SECTION SE-Unsa de la SEINE MARITIME - 77 QUAI CAVELIER DE LA SALLE - 76100 ROUEN
Tél. 02 35 73 16 75 - Fax. 02 35 03 92 26 - 76@se-unsa.org

 
Une charte pour refonder les programmes
Article publié le vendredi 21 mars 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Conseil supérieur des programmes présentera prochainement la charte des programmes, qui fixera le cadre d’élaboration des futurs programmes de la maternelle au lycée. Le CSP souhaite rompre avec la conception actuelle des programmes et entrer dans une démarche plus intégrée, qui mettra en évidence la nécessaire cohérence de la formation des élèves. Pourquoi cette démarche est-elle essentielle à la Refondation ?

Pourquoi entrer dans une démarche curriculaire ? Pourquoi ne peut–on plus se contenter de listes annuelles de connaissances disciplinaires à enseigner ? Pourquoi faut-il développer le pouvoir d’action des équipes pédagogiques et éducatives ? Et surtout le pouvoir d’action des élèves ?

 
Plusieurs éléments militent pour cette transformation :

•lister des savoirs ne suffit plus Ă  dĂ©finir des apprentissages scolaires alors que la production de connaissances est exponentielle,  que celles-ci sont accessibles partout et qu’elles sont constamment rĂ©visĂ©es.
•la présentation de savoirs figés et segmentés ne prépare pas nos élèves à faire face à la complexité du monde et à affronter le doute pour relever les défis de l’avenir.
•la demande sociale n’est plus à la parcellisation des tâches mais à la maîtrise de tâches complexes en interaction avec d’autres.
•la révolution numérique creuse les écarts entre ceux qui ont accès au savoir et peuvent en tirer parti et ceux qui ne le peuvent pas. Elle modifie en profondeur les procédures de construction des apprentissages.
 

Pour relever ces défis, la très grande majorité des systèmes éducatifs qui ont révisé leur approche des contenus de formation vont dans le même sens :

•L’introduction d’une logique de compétences, conçues comme des « savoir agir compétents en situation »
•Le principe de l’élève acteur de ses apprentissages : l’exposition aux savoirs ne suffit pas à en assurer l’acquisition.
•L’importance du travail coopératif et collaboratif : on n’apprend pas seul mais avec les autres.
•L’importance accordée aux situations de formation : les compétences ne sont pas abstraites mais situées.
•La formulation des contenus en termes d’acquis évaluables pour les élèves.
 

 

 

Ce sont ces principes que le SE-Unsa souhaite voir inscrits dans la Charte des Programmes. Celle-ci doit constituer un cadre fort, porteur de transformations profondes  pour la Refondation de notre Ecole.

 
 
 
 
 
ALC