SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de VERSAILLES - 10-12 RUE RODIER - 75009 PARIS
Tél. 01 53 72 85 35 - ac-versailles@se-unsa.org

 
Ode bouleversante Ă  toutes les femmes
Article publié le lundi 28 novembre 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

à propos d'Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes, Paris, Seuil, La collection du XXIe siècle, 2016.

                             

    C’est Ă  l’occasion de la journĂ©e internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, le 25 novembre, que des rĂ©alitĂ©s parfois dĂ©rangeantes ont pu ĂŞtre mis en exergue: 56 % des viols et tentatives ont lieu pendant l’enfance et l’adolescence, le plus souvent, dans la sphère privĂ©e. Un sujet de sociĂ©tĂ© qu’il est difficile de traiter sans risquer de le banaliser mais qu’il est nĂ©cessaire d’aborder, parce qu’il questionne sur l’existence d’une domination masculine sous-jacente.

   Le dernier livre d’Ivan Jablonka, rĂ©cemment rĂ©compensĂ© par le prix MĂ©dicis, rĂ©ussit particulièrement bien cet exercice de style, dont la portĂ©e n’est d’ailleurs pas la mĂŞme lorsqu’il est traitĂ© par un homme. Ă€ partir d’un fait divers comme tant d’autres, l’auteur pose son regard aiguisĂ© d’historien et de sociologue, sur le vĂ©cu d’une jeune femme de 18 ans, enlevĂ©e, poignardĂ©e et dĂ©pecĂ©e en janvier  2011, dont il a fallu des semaines pour retrouver le corps. Un drame qui avait pris une ampleur mĂ©diatique Ă©tonnante entre rĂ©cupĂ©ration politique et combat judiciaire, pour finalement mettre Ă  jour une rĂ©alitĂ© sociale horrifiante. Cependant, c’est bien Ă  la victime qu’lvan Jablonka s’intĂ©resse dans son livre, LaĂ«titia, qui avait subi jusqu’alors l’impensable dans l’indiffĂ©rence la plus totale.

   Tout d’abord enfant victime, elle est tĂ©moin, avec sa sĹ“ur jumelle Jessica, des actes d’un père violent et a souffert de l’absence d’une mère que les coups rĂ©pĂ©tĂ©s ont plongĂ© dans la dĂ©mence. PlacĂ©es en foyer puis en famille d’accueil, elles vont subir, toutes deux, l’influence perverse et les abus sexuels de leur censĂ© irrĂ©prochable père de substitution. Au fil de la lecture, l’ouvrage bouleverse car, sous le fait divers, se dessine une  sourde critique sociale d’un monde qui Ă©crase les femmes. L’historien mène une vĂ©ritable enquĂŞte basĂ©e sur des tĂ©moignages, des photos et de multiples rapports dont la prĂ©cision porte parfois au cĹ“ur.

   La vie de la victime se dĂ©voile sous nos yeux Ă  l’aube d’une rĂ©alitĂ© intolĂ©rable : une enfance chaotique et instable oĂą la maltraitance et la violence ont Ă©tĂ© les faits courants d’une existence qui s’est construite dans une sociĂ©tĂ© qui n’a pas su la sauver. On notera aussi plus particulièrement les chapitres sur  le parcours scolaire de LaĂ«titia : elle cumule très tĂ´t les difficultĂ©s scolaires, et en marge du système Ă©ducatif, elle est ensuite orientĂ©e dans l’hĂ´tellerie. L’alternance lui a permis de s’épanouir et de s’affranchir pour un temps du milieu oppressant d’oĂą elle venait. VĂ©ritable hommage Ă  Laetitia Perrais, ce livre est Ă©galement une ode bouleversante Ă  toutes les femmes, Ă  toutes ces femmes maltraitĂ©es, violĂ©es, tuĂ©es.

Pour aller plus loin :

 

Le SE-Unsa et l’Unsa Ă©ducation s’engagent clairement dans la lutte contre le sexisme et contre toutes les formes de discrimination faites aux femmes, qui sont bien souvent le support des violences Ă  leur encontre. On trouvera dans la partie "SociĂ©tĂ©" du site Internet du SE-Unsa et dans la partie "Ă©galitĂ© femmes-hommes" de celui de l’Unsa Ă©ducation le rappel rĂ©gulier des actions menĂ©es dans ce cadre, ainsi que des analyses et des outils utiles pour l’ensemble de la communautĂ© Ă©ducative, et au-delĂ . Car Ă©duquer et agir dans ce domaine doit ĂŞtre l’affaire de toutes et tous !

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir