SECTION SE-Unsa de l'EURE ET LOIR - 19/21 RUE DES GRANDES PIERRES - COUVERTE - 28000 CHARTRES
Tél. 02 37 36 47 02 - Por. 06 34 43 21 67 - 28@se-unsa.org

 
Annonces gouvernementales du 22 avril : une reprise marquĂ©e par l’inquiĂ©tude et le dĂ©couragement
Article publié le vendredi 23 avril 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Suite aux annonces du Premier ministre et du ministre de l'Education nationale, sur la reprise de l'école en présentiel, voici les points à retenir en attendant des précisions qui seront apporté dans la FaQ > mise à jour ICI

  • Confirmation du retour en prĂ©sentiel des Ă©lèves de maternelle et Ă©lĂ©mentaire le 26 avril 2021 avec un protocole sanitaire Ă  l’intĂ©rieur des Ă©coles non modifiĂ© (aĂ©ration renforcĂ©e des pièces toutes les heures, port du masque dès 6 ans, encouragement aux classes et activitĂ©s sportives de plein-air, non-brassage des classes Ă  la cantine).
  • Fermeture de classe pour 7 jours dès 1 cas d’élève positif confirmĂ© sur l’ensemble du territoire.
  • Augmentation de la capacitĂ© Ă  tester :
    • 400 000 tests salivaires la semaine prochaine
    • 600 000 tests par semaine d’ici la mi-mai dans les Ă©coles. Ă€ partir du 10 mai, un autotest par semaine par lycĂ©en de plus de 15 ans Ă  rĂ©aliser en Ă©tablissement dans un lieu dĂ©diĂ© sous la supervision d’un adulte. En attente d’un avis de la Haute-autoritĂ© de santĂ© pour pouvoir ouvrir l’usage des autotests en dessous de 15 ans.
    • 2 autotests par semaine fournis par l’EN Ă  chaque personnel Ă  partir de la semaine prochaine.
    • Des mĂ©diateurs supplĂ©mentaires devraient ĂŞtre recrutĂ©s pour accompagner cette nouvelle campagne de tests.
  • Recrutement de 5000 remplaçants supplĂ©mentaires (en incluant le contrats « covid » dĂ©jĂ  en cours)

Si on ne peut qu'approuver cette mesure, elle est malheureusement trop tardive et ne résoudra pas les problèmes de recrutement dans le 1er degré. Jusqu'à présent, la DASEN n'a pu recruter le nombre de remplaçants supplémentaires prévus pour notre département par manque de candidats.

  • A partir du 3 mai, demi-jauge au lycĂ©e sur l’ensemble du territoire dont les modalitĂ©s seront dĂ©terminĂ©es Ă  l’échelle de chaque Ă©tablissement.
  • Brevet et baccalaurĂ©at : Ă©preuves maintenues. BTS : session de rattrapage prĂ©vu dĂ©but juillet.
  • Pour rappel, la vaccination est accessible aux personnels de l'EN de + de 55 ans depuis samedi dernier. Pour connaitre les dĂ©marches, cliquez ICI.

Dans son intervention, M. Blanquer a évoqué la vaccination des personnels de + de 50 ans au contact des élèves qui relèvent du handicap ou en maternelle. Nous interrogerons la DASEN à ce sujet.


Informations complémentaires suite au point sanitaire avec le ministère

Le 22 avril, en début d’après-midi, le directeur de cabinet a réuni les organisations syndicales représentatives dont le SE-Unsa. Il y a présenté l’ensemble de ces mesures et quelques éléments qui n’ont pas fait l’objet de communication ou de précisions lors de la conférence de presse :

 

  • En cas, d’absence de leur enseignant dans le premier degrĂ©, les Ă©lèves ne devront pas ĂŞtre rĂ©partis dans les autres classes. Soit il y aura un remplaçant, soit les familles devront les garder.

Nous attendons des consignes concrètes et rapides sur ce point. En effet, quid des enfants de professions "prioritaires" ? Et surtout, sur quel texte pourront s'appuyer les directeurs et directrices pour "renvoyer" les élèves concernés chez eux? D'autant plus que ce point n'ayant pas été évoqué à la télé, il y a fort à parier que beaucoup de parents s'y opposent, et qu'à minima ils ne comprennent pas qu'on n'accueille pas leur enfant...
     

  • Pour les parents de collĂ©giens qui sont professions indispensables Ă  la gestion de la crise, l'accueil sera maintenu dans les collèges la semaine du 26 avril. Cela concernera les parents enseignants du premier degrĂ© ayant des enfants de moins de 16 ans scolarisĂ©s au collège.
  • Au collège, Ă  partir du 3 mai, hybridation des niveaux de 4e et 3e dans les 15 dĂ©partements les plus touchĂ©s (l'Eure-et-Loir n'en fait pas partie) mais aussi possible en dehors des dĂ©partements concernĂ©s en fonction de situation Ă©pidĂ©mique difficile localisĂ©e.

 
L’avis du SE-Unsa
 
Parmi les mesures, certaines étaient très attendues et indispensables comme la fermeture de la classe dès le premier cas avéré de Covid ou le maintien de l’accueil en demi-jauge au lycée sur l’ensemble du territoire.
 
D’autres sont, en revanche, insuffisantes et sources de légitimes inquiétudes comme la demi-jauge seulement pour les élèves de 4e et 3e dans certains territoires.
L’accès à la vaccination des personnels est actuellement nettement insuffisant aussi. Son accélération par un élargissement à toutes les catégories et tous les âges, est nécessaire. C’était un engagement du président de la République lors de son allocution du 31 mars.
 
D’autres mesures, qui pourtant présentent un intérêt, interrogent au regard de leur faisabilité et de leur mise en œuvre. C’est le cas de la campagne de tests salivaires qui n’a précédemment pas montré d’efficacité significative pour détecter et rompre rapidement la contagion dans les écoles ciblées.
Il en est de même pour la mise en œuvre des autotests dans les établissements pour les lycéens dont on n’ignore pas les lourdeurs importantes d’organisation, tant en matière de locaux, d’emploi du temps ou de besoins en ressources humaines pour les organiser. Le SE-Unsa regrette que le choix du partenariat et de la confiance avec les familles n’ait pas été fait et il continuera de porter cette proposition.
 
Enfin, certaines décisions sont inappropriées. Le maintien des épreuves terminales des examens (diplôme national du brevet et baccalauréat) continue de mettre inutilement sous pression les élèves et tout le système scolaire alors que la situation épidémique pourrait contraindre le ministre à y revenir dans les prochaines semaines.
 
La rentrée du lundi 26 avril sera donc une reprise marquée par l’inquiétude et la lassitude, inquiétude face à la situation épidémique et lassitude face à l’incertitude des prochaines semaines après un an de crise sanitaire.
Pour le SE-Unsa, il faut se donner les moyens de tenir pendant 10 semaines mais aussi préparer d’ores et déjà l’année scolaire prochaine. Il fallait et il faut toujours recruter pour le remplacement et étoffer les vies scolaires notamment.

Le SE-Unsa continuera de porter ces demandes et suivra la situation chaque jour aux côtés des équipes.

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir