SECTION SE-Unsa de la CHARENTE - 10 RUE DE CHICOUTIMI - 16000 ANGOULEME
Tél. 05 45 38 28 44 - Por. 06 35 31 75 09 - 16@se-unsa.org

 
Audience de rentrée 2020
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

COMPTE RENDU DE L'AUDIENCE DE RENTREE DASEN – SE UNSA16

SE Unsa 16 : Sophie REBOUL-PIAS, Richard GAZAUD, Vincent CABIROL, Jean Luc BORDENAVE

DSDEN 16 : Marie Christine HEBRARD (DASEN), Olivier CHAUVEAU (SG)

 


 

Nous avons prĂ©sentĂ© Ă  la DASEN le sondage que le SE Unsa a effectuĂ© auprès d'un panel reprĂ©sentatif d'adhĂ©rent.e.s du 19 au 22 aoĂ»t. 

Celui-ci révèle que si les enseignant.e.s sont motivés, ils sont très inquiets et stressés.

Le SE Unsa et l'Unsa Education n'ont pas demandé le report. Cette rentrée est voulue mais tendue.

Par ailleurs, seulement 10% des enseignants disent faire confiance aux orientations du ministre.

 


 

Mise Ă  niveau de l'information quant au protocole sanitaire du 26/08/2020

 

- Masques : Le port du masque est obligatoire pour tous les adultes et tous les enfants de plus de onze ans partout et tout le temps.

Pour le SE UNSA 16 : Si c'Ă©tait la dĂ©cision la plus cohĂ©rente Ă  prendre, cela n'est pas sans poser des difficultĂ©s importantes. 

Le port du masque rend impossible la lecture sur les lèvres pour les enfants malentendants, les Ă©lèves de maternelles notamment... Cela va aussi poser des problèmes d’identification des Ă©lèves et des personnels…

Il rend difficile les apprentissages de la phonologie, de la lecture et les enseignements de langues vivantes.

Des dispositifs adaptés existent, la DASEN nous assure que des réflexions sont en cours afin de permettre un approvisionnement de ce type de matériel.

SE UNSA 16 : Par ailleurs, nous avons alertĂ© la DASEN sur la grande fatigue, de la voix en particulier, gĂ©nĂ©rĂ©e par le port du masque de façon prolongĂ©e. C' est d'autant plus important que la santĂ© de la voix n'est pas prise en compte dans le cadre de la mĂ©decine du travail, de la formation continue et initiale.

​Le secrétaire général nous indique qu'un partenariat est en cours d'élaboration avec la MGEN afin de construire des supports de formation et d'information sur le sujet.

 

- Limitation du brassage : Le brassage des groupes doit être limité ainsi que les attroupements. Des organisations peuvent être trouvées. Il s'agit surtout d'être en capacité, si besoin, de remonter la chaîne de contamination.

La DASEN rappelle l'importance de la ventilation des locaux et bien évidemment du lavage des mains qui sont des mesures qu’il serait positif de conserver après le COVID.

 

- Personnels vulnĂ©rables : Deux cas de figures :

- Ceux-ci sont arrĂŞtĂ©s par leur mĂ©decin traitant et sont placĂ©s en arrĂŞt maladie. 

- Ils peuvent reprendre le travail et peuvent demander Ă  leur supĂ©rieur hiĂ©rarchique Ă  bĂ©nĂ©ficier d'un masque spĂ©cifique (de type FFP2). 

SE UNSA 16 : Nous avons interpellĂ© le ministre et la rectrice sur les consĂ©quences importantes d'un arrĂŞt maladie Ă  long terme. En effet ces personnels qui ne sont pas responsables du COVID risquent de basculer Ă  mi-traitement.

La rĂ©ponse du ministre en CHSCT, ce jeudi après-midi, en mĂŞme temps que cette audience, est restĂ©e flou. 

 

Aussi nous encourageons et nous accompagnerons ces personnels, après avis de leur médecin, pour demander à être placé en télétravail et à défaut en ASA.(Autorisation Spéciale d'Absence)

 


 

Circulaire de rentrĂ©e – plan maths et français – CPC et ERUN

 

SE UNSA 16 : La circulaire de rentrĂ©e est très reprĂ©sentative de la pensĂ©e Blanquer. La possibilitĂ© par exemple de rajouter Ă  un Ă©lève jusqu'Ă  5h de lecture en lui supprimant des matières « moins essentielles Â» nous inquiète au plus haut point (prĂ©ciser : dans le 1er degrĂ©). 

La DASEN nous dit savoir compter sur l'expertise et le professionnalisme des équipes pour savoir ce qui est adapté à la réussite des élèves.

 

SE UNSA 16 : La mobilisation des CPC sur les plans français et maths, la requalification des postes d'ERUN en CPC dont les missions sont redĂ©finies pour se concentrer sur les plans français et maths nous interrogent. 

Charger la mule, rajouter des heures d'apprentissages dits fondamentaux à des élèves déjà décrocheurs ne nous semble pas adapté. Trop se concentrer sur les maths, le français et la lecture au risque de perdre l'occasion de valoriser le parcours atypique d'un élève.

Quid de la transversalitĂ©, des stratĂ©gies de contournement... des projets pluridisciplinaires ?

La DASEN cherche à nous rassurer en nous indiquant que le reste n'est pas oublié et qu'il y a des projets très intéressants qu'il n'est pas question d'abandonner.

Elle indique cependant qu'il est important de s'investir dans les plans français et maths, de s'assurer de leur régularité pour pouvoir en mesurer les effets.

SE UNSA 16 : Sur ce point, en effet, il sera important d'évaluer l'efficacité des politiques éducatives. Nous pouvons concevoir qu'un ministre oriente, décrète, croyant à l'efficacité de ses dispositifs, mais encore faut-il prendre du recul et s'assurer à moyen terme des effets bénéfiques. Nous ne voudrions pas que le ministre s'enferme dans son dogmatisme coutumier.

 


 

Direction d'Ă©cole

 

SE UNSA 16 : Nous indiquons Ă  la DASEN que nous actons avec satisfaction la prime de 450€ annoncĂ©e par le ministre. Si c'Ă©tait un incontournable, cela ne sera pas suffisant pour apaiser les tensions. Il en faut plus pour rĂ©pondre aux besoins des directeurs et directrices concernant l'amĂ©lioration de leurs conditions de travail (augmentation des dĂ©charges, aide administrative pĂ©renne, rĂ©flexion sur le statut de l'Ă©cole). 

Le SE Unsa a déposé une alerte sociale pour mettre la pression.

Localement, nous demandons que les dĂ©charges des petites Ă©coles ne puissent pas servir de variable d'ajustement au manque de remplaçants. Il ne viendrait pas Ă  l'idĂ©e Ă  une secrĂ©taire de circonscription de demander Ă  un directeur d'une Ă©cole Ă  4 classes d'assurer sa classe son jour de dĂ©charge pour libĂ©rer une journĂ©e de remplacement. Ces 10 jours de dĂ©charges sont statutaires comme les autres. 

Nous demandons également que soient dès maintenant accentués les efforts fournis en Charente et que se mette en place rapidement la formation continue de deux jours prévue par la circulaire.

Nous demandons également que des tuteurs soient affectés également(répétition à supprimer) auprès de chaque collègue faisant fonction (poste obtenu à la rentrée 2020 à titre provisoire).

 


 

Gestion humaine des ressources

 

MĂ©decine du travail : une infirmière et une psychologue du travail sont en cours de recrutement. Toujours pas de mĂ©decin.

SE UNSA 16 : nous alertons à nouveau la DASEN sur l'impact dramatique que peuvent avoir les retards dans le traitement des dossiers de demande de congés longues maladies, de mi-temps thérapeutiques. Ces collègues déjà fragilisés vivent très mal une situation administrative instable et cela a un impact négatif sur leur reconstruction.

Par ailleurs, nous demandons la mise en place d'un comité de pilotage mobilité professionnelle afin de faire le point entre tous les partenaires (service des personnels, IENs, représentants des personnels, GRH de proximité) sur les projets d'évolution professionnelle des collègues en besoin ou en désir de mobilité. Ce serait de plus l'occasion de lister, de former, d'informer sur tous les possibles qui s'offrent aux collègues.

Enfin, nous lui avons demandé de sensibiliser les IENs aux habitudes de déconnexion. En effet, les collègues ne doivent plus recevoir des informations, des sollicitations ou des éléments à faire remonter à toute heure du jour et de la nuit et dans l'urgence. Même si ils ne sont pas obligés de répondre, ces modalités génèrent du stress et de la culpabilité.

Nous demandons également qu'un effort soit fait pour que les consignes soient les plus harmonisées d'une circonscription à l'autre.

Elle s'est engagée à aborder ces sujets en conseil d'IEN.

 


 

Les muts et la réforme de la fonction publique

 

SE UNSA 16 : Au rectorat, les services administratifs sont épuisés, de nombreux enseignant.e.s du second degré ne sont toujours pas affectés. C'est une conséquence directe de la suppression des commissions, aggravée par la crise du COVID.

Dans le premier degré, nous demandons à ce que suffisamment de temps soit laissé entre les résultats et le traitement des recours pour éviter davantage d'inégalités de traitement. Nous demandons à être destinataire d'un document listant les barèmes par postes.

 


 

Les moyens

 

Les remplaçants sont déjà mobilisés massivement, il n'y a plus de surnombre en Charente, nous doutons fort que le ministre recrute sur liste complémentaire. Nous redoutons un recrutement de contractuels.

Les mesures Blanquer (dédoublements, limitation des effectifs) sont coûteuses, les postes en plus sont consacrés à cela mais tout le reste est occulté (quid des postes de remplaçants pour la formation continue, des postes RASED, des autres niveaux).

Par ailleurs, il faut maintenir des Ă©coles Ă  une classe aux effectifs rĂ©duits quand les maires expriment leur dĂ©saccord quant Ă  la fermeture. D'autres organisations sont possibles et nous les soutiendrons. 

Nous connaissons les enjeux des mesures Blanquer mais nous insistons sur la nécessaire évaluation des dispositifs mis en place. Ceux-ci doivent apporter une réelle plus-value

Il faut mobiliser des moyens pour le remplacement et l'accompagnement des Ă©lèves les plus fragiles (RASED). Donner de la souplesse au remplacement permettrait Ă©galement d'autoriser des demandes d'absences exceptionnelles pour convenances personnelles dont les refus sont de plus en plus frĂ©quents et mal vĂ©cus par les personnels.

Les 1500000 heures sup dans le second degré annoncées par le ministre ne sont pas encore arrivées. Si nous les attendons, nous doutons fort qu'elles puissent être mobilisées pleinement dans les établissements. Les collègues ont déjà deux heures obligatoires. Ces heures sont censées faire passer la pilule des suppressions de postes mais leur efficacité reste à démontrer.

 


 

Du mouvement Ă  la DSDEN

 

Madame RALLET réintègre son poste sur la circonscription pré-élémentaire.

Madame LASFARGUE arrive en Charente sur le poste d'IEN de la circonscription de Cognac.

Monsieur BONVARLET nous quitte pour des contrées plus iodées. Le recrutement d'un nouvel adjoint DASEN est en cours.

Madame PLUYAUD part de Charente pour occuper un poste d'IEN.

Le recrutement d'un CPC sur AngoulĂŞme EST est en cours.

 
 
 
 
 
ALC