SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Rythmes : le SE-UNSA 11 demande une 2ème audience au DASEN, au Conseil Général, aux Maires
Article publié le mardi 5 février 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Nos objectifs : lever le voile sur les intentions de chacun, rendre compte aux enseignants et agir localement.

Le DASEN nous a accordé une première audience le lundi 28 janvier. Vous pouvez lire le compte rendu ici.

Depuis, des collègues nous ont saisis pour traiter les points suivants :

  • Obtenir un point d’étape sur le positionnement des municipalités vis-à-vis de la rentrée 2013 ;
  • Exiger une concertation large : enseignants, parents, conseils d’école… (une circulaire du DASEN doit en préciser les contours)
  • Que se passe-t-il en cas de désaccord ?(réunion de conciliation entre conseil d’école et mairie) ;
  • Quelle utilisation des locaux scolaires ?(possibilité de refuser de voir « sa Â» classe utilisée) ;
  • Quelle information/quelles directives déjà envoyées ou à envoyer aux directeurs pour organiser les discussions à l’échelle de leur école ?
  • Rappeler qu’il a la responsabilité du respect des conditions de travail des enseignants puisque c’est à lui que revient la décision finale. C’est bien vers lui qu’on se retournera s’il y a des situations de blocages.

Nous avons aussi sollicité une audience auprès du Président du Conseil Général pour aborder la problématique des transports.

Le SE-UNSA 11 a également sollicité une audience auprès des Maires de Carcassonne, Narbonne, Lézignan-Corbières, Limoux et Castelnaudary pour :

  • Savoir leur positionnement sur 2013 ou 2014.
  • Connaître leur intentions en matière de projet éducatif territorial.
  • Savoir comment les enseignants seront associés aux décisions.

 

Pour le SE-UNSA, le statu-quo est impossible et la réforrme des rythmes est opaque. Trop de revirements ont entaché la crédibilité du Ministre, entraînant ainsi la légitime exaspération des enseignants, qui ont désormais le sentiment de n'avoir aucune prise sur les événements.

C'est le sens de notre action : connaître la situation au plus près des territoires et agir le plus concrètement possible.

 
 
 
 
ALC