SECTION ACADÉMIQUE SE-Unsa de DIJON - 6 BIS RUE PIERRE CURIE - 21000 DIJON
Tél. 03 80 55 50 36 - Por. 06 28 59 04 66 - ac-dijon@se-unsa.org

 
Comment les Ă©lèves ont-ils vĂ©cu le confinement de mars-avril 2020 ?
Article publié le mercredi 12 mai 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp) a publiĂ© rĂ©cemment une note d’information intitulĂ©e « Dispositif d’évaluation des consĂ©quences de la crise sanitaire : comment les Ă©lèves ont-ils vĂ©cu le confinement de mars-avril 2020 ? Â». Le SE-Unsa vous propose de revenir sur les principaux enseignements de cette Ă©tude.
 
 
Dans le cadre des évaluations nationales de la rentrée 2020, tous les élèves de CP, CE1, sixième et seconde ont été interrogés sur la période de confinement de mars à avril 2020.
 
 
Les élèves d’école primaire ont davantage craint le coronavirus
 
Ă€ l’école, 40 % des Ă©lèves ont eu peur du coronavirus contre 25 % au collège. Les Ă©lèves qui Ă©taient en CP et CM2 pendant le confinement sont plus nombreux que ceux qui Ă©taient en grande section Ă  l’avoir trouvĂ© trop long et Ă  avoir Ă©tĂ© affectĂ©s par le manque de relations avec leurs camarades. Si près de 38 % des Ă©lèves de grande section et de CP se sont ennuyĂ©s, ils sont 51,4 % parmi les Ă©lèves de CM2.
 
 
Les filles ont moins bien vécu le confinement
 
47,1 % des filles en grande section et CP ont eu peur du coronavirus contre 30 ,9 % des garçons. Cet Ă©cart diminue mais reste important en CM2 (43,6 % des filles et 31,1 % des garçons). Plus de 66 % des filles de grande section ou CP ont trouvĂ© le confinement trop long, soit près de 10 points de plus que les garçons. En CM2, 75 % des filles ont trouvĂ© le confinement trop long (+ 12,6 points par rapport aux garçons). En grande section et CP, 80 % des filles et 70 % des garçons dĂ©clarent que leurs copains et leurs copines leur ont manquĂ©. Ils sont plus nombreux en CM2, mais l’écart de l’ordre de 10 points est toujours prĂ©sent. Les filles sont Ă©galement plus anxieuses face Ă  l’avenir scolaire.
 
 
Les élèves du réseau d’éducation prioritaire ont eu plus de difficultés pour travailler à domicile
 
Ceci s’avère vrai quel que soit leur niveau de scolaritĂ©. Ils ont Ă©galement eu davantage peur du coronavirus. Les Ă©lèves de grande section et CP des Ă©coles du rĂ©seau d’éducation prioritaire ont moins apprĂ©ciĂ© ĂŞtre restĂ©s tout le temps Ă  leur domicile, mais ils ont moins souffert du manque de relations avec leurs pairs. Ils dĂ©clarent plus souvent que l’école leur a manquĂ©. Les Ă©lèves scolarisĂ©s en Rep+ sont moins nombreux Ă  avoir utilisĂ© les supports traditionnels et sont plus nombreux Ă  avoir utilisĂ© le tĂ©lĂ©phone, et dans une moindre mesure la tablette et la tĂ©lĂ©vision. Ă€ noter toutefois que si un peu moins de 10 % des Ă©lèves ont utilisĂ© un ordinateur ou une tablette fournis par l’établissement scolaire en CM2, cette proportion est deux fois plus importante en Rep+.
 
 
Les disparités sont également très importantes concernant le temps de travail scolaire
 
Les filles ont travaillĂ© plus longtemps que les garçons. 25 % des Ă©lèves ont dĂ©clarĂ© avoir Ă©tĂ© aidĂ©s par leurs parents dans leur travail scolaire. Ils sont deux fois moins nombreux en Rep+ Ă  avoir Ă©tĂ© aidĂ©s par leurs parents. Ils sont en revanche plus nombreux Ă  avoir Ă©tĂ© aidĂ©s par leurs professeurs ou par une autre personne.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Pour le SE-Unsa, ces constats dĂ©montrent une fois de plus qu’il est indispensable d’investir davantage de moyens dans l’École. Tous les Ă©lèves ont besoin d’être accompagnĂ©s en permanence : il est nĂ©cessaire de recruter des enseignants. Ce besoin est d’autant plus prĂ©gnant Ă  l’heure actuelle pour endiguer le manque de remplaçants dĂ» en partie Ă  la crise sanitaire. Il convient Ă©galement de s’interroger sur le dĂ©doublement des classes de grande section, CP et CE1 qui ne peut pas ĂŞtre le seul dispositif proposĂ© aux Ă©lèves des rĂ©seaux d’éducation prioritaire.
Ces diffĂ©rentes mesures sont des conditions sine qua non pour atteindre ce qui nous motive au quotidien : la rĂ©ussite de chaque Ă©lève.
 
Retrouver l’étude de la Depp sur le site du ministère :
 
 
 
 
ALC