SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
CDEN du 19 février 2013 : déclaration et compte-rendu de l’UNSA-Education
Article publié le lundi 18 février 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Président du Conseil Général,

Monsieur le Directeur Académique,

Mesdames et Messieurs,

A l’heure actuelle, nous apercevons les contours que prendra la Refondation de l’Ecole, voulue par le suffrage universel.

La loi d’orientation qui va bientôt être soumise au parlement a notre soutien. L’UNSA-Education est bien entendu favorable au recrutement de 60000 postes dans l’Education Nationale, à la re-création d’une formation des enseignants, une formation professionnalisante, tournant le dos à l’apprentissage « sur le tas Â» qui sévit aujourd’hui et enfin, au renforcement du socle commun qui reprend une de nos plus anciennes idées, celle de l’Ecole Fondamentale. L’accrochage école/collège et la création d’un étage « bac -3/bac +3 Â» est rendu nécessaire par le manque d’efficacité de notre système éducatif, où nous voyons bien que l’origine sociale est le principal critère de réussite de nos élèves.

*

La carte scolaire qui est présentée aujourd’hui fait état d’une dotation en hausse pour notre département.

C’est un point positif, conséquence du changement politique voulu par les Français.

La répartition des moyens au niveau académique a été discutée au CTA du 21 janvier et aux CTSD des 5 et 15 février 2013.

La dotation de l’Aude a été évoquée et le moins qu’on puisse dire, est que notre département ne bénéficie pas de largesses…

En effet, 9 postes dans le 1er degré pour 260 élèves supplémentaires et + 7 ETP pour le 2nd degré représentent une dotation positive mais nettement insuffisante.

Elle permettra seulement de stopper la dégradation et de colmater la hausse des effectifs.

L’UNSA-Education observe que l'une des priorités gouvernementales ne pourra guère être mise en œuvre cette année : la scolarisation des moins de 3 ans. L’administration prévoit de scolariser 3 enfants de 2 ans supplémentaires sur tout le département en 2013/2014. Cette prévision est en décalage avec la réalité des besoins. Dans l’Aude, 92,6 % des élèves du 1er degré sont scolarisés dans le public et 7,4 % dans le privé. Mais pour les moins de 3 ans, le taux tombe à 76 % dans le public et 24% dans le privé. Cela veut dire que le public ne fait pas l'effort suffisant. Et que les parents ont tout intérêt à avoir les moyens, s'ils veulent que leur petit aille à l'école avant 3 ans.

Dans les collèges, nous accueillons favorablement cette dotation de 7 ETP, mais ne permettra pas de réduire les effectifs de classe, notamment en 6ème.

Pour l’UNSA-Education, les critères de ventilation des moyens doit être revu et la logique comptable doit être pondérée par les effets de structures, consommateurs de moyens : le p/e (ratio de professeurs par élèves) ou le h/e (ratio d’heures par élèves) ne permettent pas, seuls, de mesurer la réalité d’un territoire. La taille des écoles et des établissements ainsi que des critères sociaux doivent être pris en compte.

L’UNSA-Education regrette la non-ouverture d’un BTS Hôtellerie au lycée professionnel Charles-Cros de Carcassonne. Nous appelons les élus audois siégeant à la Région à œuvrer pour que le département soit doté de cette filière l’an prochain.

Nous n’oublions pas les personnels en CUI-CAE « aides à la direction d’école Â» qui attendent dès maintenant un geste favorable quant à leur renouvellement.

L’enseignement spécialisé aurait aussi mérité de figurer dans les priorités départementales.

Ainsi, l’UNSA-Education observe un redémarrage, mais ce redémarrage est bien timide.

*

Un deuxième point important va être débattu aujourd’hui : celui des rythmes scolaires.

 

Dans les grands championnats sportifs, on peut savoir dès le début des compétitions quelles seront les équipes qui accèderont aux meilleures places. La hauteur de leur budget étant un facteur déterminant de leur réussite.

A l’école, c’est pareil. Nos élèves qui réussissent le mieux sont ceux qui sont issus des catégories socio-culturelles les plus aisées. Dans le projet d’école fondamentale du SNI en 1973, la préface d’Alain disait que « tout l’effort des pouvoirs publics devrait s’employer à éclairer les masses par le dessous et par le dedans, au lieu de faire briller quelques pics superbes, quelques rois nés du peuple, et qui donnent un air de justice à l’inégalité. Â»

Le débat qui nous occupe doit être centré sur ce point. Construire une école du plus grand nombre, face aux tenant de l’élitisme, assumés ou honteux.

Pour ce faire, trois éléments sont nécessaires :

  • S’attaquer aux programmes encyclopédiques du primaire et plus largement, de la scolarité obligatoire, en prenant pour appui le socle commun.
  • Améliorer les rythmes scolaires des écoliers, collégiens et lycéens, dans une démarche concertée de tous les acteurs.
  • Former les professeurs à des enseignements actuels, en sachant se distancier du poids de l’histoire et des traditions scolaires.

Dans le débat qui inquiète actuellement la profession, celui des rythmes scolaires, l’UNSA-Education est partie prenante. En effet, notre fédération et notre union, l’UNSA regroupent tous les acteurs de la co-éducation : enseignants, atsem, personnels de l’éducation populaire, etc.

A ce titre, nous sommes bien placés pour dire la vérité à tous ces personnels :

  • La première vérité est que la co-éducation est un objectif naturel.
  • La deuxième relève de la menace exercée par certains quant à la « territorialisation Â» de l’école : les atsems, la piscine,  le gymnase n’appartiennent pas à l’Education Nationale. La vraie question étant de savoir qui pilote les contenus d’apprentissage. Maintenant et dans le futur, c’est l’Education Nationale : que gagne-t-on à le nier ?

A l’attention des collectivités locales, nous voulons dire l’inquiétude des professeurs des écoles. Certaines municipalités ont, en France, la volonté d’imposer une pause méridienne très longue, pouvant aller jusqu’à 3 heures.

Pour l’UNSA-Education, cela n’est pas possible car les enseignants verraient l’amplitude de leur temps de travail subit augmenter considérablement. L’UNSA-Education demande que dans l’Aude, la pause méridienne soit au minimum de 1H30 et soit inférieure à 2 heures.

Ainsi, même si un gouvernement issu du suffrage universel est légitime pour conduire les orientations de l’éducation de ses enfants, une organisation syndicale l’est tout autant pour améliorer les conditions de travail de ses mandants :

  • L’UNSA-Education demande la revalorisation des agents de catégorie C.
  • L’UNSA-Education demande des garanties d’emploi pour les aides à la direction d’école cette année et leur pérennisation.
  • L’UNSA-Education demande la prime ISOE pour le 1er degré et un ratio d’accès à la Hors-Classe pour les professeurs écoles équivalent à celui des professeurs de collèges et lycées.

Dans la République laïque, l'instituteur ne pourra jamais être remplacé par le pasteur, le curé ou l'imam. Il a pour cela un rang à tenir, qui passe par la vérité et la cohérence.

*

COMPTE RENDU

 

Retraits de postes classe

Carcassonne 2 - ASH

• Retrait 1 poste à l'école élémentaire à Conques-sur-Orbiel

Carcassonne 3

• Retrait 1 poste à l'école élémentaire Jean Jaurès à Carcassonne

Castelnaudary

• Retrait 1 poste à l'école élémentaire à Pennautier

• Retrait 1 poste à l'école primaire à Moussoulens

Lézignan-Corbières et Minervois

• Retrait 1 poste à l'école maternelle à Azille

• Retrait 1 poste à l'école primaire à Ferrals-les-Corbières

Limoux

• Retrait 1 poste de Belcaire (RPI Belcaire / Espezel / Roquefeuil)

• Retrait 1 poste  école élémentaire Paulin Nicoleau de Quillan

Narbonne 1

• Retrait 1 poste à l'école primaire à Roquefort-des-Corbières

• Retrait 1 poste à l'école primaire à Névian

Narbonne 2

• Retrait 1 poste à l'école maternelle Françoise Dolto à Fleury d'Aude

• Retrait 1 poste à l'école maternelle Danielle Casanova à Coursan

• Retrait 1 poste à l'école élémentaire Jean Macé à Narbonne

• Retrait 1 poste à l'école élémentaire à Gruissan

• Retrait 1 poste à l'école primaire Gaston Bonheur à Narbonne

Implantations de postes classe

Carcassonne 2 - ASH

• Implantation 1 poste à l'école élémentaire La Prade à Carcassonne

Castelnaudary

• Implantation 1 poste à l'école primaire à La Bastide d'Anjou

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Salles-sur-L'Hers

• Implantation 1 poste au sein du RPI Brousses et Villaret / ST Denis

Lézignan-Corbières et Minervois

• Implantation 1 poste à l'école élémentaire à Capendu

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Cruscades

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Peyriac Minervois

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Saint-Marcel-sur-Aude

• Implantation 1 poste à l'école de Roubia (RPI Roubia / Argens Minervois / Paraza)

• Implantation 1 poste à l'école de Saint-Martin-de-Villereglan (RPI Saint-Martin-de-Villereglan / Cépie)

• Implantation 1 poste à l'école Verzeille (RPI Verzeille / Ladern-sur-Lauquet)

Limoux

• Implantation 1 poste à l'école maternelle Marcel Pagnol à Limoux pour la scolarisation des 3 ans

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Arzens

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Lavalette

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Pomas

Narbonne 1

• Implantation 1 poste à l'école élémentaire Emile Zola à Narbonne

• Implantation 1 poste à l'école primaire à St André-de-Roquelongue

• Implantation 1 poste à l'école primaire à Montredon-des-Corbières

Implantation 1 poste à l'école primaire de Portel des Corbières

Narbonne 2

• Implantation 1 poste à l'école élémentaire Anatole France à Narbonne

Dispositif "plus de maîtres que de classes"

Lézignan-Corbières et Minervois

• Implantation 1 poste dans le cadre du dispositif "plus de maîtres que de classes" sur l’école Marie-Curie de Lézignan

Narbonne 1

• Implantation 1 poste dans le cadre du dispositif "plus de maîtres que de classes" dans les écoles élémentaires Montmorency et Arago à Narbonne

Enseignement Spécialisé

1 implantation CLIS les Castors Carcassonne

Transferts au sein d’un RPI

Fermeture à Thézan-Corblières et Ouverture à Montseret

Fermeture à Vignevieille et Ouverture à Mouthoumet

Fermeture à Castelreng et Ouverture à Ajac

Fermeture à Limoux (Victor-Hugo) et Ouverture à Limoux (Pasteur)

 

Les élus UNSA-Education : Rémy-Charles Sirvent - Daniel Autran - Béatrice Martinez - Yannick Salsegnac - Françoise Parrini - Nicolas Anoto - Yannick Callat

 
 
 
 
ALC