SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
Masques : types, catĂ©gories, il est utile de se repĂ©rer
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Se repĂ©rer dans les types de masques  :

Des collègues nous disent avoir remarquĂ© que les masques type chirurgicaux, pourtant achetĂ©s en pharmacie sont indiquĂ©s de « type 2R Â» alors qu’il est demandĂ© de catĂ©gorie 1 dans le protocole sanitaire.

Les élèves aussi portent ces masques, sont-ils aux normes demandées par le protocole sanitaire ?

CatĂ©gorie / type ? question de vocabulaire ? question de classement diffĂ©rent ?

Nous avons posé la question à un médecin scolaire (syndicat Unsa Education). Voici sa réponse :

"Effectivement c'est un problème de vocabulaire :

- pour les masques grand public norme AFNOR, il faut une catĂ©gorie 1 Ă  partir du 08/02/2021 : filtration d'au moins 90% des particules de plus de 3microns. Les cat 2 ne filtrant qu'Ă  70%. 

- pour les masques chirurgicaux : il faut bien vérifier que la norme EN 14683-année est présente sur la boite.

On peut effectivement trouver des masques jetables qui "ressemblent visuellement" à des masques chirurgicaux (surtout en dehors des pharmacies) mais qui n'en sont pas. Dans ce cas, on ne trouve pas la mention "masque chirurgical" ou "dispositif médical" sur la boite, ni la norme EN 14683.

Parmi les "véritables" masques chirurgicaux, on a encore 3 sous-catégories : type I filtration >95%, type II filtration >98%, type IIR filtration >98% et résistant aux projections.

Les masques IIR, c'est parfait, c'est ce qui protège le plus en matière de masque chirurgicaux.

- pour les masques FFP2 : c'est la norme EN 149 qui doit figurer sur l'emballage.

De plus, ce qui est aussi important que la qualitĂ© du masque est la manière d'utiliser le masque : bien se laver les mains avant la pose et après. Bien le mettre de façon Ă  couvrir le nez et la bouche (pas en dessous du nez, ni en-dessous du menton...). Ne pas y toucher une fois qu'on l'a, ou alors se relaver les mains systĂ©matiquement. Si on l'enlève temporairement, bien le prendre par les Ă©lastiques ou lanières et l'accrocher ou le replier dans un sac pour que les cĂ´tĂ©s intĂ©rieurs et extĂ©rieurs ne se touchent pas...  Sinon on pense ĂŞtre protĂ©gĂ© alors qu'on ne l'est pas vraiment si on rencontre le virus."


Le CHSCT de la Marne a travaillé sur la problématique des masques, et la protection de la voix. Une affichette sera produite avec des conseils.

Un entretien avec une orthophoniste travaillant avec la Mgen a permis de mettre les choses au clair. Une infirmière scolaire du rectorat a Ă©galement donnĂ© des points  de repères. Un amplificateur de voix peut-il ĂŞtre une solution (les orpthophonistes les recommandent lorsque nous sommes fatiguĂ©s) ?

Petite synthèse des échanges :

- Porter un masque peut provoquer la sensation d’avoir un mur qui nous empêche de respirer et diffuser le son, l’oppression pousse à prendre plus souvent sa respiration, fatigue vocale.

- Augmenter l’intensitĂ©  ?: parler plus fort augmente la charge vocale et peut provoquer des pathologies, en fonction des comportements phonatoires du locuteur. Très variable.

-Les déplacements, les gestes, les regards, sont en amont de la communication vocale. Le travailler. Changer sa représentation du geste vocal pour que cela se passe mieux.

- S’hydrater, aĂ©rer les locaux, faire des pauses vocales en travaillant ses pratiques pĂ©dagogiques, travail sur l’élocution (dĂ©bit de parole plus lent, respiration plus lente, articuler davantage – gymnastique de la mâchoire …), la phonation (comportement phonatoire, ajouter plus de modulation en hauteur et intensitĂ© jouer avec la souplesse de la voix, ne pas parler plus fort, jouer sur l’élan, les dĂ©marrages, respirer sans paniquer- peu d’air, plus souvent, …   )

Sensibilisation de l’enseignant Ă  l’amplification vocale. Souvent un blocage de l’enseignant. Mais s’amplifier en cas de fatigue vocale, pas forcĂ©ment continĂ»ment est une solution . Prix : petits systèmes se connectant sur les smartphones Ă  environ 30 euros. Les sociĂ©tĂ©s de phoniatres, ORL recommandent l’amplification vocale en complĂ©ment des bonnes pratiques.

Parler fort, se racler la gorge, est très mauvais.

Parler le moins possible. Changer ses pratiques pédagogiques. Amplifier.

(Ă©tudes du CNRS  + UniversitĂ© libre de Belgique)

Respirer comme si on avait une paille dans la bouche, faire entrer moins d’air et le garder à l’avant de la bouche

Quand on rentre chez soi, on « se dĂ©branche Â» (on s’allonge, on se laisse respirer) – yoga

Hydratation absolument nécessaire (peu mais souvent)

Changer un masque lorsqu’il est humide. 

Phonologie en mat et CP, les Ă©lèves doivent voir : se filmer avant ?

 Et pour les enfants : c’est pire ! leur faire faire la mĂŞme chose que pour les adultes. Leur faire prendre conscience des Ă©lĂ©ments sonores, relaxation, trouver des moments de pause.

 

Merci Ă  toutes ces personnes pour leurs conseils.

Ci-dessous un document d'une société de phoniâtres.

La MGEN Ă©dite une plaquette conseils Ă  lire ici.


   masques 7 conseils   
(508.2 ko)
 
 
 
 
ALC