SECTION SE-Unsa de la MEUSE - 2TER RUE GILLES DE TREVES - 55000 BAR LE DUC
Tél. 03 29 45 16 35 - Fax. 09 59 01 92 05 - Por. 06 07 29 25 59 - 55@se-unsa.org

 
Reprise pour tous le 22/06
Article publié le lundi 15 juin 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Les organisations syndicales, dont le SE-Unsa, ont été reçues ce matin par Jean-Michel BLANQUER, le Ministre de l’éducation nationale et Marie Anne LEVÊQUE la secrétaire générale. Cette réunion initialement prévue vendredi mais reportée pour laisser la primeur à l’allocation du président, s’inscrit donc dans la foulée du discours d’Emmanuel Macron annonçant que les crèches, écoles et collèges devront rouvrir pour tous à partir du 22 juin.


La plupart des organisations ont exprimés une satisfaction du retour des élèves et que l’obligation scolaire ait été réaffirmée. Néanmoins, vu le nouveau protocole annoncé, force est de constater que persiste un décalage entre ce qui est affiché politiquement et ce que les équipes vont pouvoir réorganiser en l’espace d’une semaine. Une situation qu’ont dénoncé l’UNSA Éducation et ses syndicats.

Pour l’UNSA Éducation, le retour de tous les élèves à l’École est une évolution positive.  En revanche, alors que le Président de la République a laissé entendre un retour à une situation avant confinement, c’est bien un nouveau protocole que les équipes vont devoir mettre en place en 1 semaine. Une réorganisation de l’espace et du temps qui risque, une nouvelle fois de mettre les équipes et particulièrement les directeurs d’écoles et les chefs d’établissements, les adjoints gestionnaires  en porte-à-faux. Dans le contexte insupportable de « Profbashing » et plus largement de critique vis-à-vis de l’éducation nationale, cet énième réorganisation floue n’est pas tolérable.

Les organisations syndicales ont donc obtenu qu’une nouvelle réunion soit organisée cette semaine car de nombreux angles morts persistent.
 
Le travail fédéral de l'Unsa Education qui permet de croiser les regards va se poursuivre pour faire passer nos messages en ce sens et être le plus utiles possibles aux équipes dans les écoles et établissements  à nos collègues qui sont déjà épuisés. Voici le décret paru 15 mai.
 
Les éléments à retenir de cette réunion
 
1. Le nouveau cadre sanitaire
Le nouveau protocole a vocation à être moins lourd. Le Ministère annonce qu’il devrait être rendu publique demain. Les évolutions sont la traduction des nouvelles recommandations sanitaires du conseil scientifique qui s‘est réuni vendredi avant le conseil de défense. En outre, ces évolutions reposent aussi sur une étude auprès des enfants de moins de 15 ans qui montre un « effet zéro » de la contamination des enfants vers les adultes.
 
Voici les évolutions sanitaires annoncées par le Ministère.
- Les écoles maternelles seraient alignées sur qui se passe en crèche : pas de distanciation physique des enfants entre-eux
- Allégement des contraintes de distanciation physique à l’élémentaire et au collège : 1 m de distance latérale ou face à face quand on est à l’intérieur :
      - permet de resserrer les rangées d’élèves en classe de façon significative
      - la distanciation physique ne s’applique plus dans les lieux ouverts
- Allègement aussi sur les contraintes de désinfection du matériel et des locaux : 1 fois par jour
- Passage d’une logique d’une distanciation individuelle à une distanciation de groupe.
Il doit persister un non brassage entre groupe classes quel que soient les temps donc en classes mais aussi sur le temps des récréations, de la restauration, périscolaire.
- Reprise de l’utilisation des jeux collectifs extérieurs, et du matériel collectif dans la classe sans échange avec une autre classe.
- Fin de la logique des dispositifs d’accueil des publics dits prioritaires
- Allègement des contraintes sur les internats, même s’il faut que les lits restent bien espacés d’1 mètre
- Possibilité pour les parents ou intervenants d’entrer à nouveau dans l’école en portant le masque et possibilité dans ce cadre d’organiser des kermesses.
- Pour les transports scolaires : le MEN annonce vouloir obtenir un allègement sur la règle d’espacement des 1 mètre car ce sont les seuls transports collectifs qui continuent d’y être soumis
 
Pour l’UNSA Éducation, au regard de ces nouvelles règles, c’est bien une réorganisation de l’espace et du temps qui va être demandé aux équipes. Si l’on peut se féliciter d’avoir une semaine de délais, il semble qu’un décalage persiste entre ce qui est annoncé « le retour obligatoire de tous » et ce qui est possible.
Le SE-Unsa a réaffirmé que les acteurs locaux (écoles, collèges et collectivités) sont mis en porte-à-faux, soit parce qu’ils devraient être ceux qui annoncent qu’on ne pourra pas accueillir tout le monde malgré les annonces présidentielles, soit parce qu’ils devraient prendre des distances avec le protocole pour répondre à la promesse présidentielle).
 
Dans le contexte d’image dégradée dans l’opinion publique créée par la campagne de profs bashing, nous devons montrer que la responsabilité sur la difficulté à reprendre ne vient pas d’un refus de notre part mais de cet écart entre les annonces et les possibilités réelles. 
 
2. L’obligation scolaire
Cela signifie que les parents qui ne remettront pas leur enfant à l’école ne disposeront plus de dérogation de la part de leur employeur. Le MEN a bien conscience qu’il y aura de l’absentéisme et que le contrôle de l’assiduité ne pourra pas être normal mais nous avons encore peu d’informations sur ce qui sera demandé aux équipes sur ce point.
 
 
3. Personnels dites vulnérables
L’évolution pour les personnes dites vulnérables face au covid ou qui vivent avec une personne dans cette situation , reste très confuse. Il nous ait répondu que sous réserve d’un avis médical, ces personnes peuvent reprendre une activité professionnelle avec un masque de type chirurgical. L’ensemble des OS a réagi en insistant auprès du ministère pour qu’il clarifie ce qu’il sera demandé aux collègues et quel sera leur statut. 
 
 
4. Le lien avec les collectivités territoriales
Que ce soit pour la remise en route de la restauration scolaire, le nettoyage des locaux ou encore le périscolaire dans le nouveau cadre sanitaire qui se profile, nous avons rappelé combien une bonne articulation avec les collectivités est importante. Nous savons que par endroit cela a été difficile faute de consignes claires et cohérentes entre les différents niveaux de communication.
 
 
 
Le SE-Unsa a réaffirmé le contexte de tension et d’épuisement au sein de la profession. Il faut maintenant attendre la publication du protocole sanitaire « allégé » et continuer à communiquer sur : « Retrouver les élèves même pour quelques jours afin de clore une année qui s’est arrêtée brutalement le 13 mars est une bonne nouvelle mais les personnels  ne veulent pas être tenus pour responsables d’un accueil plus restreint que ce que le Président a annoncé. Il appartient à l’exécutif d’assumer pleinement ces décisions. »
 
 
 
 
 
 
ALC