SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
CHSCT exceptionnel du 9 avril 2021
Article publié le vendredi 9 avril 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Depuis la rentrĂ©e de la pĂ©riode 2, les CHSCT-D exceptionnels se rĂ©unissent toutes les deux semaines pour faire le point sur la situation sanitaire. 

C’était le cas ce vendredi 9 avril. 

 

Chiffres : 

Pendant la pĂ©riode 4, il a Ă©tĂ© identifiĂ© 119 cas positifs et 100 cas contacts Ă  risque chez les adultes. 

C’est une rĂ©alitĂ© très contrastĂ©e, l’IA observe une montĂ©e en puissance des chiffres Ă  partir du 22 mars. 

 

De mĂŞme pour les Ă©lèves, dès le 22 mars, le nombre de cas positifs et de cas contacts n’a cessĂ© d’augmenter. Les isolements et les fermetures de classes ont Ă©tĂ© beaucoup plus frĂ©quents. 

Une problĂ©matique forte a Ă©tĂ© identifiĂ©e sur les Ă©coles maternelles oĂą il est particulièrement difficile de fonctionner en Ă©vitant les brassages, notamment au moment de la sieste. 

 

Du 22 mars au 2 avril, ce sont 63 classes fermĂ©es en Ă©coles (dont les 3/4 en maternelle), 18 dans les collèges et 15 en lycĂ©e. 

 

Tests :

Les tests antigĂ©niques ont Ă©tĂ© principalement rĂ©alisĂ©s dans les collèges. En tout, ce sont 5287 Ă©lèves et 558 adultes qui ont Ă©tĂ© testĂ©s. Seulement 5 cas positifs ont Ă©tĂ© dĂ©pistĂ©s, seulement chez les Ă©lèves. 

Dans les lycĂ©es, les campagnes de tests ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es principalement par la RĂ©gion. L’IA n’a pas encore eu accès aux chiffres. 

 

Dans les Ă©coles, l’Education Nationale a rĂ©alisĂ© les campagnes de tests salivaires. 

2751 Ă©lèves et 822 adultes ont Ă©tĂ© testĂ©s. Seulement 25 Ă©lèves et 1 adulte ont Ă©tĂ© testĂ©s positifs. 

Cette campagne de tests salivaires a concernĂ© 66 Ă©coles. 

 

Après une analyse prĂ©cise de ces chiffres, nous pouvons remarquer que 25 Ă©lèves positifs sur 2751 reprĂ©sente un taux d'incidence Ă  plus de 900 ce qui est particulièrement Ă©levĂ© par rapport aux donnĂ©es sur la population globale. Nous mettrons ces chiffres en perspective Ă  la rentrĂ©e des congĂ©s d'avril pour Ă©tudier notamment l'impact de la fermeture de nos Ă©coles sur la propagation du virus. 

 

Les opĂ©rations de tests reprendront dès la rĂ©ouverture des Ă©coles et Ă©tablissements du second degrĂ©. 

 

L’IA nous informe que des campagnes d'autotest pourront être menés dans les lycées.

Les services de la DSDEN sont actuellement en attente d’une livraison qui devrait pouvoir permettre de mettre en place 2 tests par Ă©lève par semaine. 

Nous ne savons pas encore Ă  ce stade si les enseignants pourront y avoir accès. 

 

Fermeture des Ă©coles et Ă©tablissements :

Dans le premier degrĂ©, ce sont 288 Ă©coles qui sont restĂ©es ouvertes pour accueillir les enfants de personnels prioritaires, ce qui reprĂ©sente environ 2000 Ă©lèves accueillis chaque jour sur le dĂ©partement. 

Les Ă©tablissements du second degrĂ© sont eux tous ouverts. Environ 300 collĂ©giens et lycĂ©ens sont accueillis chaque jour. 

 

L’Unsa Education alerte l’IA sur la situation des titulaires remplaçants qui Ă©taient missionĂ©s depuis plusieurs mois sur des remplacements de personnels en ASA et qui se sont vus subitement dĂ©mobilisĂ©s pour aller assurer la garde des enfants de personnels prioritaires dans les Ă©coles cibles. Encore une fois, les remplaçants ne sont pas considĂ©rĂ©s Ă  leur juste valeur. Comme tout adjoint, ils auraient du se voir proposer de prendre part au roulement mis en place dans les Ă©coles cibles et ne pas ĂŞtre obligĂ©s de s’y rendre tous les jours pour du prĂ©sentiel. 

 

Classes non remplacĂ©es 

Au dĂ©but de la pĂ©riode 4, seulement (!) 5 Ă  6 classes n’étaient pas remplacĂ©es chaque jour. DĂ©but mars, nous sommes montĂ©s Ă  15 Ă  30 classes sans remplaçants chaque jour pour atteindre un pic Ă  environ 60 classes non remplacĂ©es Ă  partir du 22 mars. 

 

L’IA a la possibilitĂ© depuis ce dĂ©but de pĂ©riode de recruter 6 contractuels remplaçants. Faute de vivier disponible, ils ne trouvent personne pour pourvoir ces postes malgrĂ© des annonces Ă  PĂ´le Emploi notamment. 

 

Reprise après les vacances d’avril 

Les organisations syndicales insistent sur la nĂ©cessitĂ© d’anticiper au mieux ce retour dans les Ă©coles puis dans les collèges et lycĂ©es en prĂ©sentiel. 

Pour le moment, l’IA en est au mĂŞme niveau d’information que l’ensemble de la population. La secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale rappelle que les dĂ©cisions sont prises par le gouvernement et que si nous sommes amenĂ©s Ă  garder nos Ă©coles fermĂ©es après les congĂ©s, l’organisation Ă  mettre en place sera sensiblement la mĂŞme que cette semaine, notamment pour les Ă©coles cibles dans les grosses communes du dĂ©partement. 

 

L’Unsa Education demande la possibilitĂ© que soit gĂ©nĂ©rĂ©es des attestations de dĂ©placements pour les deux semaines de congĂ©s afin que nous puissions nous rendre dans nos Ă©coles pour prĂ©parer notre rentrĂ©e. 

L’IA nous informe qu’une demande sera faite Ă  la DIPER. Des attestations devraient ĂŞtre gĂ©nĂ©rĂ©es dans I-Prof dĂ©but de semaine prochaine. 

 

Vaccination des personnels. 

L’Unsa Education demande Ă  l’IA d’associer les organisations syndicales Ă  l’organisation de la vaccination pour Ă©viter la mise en place une usine Ă  gaz administrative. 

 

L’IA nous informe que pour le moment, il n’y a pas encore d’informations concrètes sur l’organisation qui pourrait être retenue. Deux solutions semblent tout de même se dessiner :

  • Les enseignants pourraient ĂŞtre personnels prioritaires pour aller se faire vacciner dans les centres dĂ©diĂ©s. 
  • La vaccination pourrait se mettre en place au sein de l’Education Nationale. 

Les premières informations permettant d’entrevoir la mise en place d’une vaccination en interne sont inquiĂ©tantes : il aurait Ă©tĂ© envisagĂ© que la vaccination ne soit possible qu’à la DSDEN et seulement en prĂ©sence d’un mĂ©decin de prĂ©vention. 

L’Unsa Education rĂ©agit vivement Ă  cette information : il est nĂ©cessaire de rendre accessible la vaccination sur tout le territoire et de ne pas la centraliser Ă  Saint Etienne. De plus, obliger la prĂ©sence d’un mĂ©decin de prĂ©vention risque de nous mettre en difficultĂ© Ă©tant donnĂ© la situation particulièrement dĂ©gradĂ©e de notre mĂ©decine de prĂ©vention (pour rappel, le dĂ©partement est rĂ©parti en zone gĂ©ographique sur les mĂ©decins du RhĂ´ne). 

L’Unsa Education demande à la secrétaire générale de faire remonter ces difficultés au ministère afin que nous nous retrouvions en capacité d'organiser correctement la vaccination pour les agents de l’Education Nationale.

 
 
 
 
ALC