SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Lettre en Ligne : ma retraite n°2
Article publié le jeudi 29 avril 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Lettre en ligne "Ma Retraite" du Se-Unsa n°2 du 26 avril 2010
 
L’école au cœur
 
La pétition « Appel national pour l’école publique » connait déjà un énorme succès, plus de 130 000 signataires le 21 avril.
Il faut encore amplifier ce succès en faisant circuler la pétition.
 
 
 
Que retenir au milieu de tout ce tintamarre sur les retraites ?
Depuis 10 jours, c’est l’avalanche. Début des concertations avec les organisations syndicales, rapport du Conseil d’Orientation des Retraites le 14 avril, déclarations, prises de parole, déferlement médiatique… N’en jeter la coupe est pleine !
Difficile de s’y repérer. Ce numéro 2 de la lettre en ligne du SE-UNSA « Ma Retraite » a l’ambition de vous y aider.
 
 
 
 
Tout en laissant croire que tout est ouvert  : « la réforme n’est pas toute faite dans un coffre-fort » a dit récemment le ministre du travail, Eric Woerth, les déclarations du premier ministre et des membres du gouvernement montrent bien qu’en la matière leurs opinions sont bien arrêtées.
Reculer à 62 ou 63 ans l’âge de départ en retraite est leur « proposition » essentielle..
 
 
 
 
L’UNSA rencontre le ministre : le 14 avril dernier, une délégation de l’UNSA conduite par Alain Olive a rencontré E. Woerth. L’occasion de mettre en avant notre volonté de voir restaurer le taux de remplacement et notre opposition à tout recul de l’âge de départ en retraite. L’occasion également de réaffirmer notre exigence de garantir aux fonctionnaires un calcul des retraites sur les 6 derniers mois.
 
 
 
 
Y a-t-il le feu à la maison retraite ?
 
On pourrait le croire à lire les journaux, y compris les plus sérieux et à écouter radios et télés. Les projections du COR sont instrumentalisées pour faire peur et pour mettre en place une stratégie de la tension.
Pourtant les enseignements de ce rapport méritent un peu plus que l’écume médiatique et leur utilisation pour organiser une réforme à la hache.
 
 
 
 
Chercher le financement des retraites aux fonds des niches
Entre les adeptes du « la suppression du droit à la retraite à 60 ans et des 6 mois pour les fonctionnaires est la solution » et les partisans du « il n’y a pas de problème, faisons payer les riches et les patrons », l’UNSA a choisi un chemin différent.
S’opposer évidemment (cf. communiqué de presse du 21/01/10) mais faire également des propositions pour résoudre les difficultés de financement de nos retraites.
Il faut, bien entendu, mettre en cause la loi TEPA, que ce soit pour le bouclier fiscal ou pour l’exonération des heures supplémentaires et revisiter les 30 milliards d’euros d’exonérations de charges sociales compensées par le budget de l’Etat à l’aune de leur efficacité en matière d’emploi et, progressivement les supprimer. 
 
Cette même démarche conduit l’UNSA, face à la multiplication d’appels divers sur le sujet, à privilégier l’unité en se situant exclusivement dans un cadre syndical. Ainsi l’UNSA a participé, le 19 avril, à une réunion des responsables des secteurs retraites des organisations syndicales afin d’aboutir à une expression commune vis-à-vis du gouvernement. 
 
C’est également pour cela que l’UNSA appelle aux côtés de 4 autres organisations syndicales à un 1er Mai de mobilisation.
 
 
 
Si vous connaissez Philippe adoptez-le ! 
Le Monde daté du 12 avril livre quelques « simulations » de futures retraites. Un certain Philippe, professeur des écoles, fait l’objet d’une simulation de sa future pension avec un calcul sur les 25 meilleures années.
En examinant en détail la chose, on s’aperçoit que le célèbre quotidien du soir sert ainsi les intérêts de ceux qui souhaitent diminuer les pensions des fonctionnaires.
 
 
 
 
Quelques sites à visiter
 
 
 
 
 
ALC