SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - 63@se-unsa.org

 
CTSD de repli : une carte scolaire sans colonne vertĂ©brale
Article publié le vendredi 5 février 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Mesures prises à l'issue du CTSD du 5 février

12 fermetures annulées :

- Le brugeron

- Vollore Montagne

- Viscomtat

- Saint Amant Roche Savine

- Thiers George Sand

- Bagnols/Larodde

- St Floret/St Vincent

- Tours sur Meymont / La Chapelle Agnon

- Chanat la Mouteyre

- Isserteaux/Montmorin

- Meilhaud/Perrier

- Chas/Espirat/Reignat : 1 poste supprimé et non deux

Chaque année, c’est le même enchainement qui mène au même drame. Mi-décembre, les rectorats attendent la dotation ministérielle qui attribue le nombre de postes disponibles à la rentrée prochaine, ainsi que les priorités à prendre en compte. Mi-janvier, ce sont les départements qui reçoivent les répartitions et qui proposent dans la foulée les ouvertures et fermetures de postes en fonction de contraintes ministérielles à géométrie variable.

En un mois, le sujet crucial des taux d’encadrement dans les classes, la création de postes de RASED, de remplaçants, est joué. La communauté éducative n’est consultée qu’une fois en bout de parcours.

En prenant le recul nécessaire, peut-on considérer que cette formule permet de construire sur du long terme ? C’est un système de gestion à bout de souffle. Que ce soit en période de dotation positive ou négative, aucun débat préparé collectivement ne permet de confronter les idées, et de prendre en compte les propositions pour utiliser au mieux les moyens.

Les niveaux auxquels on ferme ou on ouvre changent chaque année. Les ouvertures faites à un certain niveau l’an passé deviennent impossibles l’année d’après, faute de budget.

Le ministère change constamment de priorités et met chaque année des contraintes supplémentaires. Nous sommes dans un mouvement erratique en permanence sans pouvoir prendre de recul.

L’UNSA a demandé l’équité entre les écoles et l’ouverture de davantage de classes aux effectifs chargés pour respecter la promesse du minitre des GS, CP et CE1 à 24 élèves par classe.

L’inspecteur, malgré ses changements ne nous a pas convaincus.

Pour nous la carte est illisible, inéquitable et sans colonne vertébrale.

Nous avons voté CONTRE.

Nous demandons au DASEN de ne plus travailler dans de telles conditions et d'associer la communauté éducative bien en amont afin de faire remonter les besoins et les contraintes de chacun (locaux, répartitions, difficultés sociales,...).

voir les mesures complètes en pièce jointe.

 

 


 
 
 
 
ALC