SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
CommuniquĂ© de presse carte scolaire : Alerte de l’UNSA Education
Article publié le lundi 6 mai 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

                          A l’aube de la rentrĂ©e des vacances de printemps et des ajustements de carte scolaire concernant la rentrĂ©e 2014, l’UNSA Education renouvelle sa plus grande inquiĂ©tude au regard du grand nombre d’écoles en demande d’une ouverture de classe supplĂ©mentaire et du manque de moyens rĂ©sultant des dispositions dĂ©vastatrices dĂ©cidĂ©es par les gouvernements qui se sont succĂ©dĂ©s ces dernières annĂ©es.

                         Certes, notre dĂ©partement s’est vu attribuĂ© une poignĂ©e de postes Ă  pourvoir pour la rentrĂ©e 2014, permettant au Directeur AcadĂ©mique d’opĂ©rer dans une certaine sĂ©rĂ©nitĂ© les opĂ©rations de carte scolaire les plus urgentes. Il en rĂ©sulte seulement un poste Ă  attribuer au moment des mesures d’ajustement qui seront prises en juin.

                         Or, ce n’est pas moins d’une vingtaine de postes dont le dĂ©partement a encore besoin pour permettre Ă  nos collègues d’assurer dans des conditions de travail acceptables le service public d’éducation.

L’UNSA Education a listĂ© les trop nombreuses Ă©coles en souffrance qui l’ont alertĂ©e dès les dĂ©cisions de mars :

  • Sur le Nord du dĂ©partement :

Pouilly les Nonains, St Victor sur Rhins, Roanne P. Bert avec plus de 27 Ă©lèves par classe de moyenne

Roanne J. Rostand : en RRS, avec une moyenne de 25.83 par classe, et 60 % du public au-dessous du seuil de pauvretĂ©, cette Ă©cole figurait sur la liste initiale des ouvertures potentielles, nous ne comprenons pas pourquoi aucune ouverture n’a Ă©tĂ© prononcĂ©e.

Renaison le Colombier : certes, il y a une baisse d’effectifs, mais il y a sur cette Ă©cole une CLIS, et nous savons que l’inclusion est plus difficile si les classes « ordinaires Â» sont chargĂ©es par ailleurs !

 

RPI St Paul de VĂ©zelin / DancĂ© : si cette Ă©cole fonctionne avec seulement deux classes, les effectifs vont excĂ©der 31 en maternelle ( de PS Ă  GS ) et 28 en Ă©lĂ©mentaire en cours quintuple !!!

 

Les NoĂ©s, avec une classe unique Ă  23 et six niveaux d’enseignement !

 

A Roanne, le poste Hôpital de jour maintenu à mi-temps ne permettra pas un fonctionnement compatible avec la souplesse nécessaire à ce type de poste en direction d'élèves en très grandes difficultés comportementales d'autant plus que les effectifs sont souvent très fluctuants et nécessitent une prise en charge individualisée très particulière.

  • Sur le Centre du dĂ©partement :

 

Feurs Perrault, avec une moyenne de 26.9 élèves par classe et surtout les enfants de la CLIS à intégrer

 

Civens : plus de 28 Ă©lèves par classe en moyenne, qui se situe chaque annĂ©e Ă  la limite d’une ouverture mais Ă  qui on la refuse perpĂ©tuellement.

 

Valeille,  Ă  qui on a retirĂ© une quatrième classe l’annĂ©e dernière, Ă©lèves et enseignants subissent une vraie punition dictĂ©e par une nouvelle moyenne Ă  27 Ă©lèves par classe

 

Chambéon, en pleine expansion, les effectifs prévus du fait de nouvelles constructions tout juste attribuées, vont excéder 29 de moyenne, et peut-être plus.

 

 

  • Sur le Sud du dĂ©partement :

 

Deux cas particuliers sont extrĂŞmement alarmants, au nom du maintien du service public d’éducation sur ces territoires :

 

Chazelles /Lyon, commune dans laquelle l’école publique est en concurrence directe avec l’école privée. La fermeture d’une classe publique va à coup sûr provoquer une fuite vers l’école privée, particulièrement pour les enfants de moins de 3 ans.

 

Planfoy : une convention entre l’école privĂ©e et l’école publique du village permettait, jusqu’à ce jour, de maintenir un certain Ă©quilibre. L’école privĂ©e ne pouvant plus accueillir les Ă©lèves de CP par manque de place, ces derniers viennent grossir les effectifs de l’école publique qui demande donc une ouverture de classe. L’UNSA Education souhaite que, dans ce dossier, ce soient les familles, et seulement les familles, qui fassent le choix de la scolaritĂ© de leur enfant rentrant au CP, et que l’Education Nationale soit Ă  mĂŞme d’assurer sa mission de service public d’éducation !

 

D’autres Ă©coles, initialement Ă©tudiĂ©es pour une ouverture, sont encore en attente de celle-ci :

 

Villars J. Guitton, St Etienne Francs Maçons, Roche la Molière Cousteau, et St Jean Bonnefond Flandin, bien qu’accueillant des populations diverses, vont devoir fonctionner avec des moy/classe qui excèdent 27, si une classe supplĂ©mentaire n’est pas ouverte, et c’est Ă©norme !

 

Ecoles qui accueillent un public difficile et pour lesquelles aucune  ouverture n’a Ă©tĂ© prononcĂ©e:

St Chamond le Châtelard : public relevant de ZEP, bien que l’école ne soit pas classĂ©e, 131 Ă©lèves

St Etienne Montchovet : en RRS, 25.83 de moyenne

St Chamond Villon : ECLAIR, 26 de moyenne 

St Etienne Tarentaize mat : RRS, 31.75 de moy, qui figuraient toutes sur la liste des ouvertures potentielles.

 

Deux autres Ă©coles sur St Etienne seront en souffrance sans ouverture :

 

St Etienne Beaulieu Ă©lĂ© : un poste CRI - pour les enfants nouvellement arrivĂ©s en France - vient de s’y implanter, l’effectif prĂ©vu est de 154, ouverture d’une 7ème classe demandĂ©e,  le quartier semble se rajeunir mais est de plus en plus dĂ©favorisĂ©

 

St Etienne Bergson mat : prĂ©vision de 124 Ă©lèves, sans comptabiliser les enfants de moins de 3 ans, ce qui fait une moyenne de 31/classe, et ne permet d’accueillir aucun Ă©lève de moins de trois ans.

 

                            Dernier point, l’UNSA Education renouvelle son inquiĂ©tude concernant le poste CASNAV, destinĂ© Ă  encadrer les enfants du voyage, qui a Ă©tĂ© supprimĂ© l’annĂ©e dernière par M. Vignoud, ancien DASEN, et que l’actuel Directeur AcadĂ©mique n’a pas rĂ©implantĂ©. Nos collègues ne sont plus que deux  ( au lieu de trois ) Ă  parcourir le dĂ©partement, et c’est très dur pour eux, et surtout pour les Ă©lèves qu’ils ne peuvent plus accompagner.

                           

                            Il ne s’agit donc pas d’un seul et unique poste, mais de 24 postes supplĂ©mentaires nĂ©cessaires pour espĂ©rer une rentrĂ©e scolaire 2014 sans heurt.

                           

                            Aussi, comme elle la dĂ©jĂ  formulĂ© au cours du dernier CDEN, l’UNSA Education, et au regard de la situation dĂ©crite ci-dessus, demande au DASEN de bien vouloir dès Ă  prĂ©sent solliciter M. le Ministre de l’Education Nationale, afin qu’il accorde au dĂ©partement de la Loire, les moyens de prĂ©tendre Ă  un service public d’éducation de qualitĂ©.

                            L’UNSA Education portera une attention toute particulière au maintien dans notre dĂ©partement, des services de notre Ă©cole publique et laĂŻque.

 

VĂ©ronique DE HARO

Secrétaire Départementale de l’UNSA Education

Contact au 06 32 45 45 57

 
 
 
 
ALC