SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Direction : groupe de travail départemental du 28 juin 2021
Article publié le lundi 28 juin 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Un dernier groupe de réflexion sur la direction d’école s’est tenu lundi matin.

Plusieurs sujets ont été abordés et l’Unsa a questionné sur l’avancée de nos précédentes demandes.

 

Décharges de direction

 

Après les actions direction du SE-Unsa, le ministère a acté une avancée sur les décharges. Pour appel, les augmentations de décharges :

  • les écoles de 1 classe passent de 4 à 6 jours par an
  • les écoles de 2 et 3 classes passent de 10 à 12 jours par an

 

Dans l’Aude, les décharges seront organisées comme suit :

 

  • Ecoles à 1 classe : ce ne sont pas 6 jours mais 7 jours qui seront accordés par la DASEN. Cette augmentation plus que bienvenue est due à l’organisation. Ce sont les collègues en temps partiels 80% qui vont réaliser les décharges sur les 7 jours qu’ils doivent à l’administration. Ce qui signifie aussi qu’une décharge sera faite par la même personne et planifiée à l’année

 

=> Pour le SE-Unsa, c’est une avancée majeure.

Non seulement il s’agit d’une augmentation imprévue mais nécessaire mais surtout nos collègues chargés d’école auront une vision prévisionnelle avec une personne qui connaît l’école et son fonctionnement.

Le SE-Unsa avait dénoncé les conditions de mise en place des décharges des chargés d’école.

Le SE-Unsa est satisfait de ces changements pour améliorer les conditions de travail de nos collègues.

Pour rappel, notre revendication pour que les chargés d’école soient des directeurs à part entière.

 

  • Ecoles de 2/3 classes : les décharges seront effectuées soit par des TRBD, soit par 2 PE à temps partiels 80% qui se répartiront l’année. Un calendrier sera réalisé. Quand 2 collègues à 80% réaliseront la décharge, celle-ci sera de 14 jours (7+7) et non de 12.

=> Le SE-Unsa, dans un souci d’équité, a demandé que cette opportunité d’augmentation de décharge puisse également être réalisée pour les directeurs.trices déchargé.e.s par un TRBD.

L’IA-DASEN indique que cela risque d’être difficile sans mettre en tension le remplacement mais ce serait réalisé dans la mesure du possible.

 

Quid des directeurs.trices en temps partiel à 80% ?

 

Le SE-Unsa a demandé que les collègues qui le souhaiteraient puissent effectuer les 7 jours dus sur leur travail de direction, au lieu de leur demander d’effectuer ces jours en déchargeant un.e directeur.trice.

L’IA-DASEN n’y voit pas d’inconvénient. Il peut même y avoir des avantages, car pas besoin de frais de déplacement !

Le SE-Unsa a demandé une information de l’administration auprès de ces collègues.

Ceux.celles qui le souhaitent peuvent le faire savoir à leur circo.

 

 

De la formation continue des directeurs.trices

 

Le SE-Unsa a toujours milité pour que la formation ne se limite pas à l’initiale.

L’IA-DASEN indique que cette formation continue spécifique sera proposée dans le cadre des 18h d’animation pédagogique. Elle précise qu’elle inclura une présentation des services de la DSDEN, et une intervention du CLEMI sur les sujets de droit à l’image, d’auteur, réseaux sociaux.

A la demande du SE-Unsa en CHSCT, la RH de proximité interviendra également, ainsi que l’Autonome de solidarité pour la partie juridique.

 

 

Et la gestion des AESH ?

 

Le SE-Unsa a porté le sujet dans la réunion.

 

Des directeurs.trices ont évoqué des appels des coordinateurs de PIAL demandant des précisions sur les élèves et leur accompagnement. De plus, certains coordonnateurs ont explicitement demandé de regrouper des élèves en situation de handicap dans une même classe.

Le SE-Unsa a dénoncé ces éléments sur plusieurs aspects, le premier étant que les répartitions relèvent du directeur.trice et pas du coordonnateur mais surtout que le PIAL n’a pas vocation à regrouper les élèves pour « faciliter Â» la gestion des personnels AESH.

 

Sur ces points, le SE-Unsa, seul, a proposé :

 

  • Une information officielle de l’administration indiquant le nom du coordonnateur. A ce jour, il est anormal que les directeurs aient des appels sans que l’administration n’ait officiellement informé qui est missionné
  • Une réunion des coordonnateurs avec l’IEN-ASH pour cadrer les modalités d’information : qui donne les infos à qui et quel type d’info. Ce n’est pas au directeur de donner les informations médicales des élèves, à travers des mails non sécurisés : le référent est plus à même de réaliser cette tâche.
  • Cette même réunion permettrait de rappeler que les règles de répartition des élèves ne doivent pas être dictées par le coordonnateur du PIAL qui essaie de faire au mieux avec les moyens donnés.

 

Le SE-Unsa a rappelé les éléments de vigilance que nous avions dénoncés en CHSCT sur les postes de coordonnateur : à ce jour, il n’y a ni fiche de poste, ni formation, ni cadrage, ni temps dévolu à cette mission. Encore une fois, les moyens manquent pour l’inclusion.

 

ONDE en question

 

Lors des dernières réunions, le SE-Unsa avait demandé que les mairies dont Narbonne, Castelnaudary et Limoux soient contactées afin de les inviter à utiliser ONDE.

 

Sur Castelnaudary, le travail a été entrepris par l’IEN. Sur Narbonne, le travail est en cours par l’IA-DASEN mais des réticences persistent. Rendez-vous sera pris pour Limoux.

Pour les autres mairies, les directeurs doivent demander à leur municipalité, avec l’aide, si besoin, de l’IEN.

 

 

Questions diverses posées par le SE-Unsa

 

  • Simplification des formulaires (accident, PPRE, gevasco, absentéisme…)

L’IA-DASEN nous indique que l’étude est en cours. Sur sa circonscription, un PPRE simplifié a été réalisé. Elle propose un travail de fond par ce groupe de réflexion sur les différents formulaires et documents faits au sein des circo afin de proposer au niveau départemental des versions simplifiées.

INFO : un nouveau PAI est sorti !

 

  • Anti spam sur les boîtes école

L’IA-DASEN précise qu’au niveau du rectorat il n’y a pas de solution possible. Peut-être au niveau ministériel ?

Cette situation s’avère pénible car certains spams n’ont rien à faire dans une boîte école.

 

  • Grève

Le SE-Unsa demande encore une fois la mise en place d’une procédure personnelle pour la déclaration de grève. Il est totalement anormal que le directeur fasse signer un tableau aux collègues alors qu’il s’agit d’un droit individuel. Une plateforme informatique est déjà mise en place dans beaucoup de départements.

 

  • Services civiques

Le SE-Unsa demande que toutes les écoles qui le souhaitent puissent demander des services civiques. A ce jour, seulement quelques écoles listées peuvent en bénéficier. De plus, nous demandons que le calendrier de recrutement soit avancé afin que ces aides humaines puissent être disponibles dès la rentrée.

 

 
 
 
 
ALC