SECTION SE-Unsa du PUY DE DOME - MAISON DU PEUPLE - 29 RUE GABRIEL PERI - 63000 CLERMONT FERRAND
Tél. 04 73 19 83 83 - 63@se-unsa.org

 
CHSCTD du 6/01 : √©tude des registres SST des √©coles
Article publié le mercredi 6 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CHSCT du 6 janvier : étude des registres SST remplis par les écoles

Ce CHSCT faisait suite √† celui du 10 d√©cembre interrompu pour connexion d√©fectueuse. Nous n'avions pas pu √† ce moment l√† √©tudier les registres sant√© et s√©curit√© remplis par les √©coles et avions demand√© leur report √† une date ult√©rieure, de pr√©f√©rence en pr√©sentiel pour des d√©bats de qualit√©. L'ordre du jour √©tait donc uniquement centr√© sur l'√©tude des fiches. Aucune nouvelle fiche n'avait √©t√© ajout√©e.

Des thématiques récurrentes sur lesquelles le SE-UNSA alerte

Sur 23 fiches relevées, plus de la moitié concernaient des problématiques liées à des comportements d'élèves très perturbateurs ou de familles aux comportements inadaptés.
Le SE-UNSA alerte depuis longtemps sur ces deux problématiques et a profité de ce CHSCT pour pointer les trop grosses carences de notre administration dans ces deux domaines. En effet, les réponses apportées aux équipes en difficulté sont beaucoup trop souvent insuffisantes dans ce type de situations.

Protocole sanitaire, gestion des ATSEM, direction d'école faisaient également partie des thématiques abordées. Retrouvez nos prises de position dans le compte rendu ci-dessous.

....................................................................................................................

Elèves hautement perturbateurs : des réponses insuffisantes

 

 

 

 

 

 

Plusieurs registres SST ou de danger grave et imminant faisaient état de comportements d'élèves hautement perturbateurs qui mettent en grande tension les équipes, les faisant parfois redouter une mise en danger des autres élèves. Ces situations deviennent trop fréquentes et les solutions apportées la plupart du temps insuffisantes.

Pour nous aujourd'hui, la promesse d'une inclusion r√©ussie des √©l√®ves en situation de handicap n'est pas tenue. Les fameuses √©quipes mobiles cens√©es intervenir en soutien des √©quipes enseignantes avec des professionnels de sant√© n'ont pas encore vu le jour. L'IEN ASH nous a confirm√© que leur recrutement √©tait en cours. Ces √©quipes viendront en accompagnement des enseignants en demande de ressources sur des besoins m√©dico-sociaux. Leur r√īle sera d'observer, conseiller et accompagner les √©quipes. Ils travaillent dans le champ de la r√©√©ducation et pas dans le champ p√©dagogique. 3 unit√©s mobiles vont √™tre cr√©√©es dans le d√©partement.

Les PIALS ne tiennent pas leurs promesses et préfèrent alourdir le travail quotidien des enseignants en leur réclamant de la paperasse inutile que de proposer des solutions pour aider les collègues au quotidien. On compte trop sur les enseignants pour tout assumer.

Le SE-UNSA d√©fend une inclusion ambitieuse et non au rabais. Cela passe par des adaptations de scolarit√© lorsque c'est n√©cessaire, des prises en charge en ITEP ou en CMP suffisantes, des personnes et des ressources accessibles en nombre suffisant, une meilleure formation des accompagnants, des effectifs par classe raisonnables.

L'UNSA a demandé une augmentation des postes en ITEP pour régler le problème des files d'attente.

M.l'inspecteur d'académie a rappelé que pour lui, une scolarisation réussie est une scolarisation heureuse. Si cela doit passer par de l'aménagement du temps scolaire, alors il ne faut pas hésiter à le proposer.

Nous avons également soulevé la problématique du travail d'adaptation des supports pour les élèves à besoins éducatifs particuliers. Au-delà des visites conseil ou des pistes qui peuvent être proposées aux collègues, il est également urgent de mobiliser des ressources pour aider à l'adaptation des supports en fonction des types de handicap. Les enseignants ne peuvent pas prendre en charge seuls cette question. Il ne s'agit pas de faire passer le travail pédagogique d'un enseignant au second plan car celui-ci est submergé par de multiples adaptations des supports. Beaucoup d'enseignants pourtant très investis dans leur métier sont en train de s'épuiser. Il est temps de prendre la mesure de ce qu'est une classe au 21ème siècle.

.................................................................................................................

ATSEM absentes :
Nous voulons une consigne claire

Depuis la rentrée, en particulier sur la commune de Clermont, de nombreuses absences d'ATSEM mettent en difficulté les équipes pour le respect des protocoles sanitaires et la conduite de la classe. A plusieurs reprises, nous avons été interrogés sur la position à adopter en cas d'absence des ATSEM, que ce soit pour maladie ou pour grève. Comment gérer l'accueil d'élèves de petite section sans un adulte pour aider aux passages aux toilettes, au respect du protocole …?

Notre consigne a souvent été de dire aux collègues de demander aux parents de garder leur enfant. Néanmoins, si certaines équipes ont été amenées à le faire, cela n'a aucunement été validé par la hiérarchie. Nous avons demandé que l'administration soit très claire pour assumer cette position et soutenir nos collègues dans cette démarche.
 Le DASEN n'est pas oppos√© √† ce qu'un courrier puisse √™tre transmis aux familles dans ce genre de situation. Il le dira aux IEN.

Pour rappel, les textes précisent certes qu'il y a obligation d'accueillir les élèves, mais également que la présence d'au moins une ATSEM est obligatoire pour ouvrir une école.

Nous avons √©galement demand√© √† ce que les directeurs soient davantage soutenus par rapport √† la gestion des ATSEM. En effet, alors m√™me que les ATSEM sont sous leur responsabilit√© sur le temps scolaire, ils sont bien souvent peu consult√©s sur l'organisation du service et leurs d√©cisions sont r√©guli√®rement remises en cause. Cela cr√©e des tensions dans certaines √©coles.

..................................................................................................................

Protocole sanitaire, masques, brassages….

Depuis le mois de mai; les équipes ont du mettre en place plusieurs protocoles sanitaires le plus souvent dans l'urgence. Un protocole strict pourtant volontiers remis en cause par l'administration ou les municipalités dès qu'il devenait difficile à respecter.
Difficulté de réassort des masques, du savon, ménage non fait, polémique des masques toxiques ou pas protecteurs, brassages imposés pour cause d'absence de remplaçant…. Plusieurs fiches SST faisaient état
d'incidents en lien avec la mise en place du protocole sanitaire.

Nous avons demandé qu'un point soit fait sur le réassort en masques à cette rentrée.
Les masques sont arrivés dans les circonscriptions hier, mardi 5 janvier. Ils vont être distribués rapidement. Il s'agira de masques 50 lavages qui devraient éviter un nouveau réassort d'ici à la fin de l'année.

En ce début d'année 2021, les équipes sont déjà bien éprouvées par ce début d'année. Le port du masque chez les enseignants et les élèves apporte une fatigabilité importante, et nous espérons vite voir la situation sanitaire s'améliorer pour tous.

Le SE-UNSA salue encore une fois le grand professionnalisme de nos collègues dans cette période difficile que nous traversons et demander que les injonctions non urgentes cessent pour laisser les équipes travailler le plus sereinement possible. Les rappels à l'ordre pour le renvoi du projet d'école pendant les vacances de Toussaint ne sont pas acceptables.

.................................................................................................................

Familles qui dépassent les bornes : l'UNSA demande une position stricte de soutien de la hiérarchie

Parents qui menacent les enseignants au portail, plaintes abusives et infond√©es contre des coll√®gues, pression pour exiger un changement de classe de leur enfant, ‚Ķ Les situations conflictuelles se multiplient.

Nous avons réitéré notre demande d'une procédure stricte en cas de comportement inadapté d'un parent. En effet, trop souvent, on demande aux enseignants de ne pas faire de vague, quitte à parfois les désavouer.

Pour nous, la position d'un soutien affiché aux enseignants doit être la règle. Les parents qui diffament, insultent ou menacent des enseignants doivent immédiatement se voir adresser un courrier leur rappelant qu'il s'agit de délits passibles d'amende. L'assurance de la confiance aux équipes doit être clairement affichée devant les familles, au risque de mettre en grande difficulté les équipes.

.................................................................................................................

Direction d'école

Parmi les registres SST figuraient également des témoignages de directeurs qui font part de leurs difficultés quotidiennes. Nous ne pourrons pas remettre en mots mieux qu'eux mêmes les témoignages qui ont été fait car tout est dit. Les temps sont très durs pour nos directeurs. Il est urgent d'avancer sur ce dossier.
Nous invitons les directeurs à nous contacter pour envisager des actions. Faites vos propositions.

 
 
 
 
ALC