les décisions sans retard et sans tutelle, qu’elle soit à la hauteur des enjeux pour savoir convaincre chaque fois qu’il faudra obtenir des moyens et des arbitrages.
Le SE-Unsa veillera Ă  ce que la ministre tĂ©moigne concrètement et par des actes son attachement Ă  l’École publique et laĂŻque, la seule École de tous et pour tous !
 
 
L’École nécessite des réponses urgentes à ses crises
 
En ce qui concerne la feuille de route présidentielle pour laquelle la ministre Oudéa-Castéra est la quatrième à s’engager, le SE-Unsa redit son opposition et notamment au projet Choc des savoirs. Aucun des piliers soutenus par la ministre lors de la rencontre n’a de sens ni de cohérence pour répondre aux maux de l’École aujourd’hui.
 
Au renforcement de l’autoritĂ©, le SE-Unsa prĂ©fère le respect et en premier lieu de la part de l’institution envers ses personnels et ses Ă©lèves. Ce n’est pas une somme de mesurettes tels la fin des correctifs acadĂ©miques, le renforcement du redoublement, les classes de niveaux, l’uniformisation des manuels ou des tenues vestimentaires - dont la faisabilitĂ© et la mise en Ĺ“uvre questionnent dĂ©jĂ  - qui vont changer rĂ©ellement le quotidien des personnels et des Ă©lèves. Mais c’est bien par une entrĂ©e dans le mĂ©tier plus tĂ´t et plus accompagnĂ©e, par une revalorisation des rĂ©munĂ©rations et des carrières, par une vraie formation continue adaptĂ©e et sur temps de service et par un renforcement des moyens pour accueillir et accompagner la difficultĂ© des Ă©lèves (Rased, personnels mĂ©dico-sociaux…) que les conditions d’exercice seront plus respectueuses des personnels et les conditions d’apprentissage plus respectueuses des Ă©lèves.
 
Si le SE-Unsa partage donc la prioritĂ© rappelĂ©e par la ministre sur l’enjeu de rĂ©gĂ©nĂ©rer le mĂ©tier via les leviers d’attractivitĂ©, il veillera surtout Ă  ce que l’agenda des mesures annoncĂ© par G. Attal il y a quelques mois soit tenu et que les dĂ©cisions soient Ă  la hauteur des attentes des personnels. Il en est de mĂŞme avec la nĂ©cessitĂ© de faire un bilan du Pacte avant toute poursuite d’un dispositif qui exclut trop de personnels, dĂ©sorganise les Ă©quipes et ne rĂ©sout en rien la problĂ©matique du remplacement.
 
Quant à l’épanouissement républicain prôné par le président de la République et le Premier ministre et rappelé par la ministre lors de notre rencontre, le SE-Unsa alerte à nouveau sur l’absence d’intérêt et même le leurre à clamer et édicter des valeurs sans se donner les moyens de les faire vivre, comprendre et apprécier. Lutter contre le harcèlement entre élèves ou contre les atteintes à la laïcité ne relève ni de l’injonction ni du mode d’emploi. Il faut une volonté politique forte, des moyens humains, une formation des personnels et un soutien sans faille de l’institution.
 
De même, ne pas se tromper de priorité ou d’urgence c’est avoir bien conscience des problématiques de santé réelles des personnels et des élèves, notamment leur santé mentale, ainsi que de territoires très en difficulté tels Mayotte ou la Guyane.
 

 

 
 
PĂ©tition
 
Nos campagnes
 
Santé
 
Aides spécifiques
 
Mouvement
 
Concours
 
Baromètre Unsa Éducation
 
Cliquez pour agrandir