SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Manque d’AESH : les actions proposĂ©es par le SE-Unsa
Article publié le mardi 26 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

« 104 enfants handicapĂ©s privĂ©s d’accompagnants en milieu scolaire Â», L’IndĂ©pendant, le 21 dĂ©cembre 2020. (Ă  lire ici)

 

Le constat est lĂ , nos Ă©lèves manquent d'AESH !

Il est très difficile d'obtenir des chiffres sur le besoin réel mais, selon la DASEN en CDEN, en décembre 2020, environ 10% des enfants sont toujours en attente de leur AESH soit 104 élèves.

Ce chiffre ne prend bien sĂ»r pas en compte ni l’absence des AESH due Ă  des vulnĂ©rabilitĂ©s, maladies…, ni le nombre d'AESH qui ont Ă©tĂ© mutualisĂ©s, permettant ainsi Ă  certains Ă©lèves d'obtenir cette aide si prĂ©cieuse  au dĂ©triment d'autres enfants.

Certains diront que cela permet une autonomisation des Ă©lèves... peut-ĂŞtre est-ce vrai, mais Ă©tait-ce rĂ©ellement le projet de dĂ©part ? Comment justifier que certains enfants qui devraient avoir un AESH Ă  temps plein, se trouvent certaines heures seuls, pour permettre Ă  un de leur camarade de bĂ©nĂ©ficier lui aussi de l'accompagnement auquel il a droit ? Les notifications MDA garantissent un nombre d'heures Ă  l'enfant, l’Éducation Nationale s'arrange.

 

Le non respect du droit d’accompagnement induit beaucoup de difficultĂ©s : pour l’élève en premier lieu, sa famille, mais aussi l’enseignant.e, l’ATSEM, et quelques fois les autres Ă©lèves de la classe. Ce climat anxiogène pour tous ne doit pas ĂŞtre tu.

 

Comme pour toute difficultĂ©, après en avoir fait part Ă  l’IEN, le SE-Unsa vous propose plusieurs leviers :

 

  • EnquĂŞte SE-Unsa : Ă  complĂ©ter pour pouvoir appuyer nos demandes auprès de la DSDEN mais aussi nos sollicitations auprès des Ă©lus

 

« Le ../../20, (ou depuis le...) en l’absence non remplacĂ©e de mon.ma collègue AESH, l’équipe enseignante est dans l’obligation d'accompagner les Ă©lèves en situations de handicap. Assurer la mission d'enseignant mais aussi celle d'accompagnant d'Ă©lève en situation de handicap relève d'une double tâche impossible Ă  gĂ©rer dans de bonnes conditions. Cette situation associĂ©e au manque d'aide institutionnelle engendre du stress, une fatigue intense mais surtout des RPS (risques psychosociaux) gĂ©nĂ©rĂ©s par la culpabilitĂ© de voir mes/nos Ă©lèves qui n'ont pas l'accompagnement dont ils ont droit. Â»

Si vous saisissez le RSST, n'oubliez pas de nous envoyer copie pour le suivi en CHSCT!

 

Pour finir, les parents doivent saisir le tribunal.

Prenons un exemple très mĂ©diatisĂ©, celui de Tony. Cet enfant a obtenu un AESH après que ses parents se soient battus pour se faire entendre, leur fils a obtenu ce Ă  quoi il avait droit. Mais au final ce sont deux autres enfants de l'Ă©cole ainsi que des Ă©lèves du collège voisin qui ont perdus des heures. C'est finalement Ă  celui qui se plaindra le plus fort !

Le SE-Unsa a contacté la FCPE pour que ce conseil, qui ne peut pas être donné officiellement par les enseignants, devoir de réserve oblige, soit proposé aux familles par l’association de parents.

 

Pour le SE-Unsa, l’école inclusive ne doit pas se faire au rabais. L’État doit garantir le droit à compensation et permettre la mise en œuvre rapide des décisions de la commission des droits et de l’autonomie (CDA) par l’attribution des moyens financiers et humains nécessaires (pédagogiques, éducatifs, thérapeutiques, rééducatifs, aides techniques et humaines) et assurer l’équité de traitement sur l’ensemble du territoire. Bien évidemment, l’Aude est loin du compte.

 

Et dans tout ça, jamais ne sont Ă©voquĂ©es les conditions de travail des AESH.  Mal payĂ©s, peu formĂ©s il leur faut rapidement s'adapter Ă  un nouvel enfant, un nouvel handicap, une nouvelle classe et de nouvelles façons de travailler...

 

Là encore le Se-UNSA réclame une formation diplômante pour ces personnels, ce qui pourra engendrer une revalorisation de ce métier. D'ailleurs les syndicats ont adressée le 19 novembre un courrier commun au ministre (ici) après ses annonces sur les mesures de revalorisation prévues pour 2021 et dont les AESH sont totalement oubliés.

 

Que ce soit pour les enfants ou leur accompagnant il y a un manque !

 

 
 
 
 
ALC