SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
8 mars 2021 : un bilan encourageant mais des progrès Ă  consolider
Article publié le lundi 8 mars 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Cette journée internationale des droits des femmes est l’occasion d’établir un bilan, notamment par le prisme de deux temporalités, vingt-six ans après le programme d’action de Beijing qui vise à permettre à toutes les filles et les femmes d’exercer leurs libertés et leurs droits et compte tenu de la pandémie du coronavirus qui a particulièrement mis en lumière leurs situations.
 
 
Une expansion d’une culture de l’égalité
 
Au niveau mondial, la culture de l’égalitĂ© a progressĂ© depuis la dĂ©claration et le programme d’actions de Beijing 1995. En effet, le pourcentage de sièges de parlementaires occupĂ©s par des femmes a doublĂ© en atteignant 25 %. DĂ©sormais, 3/4 des pays disposent de lois contre les violences conjugales. De plus, au cours des 10 dernières annĂ©es, 131 pays ont promulguĂ© des rĂ©formes en faveur de l’égalitĂ© des droits. En outre, alors qu’en Pologne les lobbies religieux et conservateurs ont rĂ©ussi Ă  interdire l’accès Ă  l’avortement, l’Argentine l’a lĂ©galisĂ© : une rĂ©volution pour ce pays qui pourrait faire Ă©cole sur le continent latino-amĂ©ricain. NĂ©anmoins, en 2020, 31 % des jeunes femmes âgĂ©es de 15 Ă  29 ans n’étaient pas employĂ©es ou en formation, un taux deux fois plus important que celui des hommes. De plus, les femmes ont Ă©tĂ© rĂ©munĂ©rĂ©es seize fois moins que les hommes. Enfin, celles âgĂ©es de 25 Ă  34 ans ont eu 25 % de risques supplĂ©mentaires que les hommes de vivre dans une extrĂŞme pauvretĂ©.
 
 
Une progression de la perception des inégalités
 
Alors que la France n’est classĂ©e que quinzième en matière d’égalitĂ© des sexes selon le classement du Forum Ă©conomique mondial, les avancĂ©es sont Ă  approfondir. Par exemple, Ă  l’École, mĂŞme si les filles ont rattrapĂ© les garçons sur le plan scolaire, cela ne se traduit pas forcĂ©ment par une meilleure insertion professionnelle en raison d’orientations qui sont parfois genrĂ©es. En outre, la parole et l’écoute qui se libèrent dans la sociĂ©tĂ© permettent de mettre en lumière des tabous. Ainsi, la prĂ©caritĂ© menstruelle a concernĂ© une fille sur dix dans les familles les plus dĂ©munies en 2019. Pour y pallier, des initiatives se mettent en place comme dans les lycĂ©es d’Île-de-France oĂą des distributeurs de protections hygiĂ©niques gratuites sont installĂ©s depuis la rentrĂ©e 2020. Ainsi, la perception des inĂ©galitĂ©s progresse selon la troisième Ă©dition du baromètre PrioritĂ©(s) femmes  : 29 % des sondĂ©s considèrent que l’égalitĂ© y atteint un seuil acceptable.
 
 
Une augmentation de la charge mentale des femmes durant la pandémie
 
La crise sanitaire mondiale a mis en lumière le rĂ´le des femmes dans les sphères privĂ©e et professionnelle. En effet, en moyenne, les femmes accomplissent trois fois plus de travail domestique et de soins non rĂ©munĂ©rĂ©s que les hommes, et cette charge de travail s’est accrue avec les confinements. De plus, elles sont en première ligne avec les mĂ©tiers dits « fĂ©minins Â» : santĂ©, Ă©ducation, propretĂ©, alimentation, distribution… Or ces mĂ©tiers essentiels sont souvent faiblement rĂ©munĂ©rĂ©s, insuffisamment valorisĂ©s socialement et parfois prĂ©caires.
Enfin, en France, la crise avec les restrictions de dĂ©placement a notamment renforcĂ© la mobilisation contre les violences conjugales : la meilleure prise en charge des victimes et la mise en place de dispositifs ont permis une diminution des fĂ©minicides en 2020, une première depuis quinze ans.
 
 
L’avis du SE-Unsa
 
Le SE-Unsa soutient cette journĂ©e internationale des droits des femmes car l’engagement pour l’égalitĂ© entre les femmes et les hommes est essentiel. Comme le souligne la DĂ©claration universelle des droits de l’homme, tous les ĂŞtres humains naissent libres et Ă©gaux en dignitĂ© et en droits.
Bien que des avancées soient manifestes, des stéréotypes sont encore à bousculer pour circonscrire les inégalités qui empêchent des filles et des femmes de s’épanouir librement. À cet effet, la prévention et l’Éducation sont déterminantes pour construire un futur égalitaire.
 
 
Ressources en ligne
 
 
 
 
ALC