SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de POITIERS - 52 RUE JEAN JAURES - BP 90276 - 86007 POITIERS
Tél. 05 49 52 88 99 - Fax. 05 49 52 23 60 - Por. 06 23 94 36 82 - ac-poitiers@se-unsa.org

 
DĂ©claration des Ă©lus certifiĂ©s du SE-Unsa Ă  l’occasion des mutations intra-acadĂ©miques
Article publié le mardi 11 juin 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Intervention des Ă©lus SE-Unsa Ă  la Formation paritaire mixte acadĂ©mique consultĂ©e sur les demandes de mutation intra-acadĂ©mique des professeurs certifiĂ©s et agrĂ©gĂ©s de l’AcadĂ©mie de Poitiers les 11 et 12 juin 2019

 

Monsieur le Recteur,
Mesdames et messieurs les représentants de l’Administration,
Mesdames et messieurs les représentants des Personnels,

Nous sommes conscients du large renouvellement des Ă©quipes au sein de la cellule gestion collective de notre division des personnels enseignants. Nous tenons Ă  les remercier pour leur travail qui nous a permis d’obtenir un tableau de mutation avec une semaine d’avance sur cette FPMA, et donc de faire part de nos propositions d’amĂ©lioration du mouvement en respectant un jour ouvrĂ© avant cette instance. 

Quoiqu’elle soit parfois obligatoire, la mobilité géographique fait partie de la mobilité des personnels à laquelle le SE-Unsa est particulièrement attaché. Si elles sont retenues, nos 34 propositions permettront à 21 collègues d’obtenir une meilleure mutation et à 38 collègues supplémentaires d’en obtenir une. Au final, elles permettraient de satisfaire de manière équitable 38% des 1334 demandes formulées. Rappelons que l’an passé, un peu plus de 40% des 1307 demandes de mutation l’ont été.

Au-delĂ  du sujet d’aujourd’hui, nous tenons Ă  affirmer ici quelques-unes de nos positions. La première d’entre elles concerne la rĂ©forme des lycĂ©es et du baccalaurĂ©at. Si elle est menĂ©e Ă  marche forcĂ©e et ne nous satisfait pas, car sabordĂ©e par manque de moyens, nous n’appelons pas pour autant Ă  la grève de la surveillance du bac du 17 juin prochain. Tout d’abord, nous refusons d’opposer les enseignants aux Ă©lèves et Ă  leurs familles. Ensuite, cette dĂ©marche, comme celle de la multiplication des appels Ă  la grève qui n’a d’autre effet que d’inflĂ©chir la mobilisation de la communautĂ© enseignante, permettrait finalement Ă  la rue de Grenelle de ne pas rĂ©pondre aux demandes lĂ©gitimes des communautĂ©s Ă©ducatives. 

Par ailleurs, ce n’est pas Ă  coup de lettres que notre ministre montrera la reconnaissance de notre travail et obtiendra notre confiance. Nous revendiquons toujours une vĂ©ritable revalorisation salariale de tous les agents de la fonction publique, par un dĂ©gel immĂ©diat du point d’indice. Nous demandons Ă©galement une revalorisation d’ampleur de la rĂ©munĂ©ration des enseignants, pĂ©nalisĂ©s vis-Ă -vis des autres fonctionnaires dans le cadre de la future rĂ©forme des retraites. 

Enfin, nous tenons Ă  affirmer notre refus catĂ©gorique du projet de loi de transformation de la fonction publique. Le travail menĂ© lors de ces deux journĂ©es prouvera une fois de plus l’importance du paritarisme qu’il veut brider. Le dialogue social tel qu’il existe doit ĂŞtre maintenu (CAP, CHSCT). Le gouvernement doit stopper son obstination Ă  rĂ©duire les droits des agents publics et Ă  les insĂ©curiser. La qualitĂ© du service public tant recherchĂ©e ne se gagnera pas Ă  coup de masse sur le statut des fonctionnaires et de pilon sur le service rendu aux citoyens.

 

 
 
 
 
ALC