SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
CHSCT exceptionnel du 5 mars 2021
Article publié le vendredi 5 mars 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Ce vendredi 5 mars se tenait le sixième CHSCT exceptionnel relatif Ă  la crise sanitaire dans notre dĂ©partement. Nos discussions ont essentiellement tournĂ© autour de la mise en place des tests salivaires dans les Ă©coles du dĂ©partement. 

 

Modification du protocole sanitaire :

Depuis la rentrĂ©e des congĂ©s d’hiver, les protocoles sanitaires ont Ă©voluĂ©. 

Désormais, nous pouvons être testés positifs à différents variants du covid. Afin de s’y repérer, une terminologie précise a été mise en place par la Haute Autorité de Santé :

V0 : Covid-19 présent sur le territoire depuis plus d’un an

V1 ou UK : variant britannique

V2/V3 : variant sud africain ou brĂ©silien. 

 

Lors d’un test RT-PCR positif, le prĂ©lèvement est envoyĂ© dans un laboratoire qui rĂ©alise un « criblage Â». C’est cette manipulation qui permettra de dĂ©terminer la prĂ©sence d’un variant ou non. 

 

Pour un test positif Ă  n’importe quelle forme du Covid, la pĂ©riode d’isolement est dĂ©sormais de 10 jours plein. Cela signifie un retour en classe le 11ème jour si absence de fièvre. 

 

Pour un test positif au V2 ou V3, toutes les personnes de la classe (Ă©lèves et personnels) sont considĂ©rĂ©es comme cas contacts Ă  risque et donc placĂ©es en isolement. Un test sera rĂ©alisĂ© au bout de 7 jours plus tard.  

Cas particulier de la maternelle oĂą les enfants ne se font pas systĂ©matiquement tester. Dans tous les cas, la pĂ©riode d’isolement sera de 10 jours avec un retour en classe possible le 11ème jour si absence de fièvre. 

Pour les enfants de plus de 6 ans, le test nĂ©gatif est obligatoire pour un retour en classe. Si les parents refusent de faire tester leur enfant, la pĂ©riode d’éviction monte Ă  14 jours. 

 

Une problĂ©matique forte est identifiĂ©e si le cas positif est Ă  l’intĂ©rieur du foyer de l’enfant. 

La pĂ©riode d’isolement est de 17 jours Ă  partir du dernier testĂ© positif dans le foyer (exemple : il est possible que la mère soit testĂ©e positive en premier lieu, puis 3 jours plus tard le frère de l’enfant, dans ce cas, le dĂ©compte des 17 jours repart Ă  0). 

Si l’enfant se fait tester et que le rĂ©sultat est positif, sa pĂ©riode d’éviction de l’école est de 10 jours Ă  compter du jour du test. 

 

Si un parent vous signale que lui ou un membre du foyer de l’élève a Ă©tĂ© testĂ© positif au V2 ou V3, prĂ©venir immĂ©diatement l’IA. La classe de l’enfant sera fermĂ©e et toutes les personnes intervenant dans la classe seront considĂ©rĂ©es comme cas contacts Ă  risque. 

Le but de cette dĂ©marche est de freiner au mieux la propagation des variants sud africains et brĂ©siliens sur notre territoire. 

 

Cas provoquant une fermeture de classe :

  • Un Ă©lève est testĂ© positif en Ă©cole maternelle. 
  • Un Ă©lève est testĂ© positif Ă  un V2 ou V3 en Ă©cole Ă©lĂ©mentaire ou dans le second degrĂ©. 
  • Si cluster dans la classe : en moins d’une semaine 3 personnes issues de diffĂ©rentes fratries sont testĂ©es positives. 
  • Un parent ou un membre du foyer de l’enfant annonce qu’il est positif au V2 ou V3. 

 

Tests salivaires :

Suite aux multiples interventions de l’Unsa Education tant localement qu’auprès du cabinet du ministre, les enseignants n’auront pas Ă  faire passer les tests aux Ă©lèves. Nous nous contenterons d’accompagner nos Ă©lèves dans ce dispositif. 

 

L’IA est en train de finaliser une convention avec la facultĂ© de mĂ©decine et les Ă©coles d'infirmier.es du dĂ©partement pour que des Ă©tudiants viennent superviser les tests dans nos Ă©tablissements. 

 

Le coĂ»t de ce test pour les familles est nul. 

En revanche, les enseignants peuvent aussi faire le choix de se faire tester par prĂ©lèvement salivaire. Dans ce cas prĂ©cis, c’est le rĂ©gime gĂ©nĂ©ral de la sĂ©curitĂ© sociale qui fait autoritĂ©. Une retenue d’un euro aura alors lieu sur le prochain remboursement d’un frais mĂ©dical pour rembourser le test. 

 

Tests réalisés au sein de l’école :

Un ciblage des écoles du département est organisé. Seront choisies en priorité les écoles :

  • au sein des grandes agglomĂ©rations du dĂ©partement, 
  • avec des rĂ©sultats positifs exponentiels. 

 

2 lycĂ©es (François Mauriac Ă  AndrĂ©zieux et Albert Thomas Ă  Roanne) et 4 Ă©coles du dĂ©partement sont Ă©galement choisis pour constituer ce que l’administration appelle un « panel Â». 

Ces Ă©tablissements verront les tests se renouveler pĂ©riodiquement (tous les 15 jours environ). 

 

L’IA rappelle que si les Ă©quipes des Ă©coles s’opposent Ă  la mise en place des tests dans leur Ă©tablissement, il n’y aura pas de forcing qui sera fait de la part de l’administration. 

L’Unsa Education intervient pour prĂ©ciser Ă  l’IA que les informations qui arrivent dans les Ă©coles ne semblent pas nous laisser le choix dans la possibilitĂ© d’accueillir ou non les campagnes de tests. 

L’IA admet la brutalitĂ© de la communication et va rĂ©flĂ©chir Ă  une information plus claire auprès des Ă©quipes. 

L’Unsa Education alerte aussi sur la surcharge que reprĂ©sente la mise en place des tests pour les directrices et directeurs d’école. 

L’IA reconnait qu’il est nĂ©cessaire de donner plus de temps aux Ă©quipes pour mettre en place plus sereinement les tests. La tension devrait se relâcher dans les semaines Ă  venir avec une communication plus en amont. 

 

Suite à ces premiers échanges, les représentants du personnels posent 2 avis :

 

Avis 1 : La mise en oeuvre des tests salivaires dans les Ă©coles demande une prĂ©paration administrative en amont consĂ©quente. Il s’agit pour le directeur ou la directrice et son Ă©quipe de : prendre connaissance des divers documents, les transmettre aux familles, rĂ©colter les documents, assurer les complĂ©ments si besoin, rĂ©pondre aux questions des parents, organiser l’espace, mettre en place les plannings de passage. Tout cela, noyĂ© au milieu des multiples missions du quotidien, demande du temps, beaucoup de temps. Les reprĂ©sentants du personnels au CHSCT-D demandent que les Ă©coles soient averties de la tenue du test au minimum 8 jours avant. 

 

Avis 2 : Nous le constatons tous depuis maintenant un an avec certitude : la charge de travail des directeurs d’école est dĂ©mesurĂ©e. AmplifiĂ©e par la gestion de la crise sanitaire, beaucoup d’entre eux sont surmenĂ©s. Dans notre dĂ©partement, un grand nombre de directeurs n’ont pas de dĂ©charge hebdomadaire. 

Face Ă  la charge administrative que reprĂ©sentent l’organisation et la mise en place des tests salivaires, que ce soit par un prĂ©lèvement Ă  l’école ou Ă  la maison, les reprĂ©sentants du personnels demandent Ă  ce qu’une aide humaine administrative soit prĂ©sente au moins une journĂ©e avant la journĂ©e de test pour Ă©pauler le directeur dans la tâche administrative relative au bon dĂ©roulĂ© des prĂ©lèvements. 

 

L’Unsa Education, comme tous les reprĂ©sentants du personnels, vote en faveur de ces avis. L’objectif est aussi de faire comprendre Ă  l’IA que la charge de la crise sanitaire ne peut pas reposer que sur les Ă©paules des directeurs et des Ă©quipes dans les Ă©coles. 

L’IA propose qu’une dĂ©charge d’une demie-journĂ©e soit offerte aux directeurs qui reçoivent les tests sous rĂ©serve de remplaçants disponibles. 

L’Unsa Education rĂ©agit en remarquant que nous en revenons constamment au mĂŞme problème : l’administration n’a pas les moyens d’assumer ses ambitions. 

 

Les représentants du personnels posent ensuite 3 nouveaux avis :

Avis 3 : Les premières expĂ©rimentations ont montrĂ© que, parmi les diffĂ©rentes modalitĂ©s testĂ©es, le fonctionnement avec un prĂ©lèvement « collectif Â» Ă©tait le plus efficient. Or dans la FAQ, qui a vocation Ă  ĂŞtre prĂ©sentĂ©e aux Ă©quipes des Ă©coles, il est notĂ© que « A dĂ©faut, un espace spĂ©cifique est amĂ©nagĂ© dans la classe Â». Cela n’est pas envisageable dans le sens oĂą l’organisation pour la personne qui supervise n’est pas possible. Les reprĂ©sentants du personnel au CHSCT-D demandent que cette phrase soit supprimĂ©e dans la FAQ et que par consĂ©quence, les tests ne puissent se tenir que dans un espace dĂ©diĂ©. 

 

Avis 4 : La FAQ stipule qu’ Â« une telle organisation permet d’estimer le temps de collecte de tous les prĂ©lèvements pour une classe Ă  environ 15 minutes Â». Cela est trop peu. Les expĂ©rimentations montrent que plus de temps est nĂ©cessaire. Ce temps comprend l’installation des enfants, la distribution des pots, la passation de consignes, le prĂ©lèvement, la vĂ©rification, la rĂ©colte des pots, la sortie de la salle et la prĂ©paration, pour le superviseur, du matĂ©riel pour le groupe suivant. Tout cela rentre, si tout se passe parfaitement bien, dans un temps de 20 minutes. En incluant un temps, mĂŞme court, de pause pour le superviseur, les reprĂ©sentants du personnel au CHSCT-D demandent que le temps de passage par groupe soit de 25 minutes minimum. 

 

Avis 5 : En fonction des dĂ©cisions qui appartiennent aux familles tous les enfants ne sont pas testĂ©s. Cela pose la question de la responsabilitĂ© de l’enseignant.e qui ne peut se dĂ©doubler. La FAQ prĂ©cise que les enseignant.es Â« peuvent Â» ĂŞtre prĂ©sent.es au moment du test. Cela apporte un dĂ©but de rĂ©ponse mais ne rĂ©pond pas Ă  toutes les situations. Les collègues doivent pouvoir trouver des rĂ©ponses Ă  toutes leurs questions, et le cas Ă©chĂ©ant, se tourner vers un interlocuteur. Cela concernera les classes en tension pour lesquelles les enseignant.es ne peuvent pas s’éloigner du groupe. Les reprĂ©sentants du personnel au CHSCT-D demandent que soit intĂ©grĂ© Ă  la FAQ un paragraphe sur les diffĂ©rentes organisations qu’il est possible de retenir au sein de la classe, le jour du test. Ce paragraphe proposera aux enseignant.es la possibilitĂ© de solliciter une aide (humaine ou logistique) auprès de la circonscription. 

 

Suite à ces 3 avis, l’administration entend nos revendications et propose des aménagements :

  • La prĂ©sence d’un espace dĂ©diĂ© dans la classe a Ă©tĂ© l’option choisie par certaines Ă©quipes lors des phases de test. Cette possibilitĂ© ne sera pas retirĂ©e de la FAQ mais apparaitra comme une option parmi d’autres. 
  • Face Ă  la variation du temps nĂ©cessaire pour la rĂ©alisation du test, le temps dĂ©diĂ© sur la FAQ passera de 15 minutes strictes Ă  une fourchette de 15/25 minutes pour guider au mieux les Ă©quipes. 
  • Les Ă©quipes qui se retrouvent sans la possibilitĂ© d’avoir recours Ă  une aide humaine pour surveiller les Ă©lèves qui ne se font pas tester (pas d’ATSEM ou d’AESH), pourront solliciter leur circonscription pour obtenir du renfort. 

Après ces propositions que nous actons positivement, nous retirons nos avis. 

 

Tests réalisés à la maison :

C’est un dispositif parallèle qui se mettra en place dans certains secteurs du dĂ©partement. Pour des raisons lĂ©gitimes de barrière de la langue notamment, les secteurs les plus prĂ©caires du territoire n’auront pas accès Ă  ces dispositifs. 

 

L’Unsa Education interroge l’IA sur la fiabilitĂ© des tests qui seront rĂ©alisĂ©s sans la prĂ©sence d’un superviseur. 

L’IA nous répond qu’elle a déjà posé cette question aux laboratoires qui affirment que c’est une modalité qu’ils utilisent déjà depuis longtemps et qu’il n’y a pas de doute à avoir sur la fiabilité du test.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
ALC